Emotions de lectures…

J’ai lu récemment Où on va papa ? de Jean-Louis Fournier. Notations brèves (rarement plus d’une page), qui semblent habituelles chez l’auteur, sur sa vie de père… de deux enfants « pas comme les autres ». Humour et détresse se mêlent, émotion à chaque page ou presque…

La bibliothécaire, quand je lui rends le livre en disant que j’ai beaucoup aimé ce style bref, ces notations où le sourire le dispute aux larmes, me parle de Le petit prince cannibale de Françoise Lefèvre : j’en ai entendu parler, ne me souviens plus si je l’ai lu… et l’emporte dans mon sac.

Pas tellement d’humour, cette fois, chez l’écrivaine maman d’un enfant autiste… Beaucoup d’amour, de révolte contre « les gens », ceux qui assistent aux colères phénoménales de l’enfant et critiquent, plus ou moins ouvertement, la mère « qui laisse faire » ; et ceux qui, maladroitement, comparent avec leur enfant : « c’est comme le mien… ». Non, ce n’est pas « comme »… C’est un monde de violence incompréhensible qui habite ce petit garçon muet…

J’avais lu, il y a longtemps, La vie ripolin, de Jean Vautrin, père d’un enfant autiste. Il m’en reste le souvenir de ces hurlements, de cette violence incontrôlable tournée contre soi, auxquels l’auteur tente de s’échapper en prenant le volant et en conduisant pendant des heures…

Et je me prends à me dire : heureusement que je n’ai pas eu à affronter cette situation… Jamais je n’aurais pu faire face à un enfant qui peut, d’une minute à l’autre, exploser de colère sans qu’on sache jamais pourquoi ni comment… Un enfant dont le système de pensée est autre, dont le langage est autre, et incompréhensible…

Il y a deux ou trois ans, j’ai eu en 3ème un élève plus ou moins « rescapé » de l’autisme (il y a des tas de formes et de degrés dans l’autisme) : si je me souviens bien, il a quitté les écoles spécialisées pour entrer en 6ème, ce qui était toujours considéré, 4 ans plus tard, comme une étonnante victoire. Je l’ai vu une seule fois sourire : le reste du temps, son visage était immobile, ne reflétait rien. Il ne parlait jamais spontanément et, quand on lui adressait la parole, ses réponses étaient toujours d’une brièveté déconcertante. Il fallait éviter les questions auxquelles il pouvait répondre par oui ou non… car alors, sa réponse s’arrêtait à ce simple mot… Malgré tout, si je me souviens bien, il avait en Français une moyenne de 8/20, ce qui n’était pas si mal… Il voulait être cuisinier (ou pâtissier, je ne sais plus exactement) et envisageait un apprentissage. Finalement, il est parti en apprentissage dans un établissement près de chez moi, qui forme des jeunes souffrant d’un handicap plus ou moins « léger » : il avait encore besoin d’un milieu protégé avant de se lancer dans le monde des « autres »…

Un peu trop de lectures suscitant l’émotion, ces derniers temps… Cela fatigue, l’émotion ! Du coup, je reprends les polars… ceux de Grisham, par exemple : les émotions d’un polar ne vous interrogent généralement pas sur vous, il n’y a qu’à suivre l’intrigue… Et comme, en plus, je les ai déjà lus, il me suffit de me replonger dans les pas que j’ai parcourus il y a quelques années…

Autre genre d’émotion, mais plus facile à vivre : je vous ai déjà parlé du bouquiniste de mon marché ; il m’a vendu récemment un recueil de l’hebdomadaire « L’Illustré Soleils du Dimanche » de l’année 1899, que je parcours un peu chaque jour. On y trouve uniquement de la lecture « distractive » : nouvelles, poèmes de Maupassant, Hugo, Allais et autres noms connus ou inconnus. Mais aussi des photos et dessins (sans article correspondant, malheureusement). Dans tous les numéros que j’ai feuilletés ces jours-ci figurent des photos et dessins du Procès de Rennes : mais si, vous savez bien, l’Affaire…

Des dizaines de photos, de dessins faits au tribunal, de tous les gens qui participent à ce procès… C’est fascinant… J’avais eu la même émotion quand, il y a bien une vingtaine d’années, j’avais acheté un recueil de fac-similé de journaux anciens, et étais tombée sur le « J’accuse » de Zola… L’Histoire à notre porte… Et bien plus aujourd’hui qu’hier, vu la quantité de sites qui mettent en ligne des documents anciens…

* * *

P.S. Mauvaise surprise ce matin : mon blog est retombé en-dessous des 1500 visites mensuelles… C’est les vacances !

Eh bien, bonnes vacances !

Tags: , ,

One Response to “Emotions de lectures…”

  1. lulubie dit :

    Je découvre pour ma part un livre complètement déjanté que j’avais dans ma bibliothèque depuis un sacré bout de temps… l’affaire Jane Eyre de Jasper Fforde ! Sorte d’uchronie délirante, à mi chemin entre polar, récit de SF et conte fantastique… et je profite aussi d’avoir enfin du temps pour te rendre une petite visite 🙂

Leave a Reply