Archive for the ‘Information sexuelle’ Category

Question de foi ?

dimanche, février 2nd, 2014

Une fois de plus, merci à L’instit humeurs de m’informer sur le soudain absentéisme dans certaines écoles…

Donc, une campagne par SMS et réseaux sociaux a incité des parents d’élèves à ne pas envoyer leurs enfants à l’école pour protester contre l’enseignement de la « théorie du genre » qui y serait enseignée…

J’ai déjà parlé ici de cette « fameuse » (fumeuse ?) « théorie du genre » qui enseignerait que le genre de l’individu n’a que peu (voire pas du tout…) de rapports avec son sexe physique/physiologique : c’était en 2011, alors qu’on osait aborder l’homosexualité dans les manuels de SVT de 1ère L et ES : Science sans conscience

Donc : retour à cette grave question… J’ignore pourquoi certains s’acharnent à démolir cette « théorie » qui n’existe pas : vouloir à tout prix que seul le physique/physiologique détermine le psychisme d’un individu me paraît aberrant… Bien sûr que si l’on est grand/ petit, mince/gros, malade/en bonne santé,… fille/garçon, cela joue un rôle important dans notre histoire. Mais pas que ! Notre entourage, nos rencontres, notre construction psychologique jouent aussi un rôle, qu’il me paraît important de reconnaître.
Sans parler des « anomalies » : Dans Marie Claire de janvier, un hermaphrodite conte son histoire : doté à la naissance d’un minuscule pénis (pas de testicules) et d’un vagin, il a subi toute son enfance et adolescence traitements et opérations pour en « faire » un homme…
Où les adeptes du sexe « purement physique » rangent-ils les hermaphrodites ? Ils les tuent à la naissance pour éviter les questions qui dérangent ? Ainsi que les enfants dont le sexe physique/hormonal/chromosomique n’est pas parfaitement « aligné » ?

Cette fameuse théorie n’aurait peut-être pas suffi à elle seule à déclencher une « grève » des parents… Il fallait donc en rajouter une « légère » couche :

Donc, attention !
Les instituteurs vont dispenser des cours d’éducation sexuelle et de masturbation dès la maternelle.
Ils vont aborder la question de l’homosexualité dès la maternelle
Ils présenteront aux enfants des peluches en forme de pénis et de vagin.

Ben oui, y a des gens qui y ont cru, qui y croient peut-être encore… (voir les commentaires de l’article… et aussi de celui du Nouvel Obs :

Guillaume Brossard, cofondateur de HoaxBuster.com (si vous ne connaissez pas ce site… allez-y vite, pour suivre (et voir démonter) les folles rumeurs qui courent via courriels et autres…) explique comment a été fabriquée la rumeur :

Cet appel au « boycott d’un jour de classe » a ceci d’intéressant qu’il est très politisé, très réfléchi, et que les réseaux sociaux et autres canaux viraux ont servi à blanchir son origine. Nous ne sommes pas face à un mouvement spontané d’internautes, mais face à une instrumentalisation mûrement réfléchie.

On touche ici au fonctionnement même de la rumeur. Un discours tenu par un individu n’a pas beaucoup de poids. Mais si 10, puis 20, puis 50 personnes tiennent le même discours, alors il commence à en avoir. Et peu importe que le propos soit vrai ou pas, puisque de toute façon l’internaute n’a « pas le temps » de vérifier.

C’est exactement ce qu’il s’est passé avec cette supposée « théorie du genre » enseignée à l’école et à l’origine du « jour de retrait ». Des interactions ont été créées pour que les gens en parlent entre eux, pour qu’il y ait de plus en plus de monde au courant.

Cet effet de masse s’est appuyé sur les réseaux sociaux, sur des listes de mails et sur des chaînes de SMS. Comment ces données ont-elles été collectées ? Via des pétitions signées dans la rue ou sur internet, via des « likes » de pages Facebook anonymes, qui permettent d’engranger des adresses mail et des profils « non politisés », ou encore via des abonnements à certaines newsletters.

Cet appel a tout de la rumeur, mais ce n’en est pas vraiment une. Il s’agit d’une manipulation orchestrée, s’appuyant sur les mécanismes de diffusion d’une rumeur. Toute cette histoire est instrumentalisée et parfaitement maîtrisée en amont.

