Archive pour le mot-clef ‘Enseignants’

Erreur de diagnostic…

Mardi 4 mars 2014

Le 5, lundi de la Pentecôte, à 8 heures 1/2 du soir, Mde Lemire, la jeune, de Nanteuil, est morte une demie heure après être accouchée d’un garçon (qui a été ondoyé et est mort un instant après) quoique les médecin et chirurgien (Alboy le fils) ayant toujours soutenu qu’elle n’était pas enceinte mais qu’elle était poulmonique, la traitant de petit génie à cause qu’elle leur soutenait toujours qu’elle était enceinte, jusqu’au moment où elle a accouché. Ils la traitèrent donc comme poulmonique et la firent malheureusement mourir, la réduisant comme un véritable squelette. Malgré cela, l’enfant vint au monde aussi défigurable que sa mère, comme pour confondre l’ignorance et l’orgueil des médecins et chirurgien qui la traitèrent (j’ai scu depuis que l’enfant était mort il y a longtemps ; malgré cela on l’a enterré avec sa mère).

Rassurez-vous : au cas où vocabulaire et orthographe ne vous l’auraient pas signalé, cette « légère » erreur de diagnostic ne date pas d’hier : il s’agit du 5 juin 1786…

Cela n’enlève rien à l’horreur de l’histoire… J’ai cru un moment que l’erreur venait du fait que les « médecin et chirurgien » avaient jugé la femme trop âgée pour être enceinte… mais les registres de Nanteuil-le-Haudoin (Oise) lui donnent 27 ans… Ils ne font d’ailleurs aucune mention de l’enfant (ondoyé et non baptisé, je suppose qu’il n’avait pas sa place dans les « BMS » (Baptêmes, Mariages, Sépultures). Et le décès est daté du 6, et non du 5.

L’extrait ci-dessus provient de Le journal d’un maître d’école d’Ile-de-France, 1771-1792, Silly-en-Multien, de l’Ancien Régime à la Révolution. Je l’avais commandé il y a 2 ou 3 mois, d’après un petit article de la Revue Française de Généalogie. Je me réjouissais de découvrir, « en vrai », comment travaillait un maître d’école à l’époque… Las ! L’ayant feuilleté, je vis qu’il n’était nullement question d’enseignement… Déçue, je l’abandonnai, et ne le repris que la semaine dernière…

L’auteur, Pierre Louis Nicolas Delahaye (dont figure ci-dessous la signature) était donc maître d’école et clerc : en tant que tel, il enregistrait scrupuleusement les actes religieux, mais pas seulement : notations météorologiques, événements de Silly et d’ailleurs, vie du village, achats et dépenses, etc.. Par la suite, il a repris ses notes et en a fait une autre version, plus élaborée, qui nous est présentée dans ce livre.

Les premières pages ne sont pas passionnantes : on a l’impression que l’auteur parle essentiellement d’argent (celui qu’il reçoit, celui qu’il dépense). La question d’argent est présente tout au long, mais je me suis vite intéressée à la vie de ce village, contée au jour le jour – ou presque. Fin de l’Ancien Régime (disettes et soulèvements populaires), premières années de la Révolution (et tous les changements apportés dans la vie du village) : le lecteur suit l’évolution au quotidien, émaillée de réflexions personnelles. Échos aussi de ce qui se passe à Paris (ou du moins des rumeurs qui en parvenaient), Grande Peur, fuite du roi à Varennes… On regrette que la suite du cahier (jusqu’en 1803) se soit perdue…

Reste que, concernant l’école… les renseignements sont rares et succincts, hormis pour les fêtes religieuses (Saint-Nicolas par exemple…) auxquelles les enfants sont conviés (et pour lesquelles ils ont congé…). Dommage…

Cocus, mais contents ?

