Archive pour la catégorie ‘Relations prof-élèves’

Histoire de téléphone portable…

Lundi 10 février 2014

Ce n’était pas du tout l’objet de ma recherche : en fait, je cherchais des conseils lors d’un problème avec un artisan… Mais, sur le site forum-juridique.net-iris, je suis tombée sur cette histoire (message initial du 29/01/2014):

Bonjour,
Le téléphone de ma fille a été confisqué pendant une semaine je vous explique pourquoi :

Pendant un DS ma fille a envoyé une photo de sa copie à une amie. Cette amie en question, son téléphone a été confisqué car elle a utilisé la calculatrice de son portable.

L’heure suivante (pendant le cours de français) ma fille a été appelé à donner son portable car la surveillante du lycée a fouillé dans le téléphone de l’amie de ma fille et c’est comme ça qu’elle a vu le message (avec la photo de la copie de ma fille) en photo.

Ma fille n’a pas été prise sur le fait !
Mais son portable a été confisqué pendant une semaine, elle a été collée et la surveillante du lycée a fouillée dans le téléphone de l’amie de ma fille pour trouver le message en question

Est ce que la surveillante avait le droit de fouiller dans le téléphone de l’amie de ma fille ? Est ce que les sanctions pour ma fille sont quand même prises en compte ? car ma fille n’a pas été prise sur le fait !

Merci de vos réponses

Vous noterez que la question n’est absolument pas : ma fille avait-elle le droit d’envoyer, pendant un devoir, la photo dudit devoir à sa copine ? Comme, de toutes façons, elle n’a (même pas !) été prise sur le fait, cette question n’en est pas une…

Non, la question porte sur le droit de la surveillante à consulter un téléphone utilisé pendant un devoir… (Fouillé ? Pas fouillé ? Vu sur l’écran en passant ? Peu de chances pour qu’on le sache vraiment…)

Curieuse de lire les réponses apportées (dont certaines par des enseignants ou surveillants, d’ailleurs…), j’ai parcouru les 5 pages (je dis bien 5 !) de la discussion… dans lesquelles, d’ailleurs, on ne retrouve pas la personne qui a posé la question…

Je vous en offre juste une qui m’a amusée (vous pouvez aller lire la discussion entière sur le site…) :

Si on suit votre raisonnement : imaginez que vous êtes cambriolés en votre absence. Aucun témoin. Donc les cambrioleurs ne doivent pas être inquiétés, vu qu’ils n’ont pas été pris sur le fait ?

Il y a tout de même un léger hiatus entre les conceptions de certains parents et celles des enseignants, concernant les droits des élèves, non ???

Voilà pourquoi votre fille est muette…

Dimanche 5 février 2012

Suite à l’excellent billet de Lucien sur le « burn out » des enseignants,
Épuisement professionnel des enseignants : enfin une étude !
permettez que je m’interroge un peu sur les raisons de cet épuisement ressenti par beaucoup trop de collègues : qu’est-ce qui fait qu’un enseignant « lambda » va en être atteint ?

Je me garderai bien ici de faire des comparaisons avec tel ou tel autre métier, telle ou telle autre fonction ; je me contenterai de décrire, aussi objectivement que possible, les caractéristiques de ce métier.

« Lambda », donc, débarque dans un établissement fin août ou début septembre. Avec un peu de chance, c’est un établissement « lambda », sans (trop de) problèmes particuliers. Il fait connaissance avec quelques collègues, reçoit quelques conseils ou suggestions, est initié à quelques particularités administratives ou autres. Il reçoit son emploi du temps, la liste de ses classes (oui, je parle plus facilement d’un enseignant en collège… j’en ai davantage l’expérience… mes lecteurs auront l’obligeance d’adapter pour les autres enseignants…).

Une fois qu’il sait à qui il va s’adresser, rentré chez lui, Lambda prépare ses « cours de rentrée » qui sont à la fois prise de contact, annonce du programme et de la démarche pédagogique. Ce n’est pas très facile, avec un public totalement virtuel, c’est aussi un peu angoissant : comment va-t-il être perçu des élèves ? Comment ceux-ci vont-ils le « tester » ? Quelle image veut-il donner ? Les premières prises de contact sont toujours angoissantes, même quand on est dans le même établissement depuis plusieurs années : l’alchimie d’une classe est toujours imprévisible, quelles que soient les précautions prises pour la composer. Même une classe « qui marchait bien » et qu’on a quasiment reconduite l’année suivante, peut se montrer très différente : des évolutions personnelles pendant l’été, des événements qui ont affecté tel ou telle, l’irruption d’un nouveau, la contestation de l’emploi du temps ou de la liste des professeurs…

Face à la classe, Lambda se montre sûr de lui, tente de cerner son public, répond calmement aux questions (je ne parle pas ici d’un débutant sans formation, pour qui la situation est évidemment bien pire !), expose le travail de l’année. Il essaie de retenir quelques noms, quelques réactions, repère quelques têtes « sûres » ou « à suveiller »… Puis passe à une autre classe…

A la fin de la première journée, il essaie de se faire une idée des classes vues, de la manière dont il va aborder son programme avec celle-ci ou celle-là. Il va parfois se renseigner auprès d’un collègue sur tel élève qu’il a remarqué. Et il rentre chez lui…

Les non-enseignants ont tendance à penser qu’un prof a préparé ses cours « une fois pour toutes », ou à peu près. C’est loin d’être le cas pour la grande majorité des profs ! Même si le programme n’a pas changé (et il change quasiment avec chaque nouveau ministre !), l’enseignant adapte son cours à son public : une même notion grammaticale, par exemple, vue dans deux classes de même niveau, ne sera pas forcément étudiée de la même manière. Quand il prépare son cours, l’enseignant a en tête la classe à laquelle il va s’adresser : telle notion sera trop ardue, tel exercice trop difficile (ou trop facile !), un brin d’humour sera bienvenu ici, à proscrire là… Le travail de préparation est précis et contraignant… et ne garantit malheureusement pas le succès ! Avoir passé une ou plusieurs heures à préparer un cours et faire le bilan, une fois le cours terminé, que peu d’élèves semblent avoir bien compris la notion étudiée… est non seulement vexant, mais angoissant : comment faire pour revenir sur cette notion, comment aborder à nouveau le sujet pour une meilleure réussite – et sans que les élèves aient l’impression qu’on leur rabâche la même chose ?…

