Archive for the ‘Récré’ Category

Daily Mail / Délit Maille…

dimanche, janvier 15th, 2012

Juste un petit mot pour vous conseiller d’aller voir Délit Maille : Tricote tes pandas. Une nouvelle bouleversante qui va sans doute changer bien des choses en politique, tant intérieure qu’extérieure !

Je ne vous en dis pas plus : allez voir par vous-mêmes !

http://delitmail.blogspot.com/2012/01/tricote-tes-pandas.html

Poli-Tricot…

lundi, novembre 14th, 2011

En attendant que j’aie le courage d’écrire au sujet d’un article dans Marianne, je vous propose l’aller faire un tour sur un site que m’a indiqué Odile : Délit Maille (et non pas Daily Mail !). C’est une nouvelle forme de blog : le politique-tricot…

Dont voici deux exemples :

C’est un joli travail… qui vous fera sans doute sourire (et les sourires, par les temps qui courent, faut pas les dédaigner !).

Bonne visite !

Comme on fait son lit…

mercredi, novembre 2nd, 2011

Allez donc savoir pourquoi, je me suis surprise, l’autre jour, à réfléchir au proverbe (en est-ce vraiment un ?) « Comme on fait son lit, on se couche »…

Trésor – et difficultés ! – de la langue française… Cette simple petite phrase recèle au moins trois sens différents, grâce à (à cause de ?) cet étonnant mot « comme », qui change de sens comme de chemise…

On considère généralement que cette phrase contient une idée de comparaison : de la manière dont on fait son lit, on se couche. Si l’on fait mal son lit, on dormira mal ; et si on le fait bien, on dormira bien.

Exemple donné par notre cher Monsieur Grevisse*, tiré de La Fontaine : « Comme il sonna la charge, il sonne la victoire. »

Mais cet opportuniste de « comme » peut aussi indiquer la cause : on fait son lit, donc on se couche. Exemple : Comme il était malade, il restait au lit.

Et il peut encore exprimer le temps : quand on a fait son lit, on se couche. Exemple : Comme le soleil se levait, Jeannot partit de la maison, son baluchon à l’épaule.

* * *

Feuilletant récemment un manuel de grammaire (rassurez-vous : pas par nostalgie, mais pour un projet sur lequel on m’a demandé de travailler !), je redécouvrais un petit exercice tout simple :

« Hors contexte, peut-on attribuer un sens différent au mot adresse selon la ponctuation :
Quelle adresse ! Quelle adresse ? »

(Je cite à peu près, n’ayant pas l’exercice sous les yeux)

Et, bien sûr, la réponse est oui !

Imaginons un début de roman (donc : hors contexte) :

« Quelle adresse !
L’acrobate se relevait, saluait, et, dans une étonnante pirouette à la fois sautée et dansée, sortait de scène. »

***

« Quelle adresse ?
– 25 bis rue des Chapeliers fous. »

***

N’est-ce pas étonnant qu’un signe de ponctuation influe sur le sens, non d’une phrase, ce qui est logique, mais d’un simple mot ?

Amis de la langue française, je vous souhaite le bonjour…

* Rectification faite, grâce à un aimable commentateur…

Rions un peu…

lundi, octobre 17th, 2011

Vous connaissez peut-être déjà ce site : http://www.psdisasters.com. Sinon, allez donc y faire un tour… Certes, il est en anglais… mais les images sont, le plus souvent, assez parlantes d’elles-mêmes…

De quoi s’agit-il ?

D’images manipulées dans un logiciel de retouche. Pas pour faire rire le passant, non. Mais pour une pub, une photo de catalogue, une affiche de film, ou autre image censée faire la promotion d’un article quelconque. Le problème est que le « manipulateur » a sans doute été un peu trop pressé, et que l’image résultant de son travail présente quelques détails incongrus…

La photothèque du site est alimentée par tout un chacun qui envoie un scan de l’image repérée, et il y en a dans toutes les langues, preuve s’il en était besoin que l’urgence de la tâche et le manque de relecture ne sont pas réservés à un continent ou à un autre…

Mais trêve de discours : place aux images !