Mercredi 30 octobre 2013

Enquête réalisée par le Nouvel Obs, à partir d’un sondage Viavoice auprès de plus de 5000 actifs : 73% des personnes interrogées se déclarent heureuses dans leur travail…

Les « grands gagnants » :

1. les cadres de la fonction publique (hors enseignants et professionnels de santé) : 90%

2. les agriculteurs : 86 %

3. les enseignants : 85 %

(Excusez-moi pour le titre provocateur… mais il s’est tellement imposé que je n’ai pu lui résister… bien que je n’aie jamais été fan de Sardou !)

J’avoue avoir été davantage surprise par le résultat des agriculteurs que par celui des enseignants… mais il est vrai que je n’ai quasiment aucune connaissance de cette profession…

Donc, disions-nous, les enseignants sont heureux dans leur métier…

Avec 2 gros bémols : les conditions matérielles… et la reconnaissance par les supérieurs !

Qui sont les supérieurs ? Essentiellement, des gestionnaires : chefs d’établissement, recteurs, ministres (je mets au pluriel, parce que, quand même, j’en ai « connu » beaucoup ! Et que chacun a tenu à faire sa propre réforme !)… Le terme de « gestionnaire » n’est pas ici péjoratif : mais qu’on reconnaisse qu’il y a quelques différences entre « gérer une classe », « gérer un établissement » et « gérer un ensemble de centaines – de milliers ! – d’établissements ».

Un enseignant sera « reconnu » par ses supérieurs, le plus souvent, parce qu’il s’inscrit dans une ligne fixée par lesdits supérieurs. Rarement pour ses qualités personnelles ou son travail avec ses élèves. D’autant que, hormis les directeurs du primaire, lesdits supérieurs n’ont parfois jamais fait face à une classe… De plus, le chef d’établissement a pour mission de répercuter les « consignes » venues d’en-haut… rarement du goût des enseignants… si bien que la grogne des enseignants contre les nouvelles données se traduit en affrontement contre la direction de l’établissement… Je pense notamment à ces conseils d’administration où l’on discute de la répartition des classes et des services : le rectorat donne une « enveloppe globale » d’heures à répartir (en suivant bien sûr un certain nombre d’obligations). Cette « enveloppe globale », que j’ai vue diminuer d’année en année en termes de H/E (c’est-à-dire heure par élève), est rarement du goût des enseignants, qui voient diminuer ou disparaître dédoublements et heures de cours… et augmenter le nombre d’élèves par classe ! Mais « l’administration » n’a pas d’autre choix que de « faire avec ce qu’on lui donne » ! D’où incompréhension mutuelle, affrontements et rancœurs…

Quant aux inspecteurs, si on les range dans les « supérieurs », eux aussi s’appliquent à se conformer aux directives qu’ils reçoivent, gardant pour eux leurs états d’âme, s’ils en ont ! Et se trouvent donc, le plus souvent, en décalage complet avec l’enseignant qu’ils viennent inspecter… sauf si ce dernier, par chance, applique scrupuleusement toutes les nouvelles manières de suivre le dernier programme en date et ses recommandations… C’est sans doute davantage le cas maintenant : les enseignants héritiers de 68, et donc peu enclins à courber l’échine devant supérieurs et nouveaux règlements, se raréfient forcément…

Le problème, entre autres, est qu’il est fort difficile d’évaluer la « compétence » d’un enseignant, même si ces « évaluations » ont lieu chaque année… J’ai connu une époque où la principale donnait les « bonnes classes » aux « bons professeurs » : excellent choix, vu que les résultats (au brevet, par exemple) étaient bien meilleurs dans ces classes que dans les autres… Mais… cela était-il dû aux élèves ou aux profs ??? Comment le savoir ???

La multiplication, ces dernières années, des tâches administratives dévolues aux enseignants (entre autres : appels et cahiers de textes numériques, qui obèrent le temps d’enseignement) permet, certes, d’évaluer sur ce point les enseignants… Mais est-ce vraiment là l’essentiel ?