C’est un métier où les constats d’échec sont fréquents : avec des élèves particuliers, bien sûr (faibles, inattentifs, contestataires…), mais aussi avec la classe, plus globalement. Et un constat d’échec oblige à une remise en question personnelle, ce qui est toujours douloureux. Avoir eu l’impression que les cours « passaient bien »… et s’apercevoir, lors d’un contrôle un peu global, que la majorité des élèves n’a rien compris… remet en cause le travail de plusieurs séances : frustrant ! Si Lambda a la chance de côtoyer un ou plusieurs collègues travaillant un peu dans le même sens, il essaiera d’en discuter avec eux. Ce n’est pas forcément possible : d’abord parce que, dans certaines matières, il est le seul de l’établissement ; ensuite, parce que les collègues de la même matière n’ont pas forcément les mêmes objectifs, les mêmes méthodes, les mêmes façons de percevoir les élèves… Si on lui répond, par exemple, « De toutes façons, ils ne fichent jamais rien ! »… Lambda n’est pas beaucoup plus avancé…

En dehors des strictes questions pédagogiques, se posent aussi des questions relationnelles, avec tel ou tel élève, avec telle ou telle classe… Un conflit avec une classe est une situation extrêmement pénible : si on ne parvient pas à le désamorcer rapidement, l’hostilité va grandir et devenir un état d’esprit… Il m’est arrivé de faire appel à un collègue ou à un principal dans certains cas… Si c’est un élève particulier qui est en conflit, après tentatives personnelles de le résoudre, mieux vaut faire appel à quelqu’un d’extérieur : collègue, parent, principal…

Ces remises en question, que tout enseignant fait de lui-même, ne sont pas les seules… Des collègues, des élèves, des parents d’élèves, des principaux, des inspecteurs… peuvent aussi contester tel ou tel aspect de l’enseignement. Il faut alors répondre, expliquer, se justifier, face à des accusations plus ou moins violentes, plus ou moins acerbes. C’est très difficile, d’autant plus si l’interlocuteur est agressif… Il m’est arrivé une fois de sortir de la salle où je recevais un parent d’élève, tant la discussion tournait à l’agression systématique… Garder son calme quand l’interlocuteur vous accuse d’incompétence est un exercice qui fait vite monter la tension !

Tout cela, c’est l’ordinaire « normal » d’un enseignant… A quoi il faut ajouter les remises en question « politiques » (les enseignants n’apprennent plus rien aux élèves, ne sont pas fichus de faire respecter la discipline, et autres critiques de ce genre émises par des personnalités diverses), reprises évidemment par les média… et donc par le public (les enseignants sont bien payés pour ne pas faire grand chose… Ils travaillent 18 heures par semaine…). A quoi il faut ajouter les réformes, la diminution drastique de la « formation continue », la disparition de la formation initiale, les exigences de plus en plus nombreuses quant aux « tâches annexes » (entre autres, de plus en plus de choses à rentrer dans les ordinateurs !), les menaces pesant sur la profession (accroissement du nombre d’élèves par classe, « assouplissement » de la carte scolaire, regroupement d’établissements, et j’en passe !)…

Il y a des enseignants qui craquent ou sont près de craquer ? Je m’étonne qu’il n’y en ait pas davantage…

Pour Patrice…

Mercredi 9 novembre 2011

J’ai lu ces jours-ci Elliot, de Graham Gardner : un roman décrivant les questions que se pose un enfant, puis un ado, face aux persécutions de ses « pairs »… Changeant de ville, donc de lycée, il essaie de se constituer une nouvelle personnalité, qui n’attirera plus sur lui les coups de ses « camarades »…

Et, au fil des pages, s’est imposée à moi l’image de Patrice…

C’était il y a une trentaine d’années… Patrice était dans une 5ème germaniste, d’un bon niveau dans l’ensemble. 4 ou 5 garçons, une petite quinzaine de filles… Parmi elles, 5 ou 6 d’un très bon niveau et d’une forte personnalité, assez mûres (l’une d’elles, à ma grande surprise, avait lu L’herbe bleue pendant les grandes vacances…)… Inutile de vous dire qu’on n’entendait guère les garçons dans cette classe…

Patrice était d’un niveau moyen, pas très grand (un seul des garçons avait une taille semblable à la plupart des filles), plutôt timide. Un élève comme on en croise beaucoup, qui n’attirait pas l’attention.

Sauf que…

Leur prof de math (dont j’ai déjà parlé ici) a découvert un jour que Patrice arrivait au collège avec sa mère, laquelle lui portait son cartable…

Quelle importance ? dites-vous… Le prof, qui se jugeait chargé de former la mentalité des élèves, a cru bon accabler Patrice de sarcasmes à ce sujet. En pleine classe, évidemment. Du jour au lendemain, ce petit bonhomme qui ne voulait de mal à personne s’est retrouvé la cible de toutes les plaisanteries plus ou moins douteuses, d’apostrophes plus ou moins insultantes, de la part du prof d’abord, bientôt suivi des élèves. De la majorité des filles, plutôt.

A ma connaissance, il n’y a pas eu d’agressions physiques contre Patrice. Mais les agressions verbales étaient fréquentes. La classe, aisément manipulée par un pervers, fondait son unité – et sa complicité avec le prof – sur le dos de Patrice.

Au point que, au 2ème trimestre, la mère de Patrice a demandé à ce qu’il change de classe : il pleurait tous les matins, refusant d’aller au collège… (changement refusé, pour raison de langue ou autre).

Je n’ai découvert la situation que tardivement. J’avais d’excellents rapports avec cette classe (nous avons monté une pièce de théâtre), mais mon « collègue » avait bien fait les cloisonnements dans les têtes des enfants : ils étaient avec Mme X OU M. Y… Et, mise au courant, je me suis trouvée singulièrement démunie : que faire ? Intervenir auprès du collègue ? Cela ne lui aurait donné qu’un reproche de plus contre Patrice. L’administration ? Quels faits précis avais-je à citer ? De plus, j’étais mal vue de la principale de l’époque, contrairement au prof de maths.