http://www.psdisasters.com/

Le sac ne devait sans doute pas paraître dans le catalogue… mais il en subsiste malheureusement des traces…

http://www.psdisasters.com/

Quand on a très faim, une troisième main est bien utile…

http://www.psdisasters.com

On n’a jamais assez de doigts pour jouer de la guitare ! (Je le sais, j’ai essayé quand j’étais jeune…)

http://www.psdisasters.com

Un restaurant d’où vous pouvez voir DEUX couchers de soleil en même temps, c’est pas merveilleux ?

http://www.psdisasters.com

Issue d’un croisement entre femme et sauterelle ? En tous cas, elle est bien bâtie pour les concours de saut ou de course…

Bonne journée ! Et amusez-vous bien si vous allez visiter ce site !

Mots d’excuses…

jeudi, août 11th, 2011

Peut-être connaissez-vous ce livre, paru l’année dernière : Mots d’excuse, de Patrice Romain. L’auteur, directeur d’école, a collectionné pendant vingt ans les mots adressés par les parents aux enseignants, et en a fait un recueil, en respectant scrupuleusement l’orthographe (son logiciel de traitement de texte a dû faire les gros yeux plus d’une fois !). Une amie me l’a offert dimanche, et je me permets de vous en offrir quelques « best of »…

Madame,
Je suis désolée de vous informée qu’il y a une bande de petits vicieus dans les CE1 B qui n’arrêtent pas d’embétés ma fille en voulant qu’elle les embrasses. Si ils ont des pulsions sexuelles, ils n’ont qu’a se faire soignés, mais ma fille, elle est pas obligée de dire oui a tout le monde. Pouvez vous réglée se problème ?
Merci.

* * *

Madame
Iher soir j’ai eut une alctercation avec le père a Bryan. Je l’ai étandu par terre.
Fete attention car je veut pas que mon fils subit a lecole la vengence de bryan car il a les boule que sont père a mangé dur a cause de moi mais ses lui qui a cherché et sa y faut pas.
Merssi davance madame la maitresse.

* * *

Monsieur,
Cela fait quatre fois que ma fille est absente et cela fait quatre fois que vous me demandez un mot d’excuse. Je crois savoir que vous n’avez pas d’enfant. C’est sans doute la raison pour laquelle vous vous acharnez ainsi. J’excuse donc une nouvelle fois Bénédicte.
Salutations distinguées.

* * *

C’est facile a dire que ma fille était en retard, mais vous n’avez jamais pensé que c’était vous qui êtes en avance ? Parce que j’ai l’heure de la télé ! Vous avez qu’à vous mettre a mon heure et ma fille sera a l’heure, c’est pas plus compliquer !

* * *

Monsieur,
C’est la conscience tranquille que je vous écris pour excuser l’absence de mon fils avant-hier après-midi. Juste une petite question : exigez-vous toutes ces tracasseries administratives des autres élèves ?

* * *

Madame,
Les têtes vertes qui sourient et les rouges qui font la tête, ça égaie peut-être les cahiers, mais je ne suis pas certaine que cette notation soit celle du baccalauréat. Est-ce ainsi désormais que vous devez préparer les élites françaises ?
Signé : une maman mécontente des directives ministérielles qu’on vous impose.

* * *

Quoi ? Mon fils doit faire du soutient ? Il est pas fous que je sache ! Je suis sa mère, non ?
Et si vous avez besoin de mon avis et bien je vous dit non, c’est dit.
En revoire madame.

* * *

Je refuse de signé une note aussi mauvaise. Thomas ma dit qui devait avoir la moyenne. Merci de bien vouloir corrigée la note pour que je la signe.

* * *

Monsieur,
Théo était absent lundi car il était malade mais pas assez pour aller au médecin. Si ça peut vous rendre service, je veut bien vous faire un certificat médical pour l’absence.
Bien à vous.

* * *

Classe de neige :
Je soussigné, docteur G…, certifie que l’état de santé du jeune S… lui permet la pratique du ski.

Dispense d’Education Physique et Sportive :
Je soussigné, docteur G…, certifie que l’état de santé du jeune S… le dispense de toute activité sportive pour l’année scolaire.