Les enseignants, descendants des « hussards de la République », ont bien des choses à reprocher à la façon dont on les traite… Reconnus dès le début pour leur utilité (entre autres, pour assurer l’avenir de l’instruction publique, gratuite et obligatoire, mais aussi, très vite, pour donner des conseils d’hygiène et de vie, et toucher ainsi les parents par le biais des enfants), ils n’ont eu droit que tardivement à une « reconnaissance financière », toute relative… Certes, ils n’ont plus besoin d’assurer leur subsistance en remplissant, en outre, les fonctions de secrétaires de mairie… Mais tels adultes qui poussent de grands cris sur nos « privilèges » (vacances, par exemple !) cherchent pour leur progéniture d’autres métiers, plus gratifiants et rémunérateurs, que celui-là !

Bref, bref… Voici les résultats dudit sondage pour les enseignants :

Moyenne Enseignants Classement
% % (sur 23)
Globalement, dans le cadre de votre travail actuel, diriez-vous que vous êtes heureux ? 73 85 3
Activité professionnelle qui passionne 63 79 7
Reconnu par ses supérieurs (4 professions majoritairement non concernées) 35 31 15/19
Bonnes relations entre collègues 82 86 9
Conditions matérielles satisfaisantes 67 66 16
Travail non pénible 58 63 12
Travail non précaire 76 90 7
Travail utile à la société 79 91 3

Voilà pourquoi votre fille est muette…

Dimanche 5 février 2012

Suite à l’excellent billet de Lucien sur le « burn out » des enseignants,
Épuisement professionnel des enseignants : enfin une étude !
permettez que je m’interroge un peu sur les raisons de cet épuisement ressenti par beaucoup trop de collègues : qu’est-ce qui fait qu’un enseignant « lambda » va en être atteint ?

Je me garderai bien ici de faire des comparaisons avec tel ou tel autre métier, telle ou telle autre fonction ; je me contenterai de décrire, aussi objectivement que possible, les caractéristiques de ce métier.

« Lambda », donc, débarque dans un établissement fin août ou début septembre. Avec un peu de chance, c’est un établissement « lambda », sans (trop de) problèmes particuliers. Il fait connaissance avec quelques collègues, reçoit quelques conseils ou suggestions, est initié à quelques particularités administratives ou autres. Il reçoit son emploi du temps, la liste de ses classes (oui, je parle plus facilement d’un enseignant en collège… j’en ai davantage l’expérience… mes lecteurs auront l’obligeance d’adapter pour les autres enseignants…).

Une fois qu’il sait à qui il va s’adresser, rentré chez lui, Lambda prépare ses « cours de rentrée » qui sont à la fois prise de contact, annonce du programme et de la démarche pédagogique. Ce n’est pas très facile, avec un public totalement virtuel, c’est aussi un peu angoissant : comment va-t-il être perçu des élèves ? Comment ceux-ci vont-ils le « tester » ? Quelle image veut-il donner ? Les premières prises de contact sont toujours angoissantes, même quand on est dans le même établissement depuis plusieurs années : l’alchimie d’une classe est toujours imprévisible, quelles que soient les précautions prises pour la composer. Même une classe « qui marchait bien » et qu’on a quasiment reconduite l’année suivante, peut se montrer très différente : des évolutions personnelles pendant l’été, des événements qui ont affecté tel ou telle, l’irruption d’un nouveau, la contestation de l’emploi du temps ou de la liste des professeurs…

Face à la classe, Lambda se montre sûr de lui, tente de cerner son public, répond calmement aux questions (je ne parle pas ici d’un débutant sans formation, pour qui la situation est évidemment bien pire !), expose le travail de l’année. Il essaie de retenir quelques noms, quelques réactions, repère quelques têtes « sûres » ou « à suveiller »… Puis passe à une autre classe…

A la fin de la première journée, il essaie de se faire une idée des classes vues, de la manière dont il va aborder son programme avec celle-ci ou celle-là. Il va parfois se renseigner auprès d’un collègue sur tel élève qu’il a remarqué. Et il rentre chez lui…

