Vider les cartons…

Ah ! les cartons ! Je ne sais combien j’en ai rempli et vidé… mais il m’en reste un certain nombre à explorer…

La plupart ont été assez simples et sans surprise : les livres, par exemple (combien de cartons de livres ? Plusieurs dizaines, c’est sûr !), étaient rangés par genre, pays, siècle, nom d’auteur… et ont donc retrouvé une place sans problème (mais ils ne sont pas tous sortis… et je n’ai aucune idée de l’endroit où je vais bien pouvoir mettre mes BD, stockées pour le moment dans l’atelier…). Quelques découvertes, pourtant : tiens, un livre en double : pourquoi diable ??? Et des retrouvailles, entre autres avec quelques livres pour enfants que j’ai conservés… de mon enfance ! (Eh oui, je suis une incurable conservatrice !) La série des Heidi, par exemple… offerte au fil des années par plusieurs membres de la famille…

Lecture qui m’a été bien utile, entre parenthèses, lorsque j’ai enfin été admise aux épreuves orales du CAPES ! Car je suis tombée en Espagnol sur un article de journal parlant du dessin animé Heidi, qui faisait fureur en Espagne à l’époque. Je ne savais rien du dessin animé, mais ma connaissance de l’histoire, que j’avais lue et relue maintes fois, m’a permis de comprendre l’article et de pouvoir le commenter…

D’autres cartons recèlent des trésors beaucoup plus mélangés… et jouent la surprise quand je les ouvre : oh ! la statuette que m’avait offerte ma grand-mère ! Ce petit bibelot, qui donc me l’avait offert ? La casserole en alu (et manche en bois !) de ma dinette ! Le tableau que m’avait offert ma nièce, il y a une dizaine d’années…

Incurable conservatrice, disais-je… Et pourtant, je vous jure, j’en ai jeté, des choses, au fil des ans et des déménagements ! ! Mais… tant d’objets me viennent d’amis, ou de membres de la famille, voire d’élèves ! Oui, cette petite poupée en costume algérien, c’est un élève de 6ème qui me l’a offerte ! Et ce cendrier en cristal, les 5èmes s’étaient cotisés pour me l’acheter ! Jeter ces objets, pour moi, ce serait aussi jeter le souvenir… Je me suis quand même délestée, au fil des ans, de quelques-uns de ces objets de mémoire… mais cela reste quelque chose de très difficile… Il est vrai que j’ai de qui tenir : ma grand-mère et ma mère conservaient aussi… tout ce qui pouvait tenir dans la maison !

Mais… c’est grâce à elles (et aux générations précédentes) que je possède quelques archives familiales inestimables (pour moi) : par exemple, les certificats de travail de mes arrière-grands-parents, travaillant chez des particuliers lui comme jardinier et elle comme cuisinière, lesquels certificats attestent de la sobriété de l’un et de l’honnêteté de l’autre… Ou encore, cette lettre (en allemand !) de Buffalo, fin 19ème, envoyée à mon arrière-arrière-grand-père par son demi-frère… parlant du risque d’attaque indienne…

Alors tant pis ! Je garde !

Mots-clefs : ,

Laisser une réponse