Note de l’auteur : ces deux certificats ont été établis lors d’une même consultation. Ni le praticien, ni le conseil de l’ordre des médecins n’ont daigné répondre à mes courriers.

* * *

J’espère que ces quelques extraits vous auront donné envie d’en lire d’autres…

P.S. Je vais faire un petit tour en Lorraine et vous donne donc rendez-vous dans une semaine.

Un visiteur inattendu

lundi, avril 18th, 2011

Hier, la perception d’un mouvement m’a fait lever les yeux de mon ordinateur portable (mais non, ce n’est pas l’ordinateur qui a des yeux !) : effectivement, dans le triangle de soleil chauffant le carrelage, une petite chose bougeait…

Un lézard !

Je vais commencer à m’y habituer : depuis moins de 2 ans que j’ai emménagé, c’est la 4ème visite de ce genre que je reçois… Je ne les vois jamais entrer (sans doute quand je vais chercher mon courrier), mais les aperçois tout à coup, toujours au même endroit, se dorant au soleil… de ma salle à manger !

Celui d’hier était petit : sans doute un jeune, me suis-je dit (je n’y connais rien, mais je peux émettre des hypothèses… qui me contredira ? Pas le lézard !). Je me suis levée pour aller à la rencontre de mon visiteur, lequel s’est enfui séance tenante sous un meuble (le même que le lézard de l’année dernière avait choisi comme refuge).

Comme les fois précédentes, j’ai donc ouvert la porte en grand, de façon que le triangle de soleil s’ouvre sur l’extérieur… J’ai attendu… et suis allée chercher mon appareil photo…

Voici donc, en exclusivité, quelques photos de mon visiteur… Comme d’habitude, vous pouvez cliquer sur la photo pour la voir en plus grand.

Il a détecté l’air extérieur… Va-t-il sortir ?

Non ! Il a fait demi-tour ! La « marche » d’accès au dehors lui a paru trop haute…

Il la flaire à nouveau : va-t-il oser ?

Ben non ! Le voilà derrière la porte… Suspense quasi insoutenable…

Il a grimpé une vingtaine de centimètres sur le mur carrelé, et fait à nouveau demi-tour…

Ça y est ! Il a trouvé la sortie, et s’est résolu à escalader le seuil ! Vous ne le voyez pas ? Dans l’encoignure de la porte, la petite chose ondulée à cheval sur le seuil…

Et là, vous voyez mieux ?

* * *

Si avec ça je ne gagne pas un prix de reportage !

Histoires de rire…

mercredi, avril 13th, 2011

Rire ch’ti :

Cette petite histoire, transmise par une amie (ex-ch’ti). L’histoire elle-même est archi-connue… mais avec l’accent, c’est mieux !

BULLETIN SCOLAIRE CHEZ LES CH’TIS.

Nénesse viens chi ! ! ! Viens chi tout t’suite ! ! !
(I n’avot’ point l’air contin l’Zeph ! ! !)
– Ouais p’pa ! ! !
– Nénesse, quoqu’ch’est que ch’traval ! ! ! J’viens d’trouver tin carnet d’notes scolaires su tin bureau ? Mais quo qui s’passe ?
– Mais pap..
– Tais teu quin j’parle ! ! ! Malpoli, zéro in orthograf’ ! !
– Papa ch…
– Tais teu quin j’parle!… Mais quo qui s’passe ? Deux in calcul ! ! ! zéro in histoire ! ! ! Zéro in géographie, mais quo qui s’passe? Té fais eune collection d’zéros ? ?
– Pap..
– Tais-te quin j’parle ! ! ! Deux in rédaction : Un point pour l’encre, un point pour l’papier!! Bravo! ! !
– Papa ch’est..
– Tais teu j’té dis… Té parlras quin qu’j’oro fini ! Malpoli !! J’continue ! ! J’lis : « N’apprend pas ses leçons ! Fait l’imbécile en classe ! ! ! Se prend pour la malice incarnée. Court plus souvent après les filles qu’après le relais au terrain de sport ! »
Mais quo qui s’passe ? ? ?… T ‘as invie d’ faire mourir eut’mère ? Ou quoi ? Et là? et là? alors là!!!! ch’est l’cerisse su’l’gâtio!! :
« Va être renvoyé de l’école s’il continue de montrer la partie la plus charnue de son anatomie pour faire rigoler toute la classe pendant les cours d’éducation sexuel! ! !  »
Mais quo qui s’passe ? ? Quo qu’ ch’est, mais quo qu’ ch’est que ch’traval ???? Té peux m’espliquer ???
Quo’qu’t’as à réponte à cha ? Hein ? T’as invie d’eul faire mourir eut’ paufe mèr’ ???
– Papa ! ! Té m’laiches pas parler, ch’est pas l’mien d’carnet d’notes, ch’est l’tien qu’j’ai r’trouvé hier, in ringeant l’grenier, avec maman ….