Ai-je essayé de parler à Patrice ? Je ne m’en souviens pas, mais je ne crois pas : quel soutien pouvais-je lui apporter, quand tout se déroulait hors de ma présence ? J’ai continué à le traiter comme un élève ordinaire, sans rien de particulier, surveillant les éventuelles « attaques » de ses condisciples. Lesquels (lesquelles…) avaient bien compris que je ne jouais pas à ce jeu-là…

La mère de Patrice a du moins obtenu, si je me souviens bien, qu’il ne se retrouve pas avec le même prof l’année suivante. Certes, il se retrouvait tout de même avec les mêmes élèves ; mais, le manipulateur absent, il faut espérer que les élèves se sont lassés du « jeu »…

Je n’ai rien su de Patrice les années suivantes, mais j’ai souvent pensé à lui depuis. J’espère qu’il aura réussi à surmonter cette horrible épreuve, à devenir un adulte « debout » après avoir été un enfant « couché »…

Oui, Patrice, après toutes ces années, je pense toujours à toi. Aurais-je pu intervenir ? de quelle façon ? Tu restes pour moi un remords…

Rentrée…

Jeudi 1 septembre 2011

Demain, rentrée des profs… Troisième rentrée à laquelle je ne participerai pas…

Loin de moi l’idée de le regretter. D’abord, j’ai eu, à 57 ans, un choix à faire : m’engager à partir à la retraite à 60 ans pour bénéficier des 3 années de « cessation progressive d’activité ». Ces trois dernières années ont presque été idylliques : plus que 3 classes (2 la dernière année) au lieu des 4 que je n’avais jamais réussi à « digérer », et donc retour à des rapports plus approfondis avec les élèves ; et la chance d’avoir une équipe « administrative » avec laquelle je me sentais « en phase »… chose que je n’aurais jamais crue possible ! J’aurais eu bien du mal à me retrouver avec une équipe plus… « classique » à la rentrée suivante !

Ensuite… eh bien, les changements apportés depuis dans l’Éducation dite Nationale m’ont confirmée dans mon choix… Trop de choses avec lesquelles je ne suis pas d’accord… et plus l’envie de me battre contre les moulins à vent… C’est ça aussi, la vieillesse, parfois…

Il n’en reste pas moins vrai que 40 rentrées scolaires marquent une vie… Si j’oublie les dates de « petites vacances », qui ne signifient plus rien pour moi, il m’est bien difficile d’oublier pareillement la date de la Rentrée…

La première prise de contacts avec les classes est un moment difficile, que j’ai toujours abordé avec confiance, certes… mais aussi appréhension… S’il est faux de dire que « tout est joué » lors de cette première rencontre, il faut avouer qu’elle est très importante : une erreur d’appréciation du « public » tout neuf conduira forcément à des réajustements pas toujours évidents. Enfants et ados ont tendance à un jugement rapide, basé sur ce qu’ont pu leur dire les « anciens » et sur leurs réactions personnelles : s’ils « décident », dès la première heure, que vous êtes « dur », « sévère », « cool », « gnangnan », « vieux jeu » ou je ne sais quoi d’autre, il importe de rectifier rapidement le tir, avant que ces épithètes ne vous collent à la peau et faussent vos rapports avec eux. De même, si vous avez réussi à capter leur attention et leur confiance à la première heure, il vous faudra être attentif à ne pas les décevoir par la suite… L’enseignement, à mon sens, n’est possible que dans un climat de confiance respective (et respectueuse ! pas questions de confidences ici !).

A tous mes collègues qui se préparent à ce difficile exercice, je souhaite, du fond du cœur :

Bonne Rentrée !

Science sans conscience…

Mardi 23 août 2011

Si les élèves de 1ère L et ES, alertés par les débats de toutes sortes, se jettent à la rentrée sur leur manuel de Sciences de la vie et de la terre, ils risquent fort, à mon humble avis, d’être déçus…

Pourtant, la polémique fait rage, paraît-il…

L’homosexualité enseignée à l’école : une pilule qui passe mal

L’introduction, dans les manuels scolaires de la rentrée, d’un chapitre sur l’orientation sexuelle heurte plusieurs associations familiales.

Pour l’éditeur Bordas, «les textes évitent tout esprit polémique (notamment l’influence des religions) et ne font qu’aborder de façon non choquante des questions de société largement médiatisées par ailleurs». Nulle part en effet il est écrit que les élèves doivent multiplier les expériences sexuelles. Mais Familles de France redoute que ces quelques lignes n’entraînent «plus de grossesses précoces et de cas d’infections sexuellement transmissibles».

Les paragraphes sur cette question dans le manuel Bordas.

Si vous avez la curiosité, comme moi, de lire la page incriminée (une page sur plus de 200…), vous contesterez peut-être le titre de Libération : peut-on dire que l’homosexualité soit « enseignée » ici ? On en parle, certes… et alors ?

J’aimerais bien que « Familles de France » m’explique comment parler de l’homosexualité risque d’entraîner « plus de grossesses précoces »… Voir leur lettre au président de la République :

Voulez vous être responsables de plus de grossesses précoces et de cas d’infections sexuellement transmissibles ?

Les « protestataires » s’abritent derrière le fait que ces quelques paragraphes (dans cette édition ou dans une autre) s’appuieraient sur une théorie du « gender », laquelle serait philosophique et non scientifique. J’ignorais jusqu’à ce jour cette théorie qui dit, d’après ce que j’ai lu, que l’identité sexuelle résulte non seulement du sexe génétique, mais aussi de l’environnement socio-culturel. Suis-je totalement stupide ? Je ne vois rien de révolutionnaire là-dedans… Sauf erreur de ma part, l’homosexualité des Grecs anciens était en partie due au fait qu’ils passaient de nombreuses années dans l’armée… Je me trompe ?

Je me souviens aussi avoir lu que le sexe génétique (XX ou XY) n’était pas toujours en accord avec le sexe physiologique (organes) ou hormonal… Anomalies, peut-être, mais bien scientifiques, celles-là…

Voici ce que dit le site Genethique sur cette théorie du genre :

La théorie du gender au lycée : un enseignement idéologique

la théorie du gender a d’abord été l’outil idéologique et subversif d’un féminisme militant : au nom de la non-discrimination entre l’homme et la femme, elle rejette le fondement biologique des sexes comme donné naturellement identifiant pour la personne et affirme que la différence entre l’homme et la femme relève exclusivement d’une construction sociale. Les genres masculins et féminins consistent en des « rôles » socio-culturels arbitraires qu’il est donc possible de déconstruire. En conséquence, aucun dynamisme naturel ne pousse l’homme et la femme l’un vers l’autre : cette inclination ne relève elle aussi que de conditionnements sociaux. Dans cette perspective, c’est l’orientation sexuelle (homosexuelle, hétérosexuelle, bisexuelle, transsexuelle) qui doit primer sur le sexe biologique, génétiquement déterminé par les chromosomes sexuels XX ou XY.

