Posts Tagged ‘Dictaphone’

Dictaphone (origines)

dimanche, septembre 13th, 2009

En fait, le dictaphone, au mois de juin, était… une tablette graphique !

J’en avais déjà une, mais forcément plus ancienne (2 ans ?)… ce que je me gardai bien de dire… jusqu’à ce qu’une collègue me pose la question : « Tu n’en avais pas, hein ? »…

Prise au piège, j’avouai honteusement que… si, j’en avais déjà une, mais plus vieille… Je pourrais utiliser celle-ci avec mon portable…

Tollé des collègues : non, on m’offrirait autre chose, on échangerait le cadeau… Je rendis donc la tablette… et fus mise en demeure de trouver une idée de rechange…

Pas facile ! Je finis par suggérer un livre sur l’art numérique… Sans trop de conviction : j’en ai deux ou trois, et ceux que j’ai pu consulter ne répondaient pas vraiment à mes attentes…

Quelques jours plus tard, une collègue m’envoya un courriel : elle avait fait des recherches sur Internet, et me proposait une liste de livres (avec leur descriptif)… J’étais à ce moment-là en plein déménagement… et tout à fait incapable de me souvenir même des titres que je possédais déjà ! Sans compter que je n’avais aucune idée de l’endroit où étaient les livres en question (je ne le sais toujours pas, d’ailleurs… Sont-ils parmi les livres hâtivement mis en place dans une bibliothèque, ou encore dans un mystérieux carton ?)… Rien ne me séduisait particulièrement…

La collègue, venue un peu plus tard à la maison, me relança… et je lui avouai mon incapacité à lui répondre…

Jusqu’au jour où l’idée d’un dictaphone me traversa l’esprit ! Rapide recherche sur Internet pour voir un peu ce qui existait… et envoi d’un courriel à la collègue « chargée de »… qui fut bien soulagée d’avoir enfin une précision sur mon cadeau ! Après avoir fait elle-même une recherche, elle me suggéra un dictaphone assorti d’un logiciel de reconnaissance vocale qui lui avait été recommandé…

Comment diable étais-je passée de livres sur l’art numérique à un dictaphone ???

Il faut remonter un peu plus loin… En février (voir le billet du 27 février 2009), je découvris une lointaine parente de Bordeaux, ignorée jusque là, qui avait connu – un peu – le fameux Oncle Sébastien (arrière-grand-oncle né en 1839, mort en 1940, ayant passé quelques années en Nouvelle-Calédonie, et une trentaine d’années à Hanoï, en « Indochine »), beaucoup sa deuxième femme, et encore plus sa fille… Au cours de nos échanges téléphoniques, elle me conta nombre d’anecdotes ou de détails concernant cette branche de la famille… La première fois, je tentai de prendre des notes… mais il y avait trop de choses à noter ! La meilleure solution était évidemment d’aller à Bordeaux, et d’enregistrer ce qu’elle pouvait raconter…

J’en parlai évidemment à ma soeur… et c’est elle qui eut l’idée du dictaphone : il aurait le gros avantage sur le magnétophone à cassette de pouvoir transférer sur mon ordinateur les enregistrements, ce qui faciliterait sérieusement la retranscription !

Je gardai l’idée en réserve (il n’y avait aucune urgence !)… et la retrouvai quand je me creusai vainement la tête en cherchant une idée de remplacement pour la tablette graphique (bis)…

Voilà toute l’histoire… Il ne me reste plus qu’à aller à Bordeaux, nantie de mon superbe joujou !

Dictaphone (suite)

vendredi, septembre 11th, 2009

Que je vous reparle un peu de ce merveilleux joujou reçu hier…

Épatée d’abord par son faible encombrement… rien à voir avec mon magnétophone à cassettes ! Il tient dans la main (10 cm) et, selon le manuel, pèse 64,8 grammes… piles comprises !

Pas trop de peine à le « prendre en main » (dans tous les sens de l’expression).

Ensuite, cerise sur le gâteau : le logiciel de reconnaissance de voix !

Là, cela a été un peu plus laborieux… J’ai dû « dicter » un texte (extraits remaniés du Tour du monde en 80 jours) pendant au moins 15 mn, afin que le logiciel reconnaisse ma façon de parler. Ce qui lui a pris pas mal de temps. Ensuite, il (le logiciel !) est allé faire un tour dans mes fichiers pour « reconnaître mon style ». Si ! si ! Dommage qu’il ne me briefe pas à ce sujet, j’aurais aimé savoir ce qu’il avait déduit de mes textes ! Il lui a fallu du temps, là encore, le pauvre !

Et j’ai alors pu lui demander de transcrire le petit billet que j’avais enregistré sur le dictaphone.

J’ai été complètement bluffée !

Voir sur l’écran, au fil de la lecture, s’aligner les mots, correctement orthographiés et même, le plus souvent, correctement accordés… Fascinant !

Bon, bien sûr, ce n’est pas parfait… Il n’a pas fini d’apprendre, le logiciel… Et sans doute mon élocution n’a-t-elle pas été parfaite… A la relecture, il m’a fallu faire un effort de mémoire pour « traduire » certains passages…

Quelques exemples :

« chez les Suisses liés il y a certains » m’a fortement intriguée… avant que je ne retrouve « J’ai essayé, il y a un certain temps »

« échafaude ne pas savoir » : « et j’avoue ne pas avoir »

« Mansart ferais-je pour mon blog » (il est joli, celui-là, je l’aime bien !) : « M’en servirai-je pour mon blog ? »

Le logiciel n’est pas seul en cause : il faut aussi que j’apprenne à m’en servir ! Le mini mode d’emploi permet juste de démarrer, mais le fichier d’aide est bien plus détaillé, et me permettra, par exemple, de dicter la ponctuation…

Je vous reparlerai de mon nouveau joujou…

Dictaphone

jeudi, septembre 10th, 2009

Ceci est un message enregistré…

Non, il ne s’autodétruira pas dans trois minutes…

Mais il vient tout droit d’un dictaphone tout neuf que j’ai reçu par la poste ce matin… Un très beau cadeau de mes très aimables collègues… Il y a quelques avantages, à partir en retraite !

J’ai essayé, il y a un certain temps, d’écrire en me servant d’un magnétophone et j’avoue ne pas avoir vraiment persévéré dans ce domaine car je perdais le fil des mots et avais besoin de les voir écrits pour poursuivre ce que j’écrivais…

Pourquoi alors ce dictaphone ? Eh bien, essentiellement pour enregistrer des personnes de ma famille qui peuvent avoir des anecdotes intéressantes à raconter… mais que je serais tout à fait incapable de noter à la vitesse de la conversation.

Oui, j’ai appris la sténo il y a fort longtemps… mais je n’ai jamais été particulièrement brillante dans cette matière !

La première utilisation de ce nouvel outil sera donc essentiellement familiale et généalogique ! M’en servirai-je pour mon blog ? En tout cas, pour aujourd’hui, c’est fait !