(Inutile de vous dire que presque tout le texte a droit aux soulignements rouges des problèmes orthographiques !)

Rire jaune :
– d’hier : j’ai déjà parlé à diverses reprises de la question des redoublements, et des pressions qui s’exerçaient à divers niveaux pour « faire passer à tout prix »… Le Mammouth déchaîné (c’est lui qui s’appelle comme ça, hein ? je ne me permettrais pas !) a mis sur son site une copie de courrier, adressé par l’inspecteur d’Académie à un principal de collège en 2008… Ça vaut le détour…

– d’aujourd’hui (ou presque…) : Lucien a lu l’interview de notre ministre bien-aimé et se permet quelques commentaires à ce sujet…

Bonnes visites !

Butineurs…

samedi, juillet 24th, 2010

Une fois n’étant pas coutume, je vous offre aujourd’hui quelques photos de butineurs…

Ceux de mon jardin, d’abord :

Et puis, capturé en Lorraine, ce curieux butineur qui répond au doux nom de Moro Sphinx, dit aussi Sphinx Colibri…

Les photos ne sont pas terribles, et ne peuvent rendre compte de l’activité de ce Sphinx diurne (contrairement à presque tous ceux de sa famille), dont on ne peut que deviner les ailes, tant elles battent rapidement pour stabiliser l’insecte pendant qu’il plonge son impressionnante trompe au cœur d’une fleur. D’où son surnom…

Place à cet étrange papillon :

Cliquez sur les photos pour les voir agrandies.

Et… bons butinages !

De blague en blague…

dimanche, mai 16th, 2010

J’ai reçu dernièrement d’un ami une blague qui m’a fait sourire… mais qui m’a rappelé vaguement que j’avais déjà lu quelque chose dans ce genre. Une recherche sur Internet m’en a fait trouver quelques « ancêtres », mais je suis presque sûre qu’il existe des versions plus anciennes encore… En tous cas, c’est une source d’histoires variées ! Faites une recherche avec « j’ai deux mauvaises nouvelles », et vous verrez que l’histoire d’origine (?) a inspiré de nombreux amateurs…

Voici donc les versions que j’ai trouvées… avec parfois des mélanges plus ou moins cohérents de personnages…

Histoire 1

L’heure est grave ! Dieu appelle auprès de lui Barack Obama, Vladimir Poutine et Steeve Ballmer et leur explique que la fin du monde est proche.
Vladimir Poutine redescend sur Terre et dit aux Russes : J’ai deux mauvaises nouvelles : la première c’est que Dieu existe et la deuxième c’est que la fin du monde est proche.
Barack Obama redescend sur Terre et dit aux Américains : J’ai une bonne et une mauvaise nouvelle : la bonne nouvelle c’est que Dieu existe et la mauvaise c’est que la fin du monde est proche.
Steeve Ballmer redescend sur Terre et dit aux salariés de Microsoft : J’ai deux bonnes nouvelles : la première c’est que je fais partie des trois personnes les plus importantes du monde et la deuxième c’est qu’on peut arrêter d’essayer de débugger Windows 98.

Histoire 2

Dieu convoque les trois personnes les plus importantes de la Terre : Le président de la Russie, le président des États-Unis et Bill Gates.

Dieu leur dit : La fin du monde est pour demain dites-le à tous les humains.