(C’est moi qui souligne : je n’irai sans doute pas lire les textes « officiels » de cette théorie, mais cela m’étonnerait qu’elle nie les différences biologiques !)

Le milieu éducatif et les parents d’élèves ont fermement dénoncé l’intrusion abusive de cette idéologie dans le programme de biologie. Regroupés au sein du collectif « L’école déboussolée », les enseignants du public ont envoyé au ministre de l’Education nationale Luc Chatel une pétition réunissant 33 000 signatures : celui-ci a refusé tout dialogue. Les Associations familiales catholiques (AFC) et l’enseignement catholique ont également protesté.

Je ne sais si L’école déboussolée est un regroupement d’enseignants : je n’ai rien vu dans ce site qui l’indique. Si le site comptabilise effectivement plus de 36 000 signatures à sa pétition, il n’affiche que 6 messages d’enseignants entre le 17 et le 27 juin, et aucun autre depuis…

Pour le philosophe Thibaud Collin, auteur d’essais sur ces questions, « la prime à l’indifférenciation sexuelle promeut en fait l’homosexualité. Ces théories sont une tête de pont pour un changement radical de société ». La dissociation de la sexualité et la procréation est alors consommée : la révolution culturelle voulue par le gender promeut les « droits » à la contraception, à l’avortement et à la procréation artificielle.

Oh ! Les vilains ! Vous vous rendez compte ? La CON-TRA-CEP-TION ! L’A-VOR-TE-MENT ! La PRO-CRE-A-TION AR-TI-FI-CIELLE ! Comment osent-ils !!!

Voir un peu plus bas la position de Christian Vanneste sur la « promotion de l’homosexualité »…

Conclusion
En Espagne, le gouvernement Zapatero a déjà rendu obligatoire les cours sur le gender, entraînant le retrait de dizaine de milliers de familles des écoles appliquant les programmes d’Etat.

Je ne ferai pas de recherches sur le bien fondé de cette conclusion… Si vous avez des lumières à ce sujet, merci de me laisser un commentaire !

Que demande L’école déboussolée dans sa pétition ?

Signez la pétition !

En conséquence, je vous prie donc, Monsieur le Ministre, de bien vouloir :

- Préciser la portée de la circulaire du 30 septembre 2010 et les programmes que vos services ont voulu définir.
- Interdire l’usage des manuels incriminés.
- Garantir que le thème du « gender » ne sera pas à la session 2012 des épreuves anticipées du bac ni aux sessions suivantes.
- Transférer au pire l’étude du « gender » dans le domaine du débat critique de l’éducation civique ou de la philosophie.

36254! signataires depuis le 15/06
RELAYONS
CONTINUONS OBSTINÉMENT !

Je ne connaissais pas Lextimes, mais voici quelques extraits de leur article :

FÉMININ/MASCULIN
Les nouveaux manuels de sciences s’ouvrent à la diversité

« Nous ne pouvons accepter que l’école devienne un lieu de propagande, où l’adolescent serait l’otage de préoccupations de groupes minoritaires en mal d’imposer une vision de la ‘normalité’ que le peuple français ne partage pas », écrit le 31 mai 2011 la présidente du parti chrétien-démocrate Christine Boutin au ministre de l’éducation nationale Luc Chatel

[...]

C’est donc bien un « détournement de l’enseignement au profit du lobby gay », tranche Christian Vanneste pour qui cette « théorie du genre sexuel » ne doit apparaître ni explicitement ni implicitement dans les manuels.

[...]

Un projet de lettre, cosigné par une cinquantaine de députés, circulerait en ce moment et devrait être remis prochainement à Luc Chatel pour dénoncer cette théorie et en exiger le retrait des manuels.

Le « lobby gay »… relayé par les Juifs et les Francs-maçons ?

J’ai lu une autre page… qui m’a laissée perplexe : je pense que, sous la violence des propos, il faut lire l’ironie… Mais celle-ci n’est pas, à mon avis, suffisamment perceptible pour que je puisse citer des extraits… A vous de vous faire une opinion, si vous le désirez :

Courrier des lecteurs
La voix de la sagesse

Bon. Revenons au sujet évoqué dans ces manuels si décriés : faut-il, ou non, aborder les questions de l’homosexualité, de la bisexualité, de la transsexualité ?

Je réponds oui, sans hésitation ! Il m’est souvent arrivé d’aborder le sujet de l’homosexualité avec des élèves, en classe complète, avec un groupe d’élèves ou un élève seul, généralement après qu’un élève avait prononcé l’insulte suprême de « pédé »… Il me semblait de mon rôle d’éclaircir avec eux ce que recouvrait cette insulte, le jugement qu’elle portait. De même qu’un jour j’ai interpellé dans un couloir un élève inconnu qui en appelait un autre « Négro ! ». Il ne s’agit pas de promouvoir tel ou tel « lobby » (!), mais de rendre les élèves conscients d’une diversité et de l’accepter.

Maintenant, que des enseignants se sentent gênés face à ces questions… c’est très dommageable ! Cela prouve une fois de plus que leur formation (quand il y en avait une…) ne les préparait pas suffisamment au dialogue avec les élèves. Et il est beaucoup de questions sur lesquelles le dialogue est primordial, et non pas le « cours », que ce soit sur les « races », l’esclavage, la colonisation, la peine de mort ou autres… Pour pouvoir « enseigner » quelque chose qui a trait à la vie des uns et des autres, il faut s’assurer qu’on est bien sur la même longueur d’ondes, et donc donner la parole aux élèves. Et répondre à leurs questions. Qu’en fin de discussion ils n’aient toujours pas compris, par exemple, que « Négro » était une insulte, n’est pas dramatique : il y a fort à parier que des fragments de cette discussion leur reviendront en mémoire la prochaine fois qu’ils lanceront cette épithète, ou même qu’ils la penseront. Nous n’avons pas à convertir qui que ce soit, mais simplement à expliciter les choses, et donner des arguments en réponse aux leurs.

