Nouvelles méthodes…

Désolée de vous avoir fait faux-bond pendant plus d’une semaine : je me suis retrouvée à nouveau avec un problème – sans doute dû à un hacker – et il a fallu que je réunisse tout mon courage pour m’attaquer encore à la tâche de télécharger des fichiers, et les corriger… J’espère que maintenant le site est un peu plus sécurisé et que je n’aurai plus de problème de ce genre…

Je veux vous faire part d’un texte que j’ai lu hier dans la revue de Généalogie lorraine, émanant de Punerot (Vosges) :

Aujourd’hui 19 février de l’année 1753, l’après-midi sont comparus les maire, lieutenant de maire syndic, habitants et communauté dudit Punerot, lesquels ont reconnu et confessé avoir loué et engagé,

Christophe Aubert, régent d’école audit Punerot pour servir en ladite qualité audit lieu, à commencer à la saint Georges prochaine et finir à pareil jour, à charge par lui d’exercer les fonctions de bon maître d’école qui sont de faire tous les jours : la prière le matin et le soir ; sonner l’angélus aussi le matin et le soir ; sonner en temps et saison convenables comme il s’est toujours pratiqué audit Punerot. Faire l’école pendant toute l’année et surtout, depuis la Toussaint jusqu’à Pâques sans discontinuation, conformément à la nouvelle méthode et au règlement et distribution aux exercices de l’école. Apprendre la lecture, l’ortographe (sic), l’arithmétique autant qu’il lui sera possible, à tous les enfants qui lui seront envoyés.

Eh oui ! déjà la nouvelle méthode en 1753 ! Il y en a eu quelques autres, depuis… J’espère que vous apprécierez l’ordre dans lequel sont énumérées les tâches du maître d’école… Mais ce n’est pas tout, et je m’en voudrais de vous priver de la suite :

Chanter à l’église quand il sera nécessaire, tenir les ornements, linge, et l’église propre ; apprendre le chant aux enfants autant qu’il sera possible. Conduire lorloge (sic), porter l’eau bénite les dimanches chez tous les habitants comme aussi vivre conformément aux règlements et statuts de Monseigneur l’évêque. Le tout à quoy le dit Aubert s’est entièrement soumis, pour raisons de quoy il percevra par chaque mois 6 sols par chaque écolier, percevra pareillement pour ses droits honoraires 12 sols par chaque laboureur.

À l’égard des manoeuvriers : 26 sols, savoir 12 pour le gage et 14 pour l’eau bénite, que chaque habitant paye argent au cours de Lorraine, payable dans ladite année et pour sonnage, il percevra sur chaque laboureur : deux gerbes de bled et autant de gerbes d’orge, item Monsieur le curé présent et acceptant, veut bien accorder audit maître, par grâce spéciale, une javelle de bled à prendre et percevoir sur chaque laboureur, qu’il devait par an, pour l’eau bénite, suivant l’ancien usage du lieu.

Jouira pareillement le dit Aubert des droits d’autel et émolument y attribué, comme on a fait par le passé et ne sera tenu à aucune taille ni imposition comme il s’est toujours pratiqué audit Punerot, sera seulement attenu de faire les rolles (sic) gratis de chaque année. Ce que les parties ont accepté de part et d’autre.

Quand même… la séparation de l’Église et de l’État a eu du bon !

Tags: , ,

Leave a Reply