Liberté…

« Pour un artiste, toutes les formes d’engagement sont une entrave : que ce soit pour son Église, dans un groupe politique et même pour son pays. Ils réduisent ton espace de liberté, et sans liberté il n’y a pas d’art… »

« Si ici à Amsterdam les gens admettent que chacun croie en son Dieu et interprète différemment les mêmes paroles sacrées, tu dois profiter de cette occasion qui est unique dans l’histoire de l’homme, car cette situation ne va certainement pas durer et je doute qu’elle se répète avant longtemps, parce que ce n’est pas normal : il se trouvera toujours des illuminés disposés à s’approprier la vérité et à essayer de l’imposer aux autres… Je ne t’enjoins pas de faire quelque chose, je te demande seulement de réfléchir : la liberté est le plus grand bien de l’homme, et ne pas s’en servir quand il est possible de le faire, c’est une chose que Dieu ne peut pas nous demander. En revanche, renoncer à la liberté est un terrible péché, presque une offense à Dieu. Mais tu dois déjà savoir que tout a un prix. Et celui de la liberté est généralement très élevé. Parce qu’il y aspire, même là où la liberté existe – ou là où on dit qu’elle existe, ce qui est le plus fréquent – l’homme prend le risque de beaucoup souffrir, car il se trouve toujours des individus pour comprendre la liberté différemment, comme cela arrive avec les idées sur Dieu, et le comble, c’est qu’ils vont jusqu’à penser que leur conception est la seule correcte, et décident donc d’utiliser leur pouvoir pour que les autres pratiquent la liberté à leur façon… Ce qui signifie la fin de la liberté : car personne ne peut te dire comment tu dois en jouir… »

Ces paroles, je les ai rencontrées ces derniers jours, dans le roman Hérétiques de Leonardo Padura. L’auteur les met dans la bouche de Rembrandt, en 1644, lequel s’adresse à un jeune élève juif… dont la religion condamne les images…

Merci à cet auteur, merci à tous les artistes passés, présents et à venir, qui ont pris, prennent ou prendront ce risque…

Tags: , , ,

Leave a Reply