Les pétitionnaires et autres protestataires exigeant la science « pure » feraient bien de retourner lire Rabelais :

« Science sans conscience n’est que ruine de l’âme »

Travail de groupes (suite de suite)

Jeudi 18 novembre 2010

Une des questions qui se posent quand on veut organiser un travail de groupes est la formation des dits groupes…

Je l’ai déjà dit : j’ai le plus souvent laissé les groupes se constituer par affinités. Cela se discute, évidemment…

Les avantages sont réels : les élèves se connaissent, ont un « langage commun », et ne perdent donc pas de temps à « s’apprivoiser », ce qui est le cas des groupes formés par l’enseignant. Comme chacun le sait, une classe est rarement (n’est jamais ?) un ensemble d’enfants ou d’ados ravis de tous se retrouver là (sauf, éventuellement, pour faire « des bêtises »… et encore !). Une classe, comme n’importe quel rassemblement fortuit d’individus adultes, se constitue rapidement en petits clans, plus ou moins fermés, plus ou moins opposés les uns aux autres, plus ou moins à l’écoute d’un éventuel « leader ». L’enseignant sent parfois ces courants d’amitié ou d’inimitié qui traversent sa classe ; il est loin de tous les appréhender, et découvre parfois tardivement que tel et tel élèves se détestent cordialement, bien que rien dans leur comportement en classe n’ait pu le faire soupçonner.

En 6ème, les élèves se regroupent plus ou moins selon leur école primaire d’origine : ils se connaissent, font parfois le trajet ensemble jusqu’au collège. Cependant, ils en restent rarement là, et sont très réceptifs les uns aux autres. Très changeants aussi : les « amitiés » se font et se défont à grande vitesse.

Cette « ouverture » se réduit au fil des années : les élèves se sont adaptés au collège, ils prennent de l’assurance, tant par rapport à eux-mêmes qu’à leurs camarades ou aux profs. Leur but n’est plus de s’adapter à un monde nouveau, mais de constituer des « cocons » où ils se sentiront bien. Les « cocons » sont rarement mixtes et, en 4ème-3ème, restent le plus souvent assez stables. Alors qu’en 6ème je n’ai pas souvenir de groupes de travail identiques d’un trimestre à l’autre, en 4ème-3ème, j’ai souvent vu des groupes constitués du début à la fin de l’année.

Laisser les élèves se grouper par affinités permet donc d’économiser un temps d’apprentissage du fonctionnement des autres. Cela risque évidemment aussi de transformer le travail proposé en bavardages et récits personnels n’ayant rien à voir avec le projet ! A l’enseignant de repérer ces groupes de « bavards » pour les visiter plus souvent et leur rappeler la tâche à accomplir… Éventuellement, pour un travail sur plusieurs séances, prévoir des « échéances » de travaux partiels à rendre.

J’ai déjà dit que j’autorisais la formation de groupes de 2 à 4 élèves. Si le travail me semble trop important pour 2, je préviens les élèves, mais les laisse libres. 3 ou 4 sont de bons chiffres : si un ou deux élèves posent problème au groupe, celui-ci a vite fait d’exclure le(s) fautif(s). A 5, je l’ai remarqué, il y a souvent 2 élèves qui bavardent et 3 qui travaillent (rarement l’inverse, mais cela arrive) : le rapport de forces ne permet pas l’exclusion ou la dissolution spontanée du groupe ; le groupe travaille donc de façon bancale, les 2 bavards étant parfois 3, et pas toujours les mêmes. Le groupe se trouve tiraillé entre le travail à fournir et l’envie de discuter… La qualité du travail s’en ressent…

Évidemment, la constitution des groupes de travail ne se passe pas sans anicroches : si un « cocon » de 6 élèves peut se fragmenter en 2 groupes de 3, le « cocon » de 5 en est réduit à former un trio et un duo… voire à « adopter » un ou deux autres élèves, ou à exclure un membre qui doit aller se grouper avec d’autres… Il y a souvent aussi le problème des élèves isolés, qui restent à leur place pendant que les autres tentent de former des groupes… et qu’il faut « caser » ensuite… A l’enseignant de trouver où insérer ce « solitaire » de la meilleure façon possible… compte tenu du statut particulier de ce « solitaire » (parfois un enfant proche de l’autisme, ou d’une timidité maladive, ou ayant des rapports très problématiques avec les autres…).

Je ne me souviens que d’une fois où j’avais constitué un « groupe de niveau » (ce qui ne veut pas dire que je n’en ai pas fait d’autres). J’avais une bonne classe de 6ème et, parmi les bons, quelques très bons… Ils devaient étudier une série de BD au choix (Tintin, les Schtroumpfs, Lucky Luke…)… et j’avais aussi envie d’en plonger certains dans Philémon, que j’appréciais (et apprécie toujours !) particulièrement… J’ai donc demandé à ces « très bons » s’ils acceptaient de travailler ensemble (ce qu’ils ne faisaient pas d’ordinaire) sur cette BD qu’ils ne connaissaient pas. Ils ont accepté et ont fourni un travail d’une grande qualité… damant le pion aux profs qui, parallèlement (et pour leur propre plaisir !), faisaient cette étude… Nous n’avions en effet pas vu ce qu’ils avaient trouvé : que le personnage de Philémon avait un visage particulièrement neutre, ce qui lui permettait d’être à sa place dans le monde « réel » et dans celui des lettres de l’océan Atlantique…

En général, comme je l’ai déjà dit, j’ai évité de « classer » visiblement les élèves selon leur niveau. Que la classe prenne conscience (forcément !) qu’Untel ou Unetelle a souvent les meilleurs résultats est inévitable ; que l’enseignant « en rajoute » en groupant les élèves de telle ou telle façon me paraît aussi dommageable pour les « bons » (les « intellos ») que pour les « mauvais » (les « nuls »)… et pour les « moyens », qui se demandent s’ils existent vraiment…

Par contre, il m’est souvent arrivé de conseiller à un groupe de choisir, parmi les thèmes proposés, un sujet d’étude plus approprié – me semblait-il – à leur « niveau ». Conseil qui n’avait évidemment pas force de loi ! Si un groupe d’élève « faibles » avait envie de se battre avec un sujet que je leur disais « difficile », c’était leur droit !

C’est vrai, le travail de groupes n’est pas simple à gérer… et j’avais assez peu l’occasion de m’asseoir pendant les 2 heures que duraient généralement les séances… mais les résultats (tant du point de vue du travail effectué que du point de vue de l’ambiance de la classe et des rapports prof-élèves) m’ont toujours paru en valoir la peine…

Le bien fait n’est jamais perdu…

Mardi 26 octobre 2010

Proverbe revisité en guise de titre, pour vous parler d’un coup de téléphone reçu avant-hier (non, ça n’a pas fait mal !).