Manipulation, donc… Par des organisations dont certaines sont clairement identifiables…

Et menaces, en prime :

« Ceux des vôtres qui la ramèneront sur ce sujet en conseil d’école seront automatiquement ciblés. » Les sections départementales franciliennes de la Fédération des conseils de parents d’élèves (FCPE) ont reçu, mardi 28 janvier, un mail menaçant leur demandant de « stopper [leurs] activités pro théorie du genre », révèle Le Parisien (abonnés). La fédération de parents d’élèves a réagi en envoyant, jeudi matin, une plainte pour « menaces » au procureur de Melun (Seine-et-Marne).

Au passage, sur Hoaxbuster, j’ai découvert une rumeur concernant la taille des crêpes bretonnes… Laquelle vient du site legorafi.fr qui se définit ainsi :

Tous les articles relatés ici sont faux (jusqu’à preuve du contraire) et rédigés dans un but humoristique. L’utilisation de noms de personnalités ou d’entreprises est ici à but purement satirique.

(Ce qui n’empêche que ses « informations » sont relayées ici ou là !)

J’ignorais ce site… qui n’a pas manqué de s’intéresser au phénomène décrit plus haut : voir

Théorie du genre : Les enfants demandent à leurs parents d’agir un peu plus en adulte

Maintenant, si vous voulez vous informer sur le projet « ABCD de l’égalité »

L’éducation à l’égalité et au respect entre filles et garçons s’inscrit dans les objectifs du Socle commun de connaissances, de compétences et de culture. Elle doit être mise en œuvre dans une approche transversale qui engage l’ensemble des matières enseignées et des activités vécues.

ou sur les indications de l’OMS : Standards pour l’éducation sexuelle en Europe (attention ! « indications » et non décrets de loi ! L’OMS n’émane pas du gouvernement, et le gouvernement n’est pas tenu de suivre ses indications !!!).

C’est moins croustillant… mais vous saurez au moins de quoi on parle réellement…

Bonnes lectures… et, s’il vous plaît, ne frisez pas l’infarctus en lisant certains commentaires des articles cités…

Et si vous vous posiez quelques questions ?

jeudi, avril 16th, 2009

Je n’ai pas l’intention de vous recopier in extenso le « Flash Actualités » dont je vous ai parlé hier (que je n’ai toujours pas lu in extenso, d’ailleurs… ce genre de plat se « déguste » à petites bouchées…), mais tout de même, en voici un passage fort important et plein de bon sens, au sujet – toujours – de l’éventuel enseignement… etc.

« Posez-vous les questions suivantes :

1. Au vu de la très grave crise de l’enseignement en France, pensez-vous que l’homosexualité doive être une nouvelle matière scolaire ?

(Si vous avez envie de répondre oui, réfléchissez à ceci : en admettant que cette nouvelle « matière » soit « enseignée » 1 heure par semaine, soit environ 36 heures par an, soit, en ne parlant que du collège, 144 heures sur 4 ans… comment envisagez-vous le « programme » que le « professeur d’homosexualité » devra suivre ?)

(Au passage : très joli exemple de présupposition, telle que je l’enseigne généralement en 3ème… Si vous essayez de mettre la question à la forme négative « …ne pensez-vous pas… », non seulement la question devient absurde – d’accord, elle l’était déjà, mais ce n’est pas une raison ! -, mais de plus, il est impossible de nier « la très grave crise de l’enseignement » que vous êtes obligé d’admettre… C’est ce qu’on appelle un « présupposé »…)

2. Si des militants professionnels interviennent dans les établissements scolaires, pensez-vous qu’ils risquent d’endoctriner les jeunes en vue de leur faire accepter leur programme politique de transformation de la société ?

(J’aimerais bien le connaître, ce « programme politique » des homosexuels ! Pourquoi diable ne le présentent-ils pas aux élections ???)

3. Pensez-vous que le concept « d’homophobie » soit utilisé par le lobby homosexuel pour diaboliser le thème et réduire au silence ceux qui prônent le respect des valeurs morales et chrétiennes ?

(Si ceux-ci font partie des gens qui crient « Sale pédé ! », on ne perdra rien à les réduire au silence !)

4. Pensez-vous que l’enseignement de l’homosexualité, de la bisexualité, du transsexualisme et du « transgenre » dans les écoles puisse contribuer à former nos enfants selon les principes et valeurs qui vous sont chères ?

