Sportif, le cours de Français !

Hier, énervée par mes questions de fréquences, je ne vous ai pas parlé de mes deux heures avec les 5èmes… Fort intéressantes, pourtant !

Jugez-en : nous avons joué au ping-pong !

Enfin, quand je dis « nous »… les élèves, seulement, pas moi ! Je les regardais seulement, et commentais parfois…

Non, je ne suis pas tombée sur la tête ! Et je ne me suis pas davantage reconvertie !

Et : oui, ils jouaient tous en même temps, par 2 (certains ont voulu faire des « doubles », mais j’y ai mis le holà !).

Non, ce n’était pas si bruyant que ça… J’en vois certains se gratter la tête en se demandant comment je fais tenir 14 tables de ping-pong dans une salle… Et d’autres, jaloux, qui voudraient bien avoir autant de tables dans leur collège !

Bon, je vous dis tout ?

En fait, on était au CDI (« la doc », pour les intimes), les élèves jouaient sans raquette, sans balle, et même, parfois, sans table… Ça vous rassure ?

L’entraînement (intensif !) a duré au moins 20 minutes, au cours desquelles les élèves se sont entraînés à tenir une raquette imaginaire (le nombre de ceux qui avaient la main bien droite, doigts tendus… avant que je leur prouve que dans cette position, la raquette tombait obligatoirement !), à suivre des yeux une balle imaginaire, pour la renvoyer sur une table imaginaire…

Le tout pour parvenir à jouer « Ping-pong », de Dubillard…

Après l’entraînement, la prestation : chaque couple de joueurs a joué devant les autres… qui ont vite compris les problèmes ! La table rétrécissait (elle était imaginaire, et je lui avais donné ses dimensions approximatives dans l’espace), ou tournait ; les joueurs jouaient sous la table, les balles partaient au plafond, le joueur renvoyait une balle… qu’il n’avait pas pu attraper, car elle était arrivée de l’autre côté… Il y a même eu un joueur qui avait une raquette dans chaque main !

A un moment, quelqu’un (je ne le nommerai pas !) est entré dans la salle, et a trouvé trop facile ce que nous faisions. Il s’est proposé pour faire l’exercice, et a choisi son partenaire… Il a vite compris que ce n’était pas si évident, de jouer dans l’imaginaire ! Et a rendu sa raquette (imaginaire), vaincu…

Après quoi, je leur ai donné le découpage de la scène, chaque couple a choisi (tant qu’il restait un choix à faire !) le fragment qu’il voulait apprendre, et s’est mis sérieusement au travail : apprendre… et jouer !

Épuisés, qu’ils étaient, après tant de sport intensif ! Heureusement, ils ont un long week-end pour se remettre… et s’entraîner !

Tags: , ,

Leave a Reply