Donc, un « ancien élève » (79-80 !) m’appelle : il m’appelle de temps en temps, est venu chez moi il y a 2 ans… et était un élément de cette fameuse 3 C dont j’ai déjà parlé.

Échange de nouvelles, puis de souvenirs. Celui-là, entre autres. Que j’essaie de retranscrire à peu près (je n’enregistre pas mes communications téléphoniques !)…

« Tu nous avais dit qu’en seconde, les profs nous feraient cours, sans nous dire de prendre des notes, ce serait à nous de les prendre. Donc, un jour, tu nous avertis que tu vas nous faire un cours, que nous devrons prendre en notes. Après quoi, nous aurons à faire une rédaction à partir de ces notes. C’était sur la sorcellerie…

J’étais plutôt bavard, et j’ai pris des notes, mais j’ai aussi bavardé avec Laurent, mon voisin. Et, une fois à la maison, pour faire mon devoir, j’étais assez embêté. Je suis allé chez mon oncle, qui m’a sorti des livres sur la sorcellerie, et j’ai beaucoup travaillé pour ce devoir. Vu le temps passé, et le travail fourni, j’espérais avoir une bonne note !

Et voilà le jour où tu nous rends les devoirs… Tu expliques que tu commences par les meilleures notes, pour finir par les moins bonnes. Il y avait 3 notes : une pour la prise de notes, une pour l’orthographe, je crois, et la 3ème… je ne sais plus [vraisemblablement pour style et vocabulaire].

Et ça commence… Pas de surprise pour les meilleures notes… mais j’espérais vraiment en avoir une bonne ! Un peu déçu d’entendre les notes défiler sans moi… Quand tu es arrivé à la moyenne, j’ai un peu paniqué : non ! ce n’était pas possible ! Avec tout le boulot que j’avais fait, je ne pouvais tout de même pas avoir moins de 10 !

Et ça continue…

Tous les devoirs ont été rendus… sauf le mien !

Et toi : « Maintenant, je vais rendre un devoir vraiment excellent… Celui de Franck ! »

Mon cœur a fait un bond ! Je crois que mes notes étaient 19, 17 et 17 ! Tu n’imagines pas comment j’étais content ! Je n’ai jamais oublié… »

***

Moi, si, évidemment… Mais je vous jure, cet homme de 45 ans au bout du fil… il avait à nouveau 15 ans, toute son émotion intacte comme au premier jour !

***

Parfois, cela fait peur, quand on songe à la responsabilité qu’on peut avoir, en tant que prof, sur une jeune existence…

Lettre aux nouveaux Capesiens

Lundi 26 juillet 2010

Vous venez d’avoir votre CAPES, qui vous ouvre la porte de l’Éducation Nationale, et vous avez fêté comme il se doit cette réussite.

Malgré tout, une vague inquiétude vous taraude : où allez-vous « tomber » ? Quel genre d’établissement ? Quels niveaux de classes ? Quand, comment, allez-vous pouvoir préparer cette rentrée qui vous met, théoriquement, au même niveau que des profs qui enseignent depuis 10, 20, 30 ans ou plus ?

Vous entrez dans un métier qui, à mon humble avis, est un des plus beaux du monde : à vous échoit la responsabilité de former – en partie, certes – les adultes de demain. Noble tâche et lourde responsabilité. Métier passionnant et difficile, qui vous oblige à vous remettre sans cesse en question : votre pédagogie, bien sûr, mais aussi vos façons de réagir, de comprendre, d’appréhender les choses et les gens.

Permettez à une « jeune » retraitée de vous indiquer quelques pistes pour cette première rentrée…

Je regrette infiniment qu’on vous « lâche » ainsi dans un métier difficile sans aucune formation. Vous aussi, sans doute. Mais vous allez être obligés de « faire avec »… ou plutôt : de « faire sans »…

Le plus important, à mon avis : vous n’êtes pas seuls. Dans votre établissement, il y aura forcément, comme partout, des collègues sympathiques qui seront prêts à vous épauler, tuteurs ou non. A vous prêter des cours, des livres, des fiches ; à vous conseiller telle ou telle progression ; à vous mettre en garde contre tel ou tel élève, telle ou telle classe ; à vous écouter et à répondre à vos interrogations. Certes, comme partout aussi, vous croiserez des « tontons ronchons » et des « taties hargneuses » qui serreront contre eux leurs précieuses préparations et refuseront de vous les montrer. D’après mon expérience, ils ne sont qu’une petite minorité, et vous pourrez trouver assez facilement de vrais interlocuteurs.

Ne craignez surtout pas de faire appel à vos collègues : ils savent dans quelles conditions vous débarquez, ils sont pleins de bonne volonté à votre égard. Tentez de repérer assez vite les collègues « positifs » (ceux qui passent leur temps à se plaindre des élèves, de la « baisse de niveau » et autres choses de ce genre risquent de vous donner une image assez décourageante de votre métier tout neuf… je vous conseillerais plutôt de les fuir !) : n’hésitez pas à leur parler de toute difficulté, même minime, que vous rencontrez dans vos classes. Car notre métier est loin d’être un long fleuve tranquille… Il va falloir faire face à des classes, certes, à des cours d’une matière que vous maîtrisez… mais pas forcément au niveau auquel vous allez l’enseigner… et à mille petits « problèmes » tels que l’insolence, l’élève qui bavarde constamment, celui qui interrompt le cours, celui qui fait autre chose, etc.. Vous trouverez parfois « instinctivement » la « bonne » façon de répondre ; parfois non, et il sera alors important d’en parler avec des collègues pour chercher les meilleures réponses possibles.

Les élèves sont un peuple changeant : vous aurez parfois l’impression de ne pas reconnaître votre classe… Parce qu’ils sortent d’un cours difficile, qu’ils ont eu une sale note, que l’un d’entre eux a un « vrai » problème, qu’une bagarre a eu lieu dans la cour, qu’ils se sont couchés tard la veille… ou pour n’importe quelle autre raison que vous ne connaîtrez peut-être jamais. Pris individuellement, c’est pareil : le « cancre » se révélera peut-être très actif un jour, et le « bon élève » maussade ou endormi…

N’oubliez jamais : tels qu’ils sont, dans leurs constantes et leurs imprévisibles réactions, ce sont des personnes. Comme vous et moi. Plus jeunes, certes, plus « fous », plus immatures, mais des personnes. Et ils apprécieront grandement que vous en teniez compte.