(Une matière ne suffisait pas, en voici 3 autres à la rescousse ! Aura-t-on encore le temps de faire des dictées ???)

(J’aime bien le passage de « nos enfants » à « vous sont chères »… En tous cas, le rédacteur sait à qui il s’adresse, et que son lecteur/sa lectrice est déjà bien convaincu/e !)

5. Pensez-vous que des cours de formation donnés par des militants professionnels du lobby homosexuel seraient un apport positif dans l’éducation de nos enfants ? »

Bon, on tourne un peu en rond, mais c’était quand même difficile, il faut le reconnaître, d’imaginer 5 questions sur le sujet et dans l’optique choisis…

Si vous avez répondu Oui aux questions 2 et 3, et Non aux autres, c’est bien ! Sinon, c’est que vous avez mal lu le blog d’hier, car toutes les réponses précédaient les questions…

En conclusion :

« Il y a certainement urgence à se mobiliser : d’abord, pour faire savoir aux responsables politiques – toujours si prompts à céder – que ce ne sont pas les militants extrémistes qui vont assurer leur base électorale ; ensuite pour les empêcher d’accepter que des heures d’études scolaires soient consacrées à mettre dans la tête des jeunes un programme politique de transformation de la société visant à la reconnaissance sociale, politique et culturelle de l’homosexualité. »

J’apprécie « les militants extrémistes » : vous avez reconnu sans l’ombre d’un doute que le rédacteur n’était absolument pas militant, ni extrémiste. Un gentil Français moyen, en somme. Inquiet, à juste titre, de l’avenir d’une France devenue homosexuelle à cause de l’école…

Si par « reconnaissance sociale », l’auteur entend que les homosexuels pourraient avoir les mêmes droits que les hétérosexuels, je ne vois pas très bien où est le problème. La reconnaissance politique et culturelle ? Je ne comprends pas trop de quoi il parle… Même dans mon lycée catho, où « sévissait » le « Lagarde et Michard », on étudiait Verlaine et Rimbaud, et leur homosexualité ne les empêchait pas d’être reconnus comme de grands poètes…

Bon, parlons sérieusement : qu’est-ce que cette association (loi 1901) « Avenir de la Culture » ?

Une petite recherche sur Internet vous donnera beaucoup de réponses. Vous avez de la chance : j’en ai trié quelques-unes pour vous !

Tout d’abord, il s’agit d’une émanation de la secte « Tradition Famille Propriété » (TFP pour les intimes), ainsi que l’indique le rapport d’une commission à l’Assemblée :

Rapport n° 2468 du 22 décembre 1995 (M. Alain Gest, président et M. Jacques Guyard,  rapporteur).

« Parmi les mouvements pseudo-catholiques les plus actifs, on mentionnera Invitation  à la Vie Intense (cf. infra), ou Traditions Famille Propriété, liée à l’association   » Avenir de la Culture  » .

L’objectif de TFP est de restaurer la civilisation chrétienne (campagnes d’Avenir de la culture contre le Minitel rose, la distribution de préservatifs, campagnes de  TFP contre les films Je vous salue Marie, ou la tentation du Christ) mais aussi de  lutter contre la réforme agraire au Brésil (le fondateur de TFP est le brésilien  Plinio Correa de Oliveira), contre le socialisme et de rétablir la monarchie. »

Un rapport de la Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires (MIVILUDES) est même consacré, à titre d’exemple, à cette secte :

Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires  -MIVILUDES
Rapport au Premier ministre 2006 -L’approche économique des mouvements à caractère
sectaire -p. 93 à 101
1
L’EXEMPLE DE « TRADITION, FAMILLE, PROPRIÉTÉ » UNE ORGANISATION DÉDIÉE À LA COLLECTE DE DONS ET À L’OBJET NON IDENTIFIÉ