Les non-enseignants ont tendance à penser qu’un prof a préparé ses cours « une fois pour toutes », ou à peu près. C’est loin d’être le cas pour la grande majorité des profs ! Même si le programme n’a pas changé (et il change quasiment avec chaque nouveau ministre !), l’enseignant adapte son cours à son public : une même notion grammaticale, par exemple, vue dans deux classes de même niveau, ne sera pas forcément étudiée de la même manière. Quand il prépare son cours, l’enseignant a en tête la classe à laquelle il va s’adresser : telle notion sera trop ardue, tel exercice trop difficile (ou trop facile !), un brin d’humour sera bienvenu ici, à proscrire là… Le travail de préparation est précis et contraignant… et ne garantit malheureusement pas le succès ! Avoir passé une ou plusieurs heures à préparer un cours et faire le bilan, une fois le cours terminé, que peu d’élèves semblent avoir bien compris la notion étudiée… est non seulement vexant, mais angoissant : comment faire pour revenir sur cette notion, comment aborder à nouveau le sujet pour une meilleure réussite – et sans que les élèves aient l’impression qu’on leur rabâche la même chose ?…

C’est un métier où les constats d’échec sont fréquents : avec des élèves particuliers, bien sûr (faibles, inattentifs, contestataires…), mais aussi avec la classe, plus globalement. Et un constat d’échec oblige à une remise en question personnelle, ce qui est toujours douloureux. Avoir eu l’impression que les cours « passaient bien »… et s’apercevoir, lors d’un contrôle un peu global, que la majorité des élèves n’a rien compris… remet en cause le travail de plusieurs séances : frustrant ! Si Lambda a la chance de côtoyer un ou plusieurs collègues travaillant un peu dans le même sens, il essaiera d’en discuter avec eux. Ce n’est pas forcément possible : d’abord parce que, dans certaines matières, il est le seul de l’établissement ; ensuite, parce que les collègues de la même matière n’ont pas forcément les mêmes objectifs, les mêmes méthodes, les mêmes façons de percevoir les élèves… Si on lui répond, par exemple, « De toutes façons, ils ne fichent jamais rien ! »… Lambda n’est pas beaucoup plus avancé…

En dehors des strictes questions pédagogiques, se posent aussi des questions relationnelles, avec tel ou tel élève, avec telle ou telle classe… Un conflit avec une classe est une situation extrêmement pénible : si on ne parvient pas à le désamorcer rapidement, l’hostilité va grandir et devenir un état d’esprit… Il m’est arrivé de faire appel à un collègue ou à un principal dans certains cas… Si c’est un élève particulier qui est en conflit, après tentatives personnelles de le résoudre, mieux vaut faire appel à quelqu’un d’extérieur : collègue, parent, principal…

Ces remises en question, que tout enseignant fait de lui-même, ne sont pas les seules… Des collègues, des élèves, des parents d’élèves, des principaux, des inspecteurs… peuvent aussi contester tel ou tel aspect de l’enseignement. Il faut alors répondre, expliquer, se justifier, face à des accusations plus ou moins violentes, plus ou moins acerbes. C’est très difficile, d’autant plus si l’interlocuteur est agressif… Il m’est arrivé une fois de sortir de la salle où je recevais un parent d’élève, tant la discussion tournait à l’agression systématique… Garder son calme quand l’interlocuteur vous accuse d’incompétence est un exercice qui fait vite monter la tension !