Vous jouirez au départ d’une aura favorable : les ados aiment les profs jeunes, dont ils se sentent plus proches. Ils voudront vous séduire, chacun à sa façon. Cela ne les empêchera nullement de vous « tester », comme ils testent systématiquement tout prof qu’ils n’ont jamais eu en cours : il s’agit pour eux de voir jusqu’où ils peuvent aller, quand et comment le prof établit son autorité. L’autorité, ce n’est pas un coup de poing sur la table ou une « gueulante », c’est simplement la conscience des limites à ne pas dépasser dans la relation prof-élèves. Pas de règles là-dessus, sinon, évidemment, d’éviter le ton copain-copain, qui fausse totalement le rapport prof-élève. Vous êtes une personne, ils sont des personnes, et c’est à vous, parce qu’adulte, d’établir la « distance raisonnable » entre eux et vous.

On dit souvent : au début, il faut être sévère, quitte à lâcher du lest ensuite. Oui et non : si les élèves veulent vous séduire… vous aussi, voulez les séduire ! Et ce n’est pas en revêtant l’armure du prof sévère que vous allez y parvenir… du moins pas dans l’immédiat. Mais, dès la première heure, il est important que les rôles respectifs soient fixés. Des profs, il y en a de toutes sortes : chacun fait en fonction de son caractère, de sa personnalité. Vous évoluerez sans doute beaucoup au cours de cette première année, selon les réactions que vous rencontrerez.

On dit aussi : la première heure avec une classe détermine toute l’année. Heureusement, ce n’est pas vrai, et si votre première heure ne s’est pas déroulée comme vous le souhaitiez, vous aurez pas mal d’heures ensuite pour établir un rapport satisfaisant avec votre classe ! D’autant que, évidemment, vous serez fragilisé par votre « première première heure »… qui risque de ne pas se passer comme vous la rêviez…

Les enfants, et encore plus les ados, sont très réceptifs à l’état mental des adultes, surtout si lesdits adultes ont autorité sur eux (parents, profs,…) : instinctivement, ils cherchent « la faille »… parce qu’ils craignent de la trouver… Vous avez entendu parler de profs dépressifs qui se font chahuter, par exemple : ce n’est pas cruauté de leur part, c’est qu’ils ne supportent pas que l’adulte soit faillible, qu’il ne soit pas le mur contre lequel s’appuyer. Vous ferez sans doute, un jour ou l’autre, l’expérience d’un cours alors que vous êtes fatigué ou enrhumé ou soucieux : souvent, les élèves sont alors beaucoup plus agités, bavards, énervés ; ils réagissent « agressivement » à votre état… parce qu’ils ne se sentent plus dans la même « sécurité » que d’ordinaire…

Quand je parle d’adulte « faillible », j’entends bien sûr au niveau « mental ». Les élèves acceptent parfaitement que vous ignoriez telle ou telle chose, ou que vous ayez recours au dictionnaire pour vérifier l’orthographe d’un mot… sauf, évidemment, si vous avez voulu imposer l’image du prof infaillible… auquel cas ils vont chercher tous les moyens de vous mettre en échec : ils savent bien que tout le monde, même les profs, peuvent se tromper ou ignorer quelque chose. Si vous commencez un cours en disant, le plus « naturellement » possible : « J’ai fait une erreur au dernier cours , nous allons rectifier… », ils sauront apprécier votre honnêteté intellectuelle.

Encore une fois : n’hésitez pas à parler à des collègues des problèmes rencontrés, des questions que vous vous posez. Jusqu’à ma dernière année, j’ai pu ainsi trouver des réponses plus adaptées que celles que j’avais tentées ; réfléchir ensemble à une question permet de voir des aspects qu’on avait négligés… Sans compter que c’est tout de même rassurant de voir que d’autres ont – ou ont rencontré – des problèmes similaires…

Je vous souhaite de bonnes vacances, une bonne rentrée… et longue vie dans ce métier que vous avez choisi !

Pas d’appel hier…

Samedi 19 juin 2010

Je n’ai pas fait l’appel hier…

Et je ne le ferai plus, ni demain, ni un autre jour…

Non, non, pas de nostalgie soudaine, juste une association d’idées : « l’appel », pour un prof, ce n’est – a priori – pas celui du 18 juin, mais celui qu’il pratique – plus ou moins régulièrement – dans ses classes…

Pour moi, l’appel a toujours été limité aux premières semaines de cours : il est alors non seulement systématique, mais encore répétitif : il s’agit que j’associe chaque tête à un nom – ou au moins un prénom. Cent dix têtes en moyenne, généralement inconnues. Parfois, j’ai retrouvé un frère ou une sœur d’un « ancien », ce qui favorise la mémorisation… et me permet d’avoir des « nouvelles » dudit ancien… (Les dernières années, il m’est même arrivé d’avoir le fils ou le neveu d’un « ancien »…) Le premier appel est donc une prise de contact (préalablement, je me suis présentée, ai écrit mes nom et prénom au tableau… ce qui n’a jamais empêché tel ou tel élève, des mois plus tard, de « découvrir » triomphalement mon prénom, pêché à je ne sais quelle source de renseignements…

Au cours de cette première heure, tandis que les élèves remplissent la fiche que je leur ai distribuée, je reprends ma liste et tente de retrouver certaines têtes. Mes erreurs, mes oublis, les amusent. Ils tentent même parfois de m’induire en erreur. Quand j’ai réussi à mémoriser la majeure partie de la classe, je tente, liste en main toujours, de les appeler rangée par rangée, et non plus par ordre alphabétique. Encore plus d’erreurs et d’oublis, évidemment… A la fin de la première heure, j’ai procédé ainsi à 5 « appels » au moins… tout en sachant très bien que j’en aurai oublié beaucoup d’ici la prochaine heure… car je vais voir ensuite une nouvelle classe, et recommencer la procédure ! Parfois, il se passe plusieurs jours entre la première prise de contact et le cours suivant… auquel cas tout est à refaire, ou presque…

Les dernières années, j’avais demandé aux élèves de conserver les mêmes places pendant les 3 premières semaines… cela aide pour la mémorisation… mais n’est pas toujours évident : la disposition des salles de classe change…