« La branche française, qui ne reconnaît pas toujours ses liens avec les associations partenaires, indique pourtant elle-même dans ses statuts (article 2) : «  L’association pourra promouvoir le développement de relations et d’aides mutuelles par tout moyen légal  avec les associations françaises, étrangères et internationales poursuivant des objectifs  désintéressés dans les domaines visés au présent article ; le groupement européen d’intérêt  économique l’Européenne des Médias est une société d’imprimerie et de publipostage qui imprime  et gère la diffusion et l’envoi du bulletin « Flash » d’« Avenir et Culture », du bulletin  « Aperçu » de la Société de défense TFP, de Droit de Naître ». Une dernière association, Lumières  de l’Est, bien qu’ayant un rôle particulier dans la stratégie d’ensemble mérite d’être  mentionnée pour information.
Les associations Avenir de la Culture, l’Européenne des Médias et Volontaires pour une civilisation chrétienne et le groupement européen d’intérêt économique (GEIE)  sont implantées à Chateauneuf-en-Thimerais (Eure) dans un château qui héberge imprimerie  et atelier de publipostage. Droit de Naître est publiposté à partir du même lieu. »

Si vous voulez l’historique de cette secte fondée en 1960 « par un Brésilien, Plinio Correa de Oliveira, et  implantée dans 15 pays », vous le trouverez ici.

Pour plus de précisions sur « Avenir de la Culture » :

« Les autres activités de la TFP française furent des campagnes d’opinion:  » campagne  contre le socialisme auto-gestionnaire  » (1981-1984), – campagne contre les films  sacrilèges – (1985 et 1988),  » campagne pour la Famille et l’Enfance – (1986), ~  campagne ‘Année Fatima’  » (1987), – campagne contre la Révolution culturelle  »  (1989).

Mais la plus célèbre activité qui allait déclencher de très vives réactions  d’hostilité contre la TFP, fut la création de l’association -Avenir de la Culture  -, en 1986.

Cette association qui a pour objet « , la promotion, la mise en valeur et la défense  du patrimoine culturel européen et occidental  » (art. 2 des statuts), a lancé  plusieurs campagnes contre la dégradation des mœurs à la télévision et dans les  médias : – campagne » TV-Plébiscite « , – campagne » Explosion en chaîne des  consommateurs mécontents « ,  » campagne marée noire  » – « campagne contre les  préservatifs « ,  » campagne contre le bi-centenaire « .

Le moyen utilisé est la technique du mass-mailing: envoi en nombre par la poste de  plus de trois millions de lettres personnalisées contenant tract, bulletin de vote,  liste d’adresses à fournir, bulletin d’adhésion et de souscription, au besoin  enveloppes et timbres pour la réponse. Puis, de manière inattendue, les personnes  qui avaient reçu la correspondance d’Avenir de la Culture, vont recevoir, par le  même procédé, la propagande de la TFP, avec appels financiers. Les unes ne verront  pas la différence, tandis que d’autres réagiront vivement contre de telles  méthodes, comprenant qu’Avenir de la Culture servait de tremplin, de paravent ou de  masque pour la T.F.P. »

Et tiens, une dernière adresse pour vous remettre de toutes ces lectures déprimantes :

L’expo sur le zizi sexuel !

Information sexuelle ?…

samedi, octobre 11th, 2008

La "rencontre" sur le site Copains d’avant d’un ancien élève me ramène vers une classe de 4ème d’un établissement catholique (mixte, celui-là)…

C’était une classe très active, très sympathique, dont je reparlerai sans doute. Je ne sais plus comment des élèves en vinrent à exprimer le désir de parler de l’adolescence. A cette époque, il n’était pas encore question d’introduire l’information sexuelle dans les programmes, et chacun se débrouillait pour arracher quelques connaissances à ses camarades, beaucoup plus rarement à ses parents.

Ce fut une fille qui exposa, avec sérieux et clarté, les changements qui s’opèrent à l’adolescence, pour les filles et pour les garçons. D’où tirait-elle ses connaissances? Je n’en sais rien, mais elles étaient exactes! La classe l’écouta dans un grand silence, avant que ne fusent questions et discussions.

Ce dont je me souviens surtout, c’est qu’à la fin de l’heure, une fois que tous les autres furent sortis, un garçon, plutôt timide, vint me voir :

"Madame, ce que Michèle a expliqué tout à l’heure, c’est ça que mes parents m’ont dit qu’un jour je trouverai du lait dans mon lit ?"

J’acquiesçai, bien que surprise par la formulation des parents. Et je lui réexpliquai rapidement ce qui en était. Il me quitta, visiblement soulagé.

Quelle angoisse avait pu être la sienne d’imaginer qu’un jour il "trouverait du lait dans son lit", sans savoir d’où provenait ce liquide mystérieux, sans avoir aucune idée de ce que pouvait signifier cet incroyable phénomène ?