Tout cela, c’est l’ordinaire « normal » d’un enseignant… A quoi il faut ajouter les remises en question « politiques » (les enseignants n’apprennent plus rien aux élèves, ne sont pas fichus de faire respecter la discipline, et autres critiques de ce genre émises par des personnalités diverses), reprises évidemment par les média… et donc par le public (les enseignants sont bien payés pour ne pas faire grand chose… Ils travaillent 18 heures par semaine…). A quoi il faut ajouter les réformes, la diminution drastique de la « formation continue », la disparition de la formation initiale, les exigences de plus en plus nombreuses quant aux « tâches annexes » (entre autres, de plus en plus de choses à rentrer dans les ordinateurs !), les menaces pesant sur la profession (accroissement du nombre d’élèves par classe, « assouplissement » de la carte scolaire, regroupement d’établissements, et j’en passe !)…

Il y a des enseignants qui craquent ou sont près de craquer ? Je m’étonne qu’il n’y en ait pas davantage…

Histoires de gros (et petits) sous…

Dimanche 27 novembre 2011

Merci encore à Lucien qui m’informe de la « fracassante » annonce de Luc Chatel :

Luc Chatel porte à 2000 euros le salaire des jeunes profs


salaire brut, précise l’article, qui détaille :

Dans le détail, les 14.100 enseignants «à l’échelon 3», c’est à dire ceux qui viennent de réussir leurs concours recevront 2000 euros bruts lors de leur première année d’exercice, soit 100 euros de plus. Les 110 900 enseignants «à l’échelon 4 et 5», qui sont entre leur deuxième et leur quatrième année d’exercice recevront respectivement désormais 2060 euros et 2121 euros bruts, soit 64 euros et 23 euros de plus par mois.

Certes, on ne peut que se réjouir de cette augmentation… Encore que… il y ait plusieurs façons de voir les choses ! Je vous renvoie au billet de Lucien, dont j’extrais ces citations :

Salaire des enseignants : opération poudre aux yeux

En annonçant, dans une véritable tribune, une revalorisation salariale pour les jeunes enseignants, le ministre a réussi un coup à plusieurs ricochets.
Peu importe si cette annonce repose entièrement sur une manipulation éhontée, le ministre a atteint ses objectifs.
[...]
Plus que de l’ironie, il y a du cynisme dans cette annonce : on va vous augmenter avec l’argent que vous ne toucherez pas par la suite !

(voir le billet précédent, sur le projet qui réduit sérieusement les possibilités d’avancement des enseignants en les alignant sur le tableau actuel le plus défavorable…)

Je citais dernièrement Nicole Bricq qui mettait en parallèle le coût pour l’État de la défiscalisation des heurs sup’ des enseignants et celui de 40 000 postes… Dans une revue de la Mutuelle Générale de l’Éducation Nationale (MGEN), l’éditorialiste fait un autre parallèle :

« En 2012, en 5 ans de non remplacement d’un fonctionnaire sur deux partant à la retraite, ce seront 80 000 postes qui auront été supprimés pour le seul ministère de l’Éducation nationale, fragilisant dangereusement le service public d’éducation et mettant en péril la société de demain.
Or il faut savoir qu’il faudra huit années d’application de ce dogme anti fonctionnaire pour compenser simplement une année de baisse de la TVA sur la restauration. Oui, vous avez bien lu : pour compenser le manque à gagner fiscal correspondant à une seule année de baisse du taux de TVA dans la restauration, il faut huit années de saignée dans toute la Fonction Publique d’État (Source : Cour des Comptes) ! Si gouverner c’est prévoir, lorsque la dette nationale est si importante, bien sûr qu’il faut être attentif aux dépenses, mais également veiller à ne pas réduire les recettes fiscales (bouclier fiscal, heures supplémentaires défiscalisées, baisse du taux de la TVA dans la restauration,…). Clientélisme toujours ! »

L’éditorial insiste surtout sur la grave injustice à taxer les mutuelles : l’augmentation de cotisation qui s’ensuit conduit tout simplement les familles en difficulté de se passer de mutuelle… et donc de soins… Mais, paraît-il, il y a tellement de gens qui grugent notre pauvre Sécu… ! Voir à ce sujet le « Délit Maille » du 15 novembre, où le Ministre de la Santé vient tirer de son lit d’hôpital une horrible fraudeuse :