Les trois retournent chez eux.

Le président de la Russie se présente devant son peuple et dit :

« Camarades l’heure est grave, j’ai deux mauvaises nouvelles : la première c’est que Dieu existe ; la deuxième c’est que la fin du monde est pour demain. »

Le président des États-Unis dit au monde entier :

« Nous avons une bonne et mauvaise nouvelle à vous dire, la bonne c’est que Dieu existe ; la mauvaise c’est que la fin du monde est pour demain. »

Bill Gates envoie un e-mail comme suit :

« J’ai deux bonnes nouvelles à vous communiquer, la première c’est que je suis l’une des trois personnes les plus importantes de la Terre, la deuxième c’est que le bug de l’an 2000 est résolu. »

Histoire 3

Suite à trois attentats simultanées, Sarkozy, Bush et Ben Laden meurent. Ils arrivent ensemble au paradis, et sont accueillis par un Saint Pierre furieux.

« Ah ben c’est du beau… Vous nous avez foutu un sacré bordel, en bas ! C’est tellement le bordel que c’est au-delà de mon jugement, le grand patron veut vous recevoir en personne ! »

Ainsi donc, les trois hommes sont amenés devant Dieu, qui, depuis Son trône, les regarde d’un air consterné, alors que Ben Laden se lamente de voir que sa religion lui mentait depuis le début.

« C’est pas joli joli ce que vous m’avez fait, tous les trois… La troisième guerre mondiale finira par éclater, la terre est surpolluée, les hommes sont malheureux… J’en ai parlé avec Lucifer, même lui ne veut pas de vous ! »

Les hommes se regardent, attendant la sentence suprême, qui ne tarde pas à tomber.

« Pour vous faire pardonner, je vous renvoie sur terre. Vous allez tout me nettoyer et arranger vos conneries. Chaque centimètre carré de cette planète doit être propre, vous m’entendez ! J’vous colle l’éternité s’il le faut ! »

Et voilà que les trois hommes sont renvoyés sur Terre. Bush regarde ses compatriotes, qui le regardent avec des étoiles dans les yeux, murmurant au miracle.

« Mes bien chers frères… J’ai une bonne et une mauvaise nouvelle pour vous ! La bonne, c’est que Dieu existe, je l’ai vu. La mauvaise, c’est que pour expier mes péchés, je dois nettoyer la totalité de la planète, et donc démissionner de mon poste de président des États-Unis. »

Ben Laden arrive dans son camp miteux dans un flash de lumière, devant les yeux éberlués de ses compagnons, qui murmurent à la gloire d’Allah, malgré l’air blasé de leur chef.

« Non non… Les gars, j’ai deux mauvaises nouvelles… La première, c’est qu’Allah n’existe pas, j’viens de rencontrer le dieu des chrétiens, on a fait tout ça pour rien ! La deuxième, c’est qu’en plus j’dois expier mes péchés en arrêtant le terrorisme et en nettoyant cette planète… »

Sarkozy arrive à Paris, devant l’opposition, désespérée de voir qu’ils ne s’en sont toujours pas débarrassés. Nicolas prend son micro, et transmet un grand discours.

« Mes amis, j’ai deux bonnes nouvelles. La première, c’est que Dieu existe. Je l’ai vu, je lui ai parlé. La deuxième, c’est qu’il y aura du travail pour tout le monde ! »

Histoire 4 (celle qui court sur le Net en ce moment)

Dieu en a ras le bol de l’humanité, de ses péchés, de ses vanités et des politiciens.

Il décide de mettre fin à l’expérience. Il réunit tous les Chefs d’ État et leur annonce qu’il détruira la race humaine dans 24 heures.
– Je vous laisse le soin de l’annoncer vous-même à vos peuples respectifs !

Le premier à parler est Barack Obama :

– Peuple bien-aimé, j’ai une bonne nouvelle et une mauvaise nouvelle pour vous. La bonne est que Dieu existe. Il m’a parlé. Mais nous le savions déjà. La mauvaise nouvelle, c’est que cette grande nation, notre grand rêve n’existera plus dans 24 heures. Ceci est la volonté de Dieu.