(J’ai toujours laissé mes élèves libres de se placer où ils voulaient ; il a dû m’arriver 2 fois en 40 ans de les « placer », pour des raisons de fonctionnement difficile. Ma « théorie » est qu’un élève travaille mieux – parce qu’il se sent mieux – s’il est à côté d’un copain ou d’une copine ; évidemment, il risque aussi davantage de bavarder… mais bon, je me sentais capable d’assumer ce « risque ». Par contre, comme il m’arrivait assez souvent de leur demander un travail où ils pouvaient échanger avec le voisin, ce travail me semblait plus productif s’ils avaient choisi leur voisin…)

Au bout de 3 semaines, l’essentiel est fait… même si j’ai encore des hésitations sur le patronyme des 3 Stéphane ou Marine…

C’est un peu fastidieux… mais j’étais récompensée par le regard lumineux de l’élève que j’avais appelé par son prénom : très important pour eux d’être « reconnu », de sortir de l’anonymat…

Passées ces 2 ou 3 semaines, plus besoin de faire l’appel : un rapide coup d’œil me permettait de noter l’absence de tel ou telle (même s’il m’est arrivé d’en « zapper » une…). Je me trompais encore parfois, certes (sans compter que j’ai eu des difficultés avec des jumeaux ou jumelles que je distinguais mal… surtout quand je n’en avais qu’un ou une en face de moi…), mais cela de tirait pas à conséquence : les élèves s’en amusaient plutôt : « Vous vous êtes encore trompée, Madame ! »

Et j’avoue que je restais un peu interloquée, au conseil de classe, quand tel ou tel prof – qui n’avait pas plus d’élèves que moi – avait besoin de la photo des élèves pour savoir de qui on parlait…

Blog de prof : le Retour !

Mardi 16 mars 2010

Bonjour à vous !

Et merci de venir me faire une petite visite, après 2 mois (ou presque) de silence…

Non, je n’étais pas partie en Alaska ni au fin fond d’un désert australien ; je ne gisais pas non plus fiévreusement dans mon lit ; je n’étais pas submergée par les tâches diverses qui comblent la vie d’une retraitée (quoique…)…

Non, rien de tout ça : j’étais tout simplement « hackée » !

Un méchant hacker avait parsemé mon blog de virus divers (et un autre – ou le même – avait d’ailleurs pareillement attaqué mon site d’exercices de français !), en rendant l’accès impossible… comme vous avez pu vous en rendre compte si vous avez voulu me visiter à cette période…

Plusieurs fois, j’ai « réparé » les dégâts… pour les retrouver le lendemain, voire quelques heures plus tard…

Un méchant, hein ? Vraiment très très méchant !

J’espère que cette fois tout est « clean », et que je vais pouvoir reprendre la conversation avec vous…

Dans le désespoir qui était le mien, je n’allais même plus voir les blogs de mes collègues ! Et j’ai été surprise et ravie de voir aujourd’hui que Profette avait fait un retour sur la Toile. Très motivée par la réforme qui se met en place…

Je passe sur les détails : allez lire vous-mêmes ses articles, et vous comprendrez sa révolte !

Je ne retiens que 2 éléments : la déstructuration de la classe et les « groupes de compétences ».

Je ne dis pas qu’il faille sacraliser la classe en tant que telle : il y a peut-être des améliorations à envisager. Mais « une classe, un prof » a le gros avantage de permettre des relations entre élèves, entre prof et élèves (et vice-versa). L’école n’est pas une usine où l’on peut changer telle production pour telle autre, attribuer un jour à M. X la fabrication des boîtes de soupe à la tomate et, un mois plus tard, celle des soupes aux asperges. Chez nous, les « boîtes » sont des gens, des personnes, et si on les manipule comme des boîtes, il ne faut plus en attendre grand chose. Chacun a des souvenirs précis de tel prof, tel instit, qui nous a révélé un monde… ou qui nous en a fermé un, d’ailleurs ! Chacun a des souvenirs de telle ou telle classe où il a vraiment « donné son jus », parce qu’il y était bien.

Il faut du temps, pour établir des relations. Quand il m’est arrivé d’avoir des classes, ou des groupes, une heure par semaine, pendant quelques semaines, j’ai rarement pu établir des relations, sinon avec quelques élèves plus demandeurs pour une raison ou une autre. Cela n’empêche évidemment pas de travailler, mais c’est une autre dimension, plus réductrice, qui se met en place. Si l’on a un objectif précis, à court terme, cela n’est pas très gênant (mais dérangeant tout de même, pour le prof comme pour les élèves, de ne pas pouvoir nommer un élève sans regarder sur une liste ou un plan de classe !).

Un élève, c’est une PERSONNE : en tant que telle, il a besoin d’être reconnu. Il a aussi besoin de pouvoir évaluer l’adulte qui est en face de lui : cela fait partie de sa construction personnelle. Et pour pouvoir l’évaluer… il lui faut du temps, à lui aussi !

Quant aux « groupes de compétences »… ils me laissent sceptique… J’aimerais bien d’ailleurs qu’on m’explique la différence entre ce qu’on appelle aujourd’hui « compétences » et ce qu’on appelait avant « acquis ». Pour les acquis, cela me semblait assez clair : une série de cours, exercices… avait été mise sur pied, et le prof pouvait contrôler qui avait – ou n’avait pas – acquis ces notions ou ces savoir-faire. La notion de compétence me semble curieusement dénuée de tout rapport avec un enseignement : comme si les élèves avaient – ou n’avaient pas – certains « dons » (génétiques ? familiaux ? autres ?)… Pour avoir participé à la validation des « compétences » du B2i, je me suis trouvée confrontée à cette question : oui, tel élève « savait » naviguer sur Internet, envoyer un courriel, rechercher une information. Parce qu’il avait un ordinateur à la maison ? Parce qu’un membre de sa famille ou de son entourage lui avait appris tel ou tel procédé ? Parce qu’il avait étudié cela en technologie ou ailleurs ? Je crains que ces compétences détectées pour le B2i recoupent certains milieux socio-culturels, vu qu’elles sont apparemment coupées de tout apprentissage scolaire…

Par ailleurs, regrouper les élèves selon leurs « compétences »… cela me paraît furieusement ressembler aux « classes de niveaux » qu’on avait fini par abandonner il y a déjà pas mal d’années ! Et pour cause : si « les bons » pouvaient s’émuler en se confrontant les uns aux autres, le marasme total régnait chez les « moyens »… et la désespérance chez les « faibles » !

Je parlerai un autre jour des « groupes de remédiation » que j’ai connus…