Fidel Castro a réuni tous les Cubains et dit :
– Compatriotes, peuple cubain, j’ai deux mauvaises nouvelles. La première est que Dieu existe, il s’est adressé à moi. Oui, je l’ai vu. L’autre mauvaise nouvelle c’est que cette merveilleuse révolution pour laquelle nous nous sommes battus sera finie.
C’est la volonté de Dieu.

Nicolas Sarkozy intervient au 20h de TF1 :

– Aujourd’hui est un jour très spécial pour nous tous. Pourquoi ? Je vais vous le dire.
J’ai deux bonnes nouvelles à vous annoncer. La première est que je suis le messager choisi de Dieu, car il m’a parlé en personne. La seconde bonne nouvelle, c’est que dans les 24 heures, oui vous avez bien entendu, dans 24 heures, le problème du chômage sera résolu, la crise financière sera résolue, il n’y aura plus de reconduites aux frontières, plus de copinage, plus de népotisme, plus de violence, plus de hausses d’impôts. Je dis ce que je fais et je fais ce que je dis. Les promesses seront tenues.

Bon dimanche !

Etre ou ne pas…

mercredi, avril 28th, 2010

Un texte que m’a fait parvenir une amie, et que vous connaissez peut-être déjà, car il circule pas mal sur Internet en ce moment :

Loin des vieux livres de grammaire
Écoutez comment un beau soir
Ma mère m’enseigna les mystères
Du verbe être et du verbe avoir…

Parmi mes meilleurs auxiliaires
Il est deux verbes originaux
Avoir et Être étaient deux frères
Que j’ai connus dès le berceau

Bien qu’opposés de caractères
On pouvait les croire jumeaux
Tant leur histoire est singulière
Mais ces deux frères étaient rivaux

Ce qu’Avoir aurait voulu être
Être voulait toujours l’avoir
À ne vouloir ni dieu ni maître
Le verbe Être s’est fait avoir

Son frère Avoir était en banque
Et faisait un grand numéro
Alors qu’Être, toujours en manque
Souffrait beaucoup dans son ego

Pendant qu’Être apprenait à lire
Et faisait ses humanités
De son côté sans rien lui dire
Avoir apprenait à compter

Et il amassait des fortunes
En avoirs, en liquidités
Pendant qu’Être, un peu dans la lune
S’était laissé déposséder

Avoir était ostentatoire
Dès qu’il se montrait généreux
Être en revanche, et c’est notoire
Est bien souvent présomptueux

Avoir voyage en classe Affaires
Il met tous ses titres à l’abri
Alors qu’Être est plus débonnaire
Il ne gardera rien pour lui

Sa richesse est tout intérieure
Ce sont les choses de l’esprit
Le verbe Être est tout en pudeur
Et sa noblesse est à ce prix…

Un jour à force de chimères
Pour parvenir à un accord
Entre verbes ça peut se faire
Ils conjuguèrent leurs efforts

Et pour ne pas perdre la face
Au milieu des mots rassemblés
Ils se sont répartis les tâches
Pour enfin se réconcilier

Le verbe Avoir a besoin d’Être
Parce qu’être c’est exister
Le verbe Être a besoin d’avoirs
Pour enrichir ses bons côtés

Et de palabres interminables
En arguties alambiquées
Nos deux frères inséparables
Ont pu être et avoir été

J’ai aimé la « conjugaison » de ces deux verbes, et les jeux sur les mots… J’ai écrit à la « source » du message reçu, mais elle n’en connaissait pas plus l’auteur…

Petite (très courte !) recherche sur Internet : c’est une chanson d’Yves Duteil ! Et apparemment, je n’ai pas été la seule à en chercher l’auteur ! Voir avoir-et-etre-mais-dou-vient-ce-texte/.

Cela me rappelle une petite devinette que vous connaissez sans doute tous, et que j’ai parfois donnée à « comprendre » à mes élèves :

« Je suis ce que je suis.
Mais je ne suis pas ce que je suis,
car si j’étais ce que je suis,
je ne serais pas ce que je suis. »

J’aime bien les jeux de mots…