Tricote ta Sécu

P.S. Je repense à ma mère… qui jugeait qu’elle n’avait pas à déclarer à la sécu consultations et médicaments, vu qu’elle « avait les moyens » de les payer (sa retraite de secrétaire)… Je me demande combien de gens, parmi ceux qui ont vraiment les moyens, raisonnent de cette façon…

Demain : Grève…

Lundi 26 septembre 2011

Peut-être le savez-vous déjà : une grève des enseignants est prévue pour demain… Je n’ai pas trouvé beaucoup d’articles sur cette question dans la presse nationale, hormis cet article de L’Humanité :

Forte mobilisation attendue mardi pour la grève des enseignants

Les organisations syndicales veulent peser sur le projet de budget 2012 qui passe mercredi en conseil des ministres et prévoit 14 000 nouvelles suppressions de postes dans l’Education nationale (ce qui en fera 80 000 sur le quinquennat), alors que les effectifs d’élèves augmentent.

[...]

L’enseignement privé sera également du mouvement. Son appel à la mobilisation est historique. Est réclamé « zéro retrait d’emploi pour 2012″. Les enseignants du privé insistent sur le fait qu’ils sont chaque jour devant une classe, aucun professeur n’est en disponibilité, et qu’il n’y a pas de remplaçants.

Par contre, je suis tombée (non, non, je ne me suis pas fait trop mal…) sur un site « armees.com » : très étonnée qu’un site dédié à l’armée parle de la grève des enseignants, je suis allée voir… Il s’agit en fait du blog d’un certain Ivan… qui s’indigne qu’en France la rentrée scolaire soit toujours marquée par une grève, laquelle augmente le déficit de l’État… Visiblement, ce monsieur ignore que c’est tout le contraire, vu que l’État fait alors l’économie d’un certain nombre de journées de salaire (et qu’un prof « manque » ainsi une ou huit heures de cours, on lui soustrait pareillement un trentième de son salaire mensuel…). Profs privilégiés, mythe des classes surchargées… je vous passe les prises de position de ce monsieur…

Plus intéressant à mon avis, le courrier adressé par la FSU aux parlementaires :

Crise : la FSU adresse un courrier aux parlementaires !

La FSU a adressé le 6 septembre un courrier à chacun des parlementaires pour leur faire part de son analyse et de ses propositions.

[...]

Suite aux annonces faites par le Premier ministre « pour réduire le déficit de la France », le parlement examine dès cette semaine les propositions du gouvernement qui consistent à trouver 1 milliard sur le budget 2011 et 10 milliards sur celui de 2012. [...]

La FSU estime que les mesures annoncées par le gouvernement s’inscrivent toujours dans la logique d’une politique d’austérité qui pénalise essentiellement les salariés.

En effet, le gouvernement met peu à contribution les hauts revenus (200 millions sur un plan de 11 milliards), de surcroît il le fait à partir d’un seuil élevé qui va exonérer une large part des bénéficiaires du « bouclier fiscal ». Il ne remet pas en cause la réforme de l’ISF (2 milliards de recettes fiscales en moins). [...]

L’effort demandé face à la crise économique et financière n’est donc pas partagé. D’un côté des mesures ponctuelles et réduites de taxation des hauts revenus et de l’autre, réforme des retraites, suppressions massives d’emplois publics, Révision Générale des Politiques Publiques et stagnation du pouvoir d’achat pour les salariés. [...]

A cela s’ajoute la taxation des contrats d’assurance solidaires. Il s’agit d’une mauvaise solution qui va mettre à mal des dépenses de santé et en difficulté des mutuelles et va aggraver ainsi les possibilités d’accès au soin pour les plus modestes.

Pour la FSU, l’argument de la dette publique dont d’ailleurs la hausse résulte pour l’essentiel des cadeaux fiscaux aux plus riches et des exonérations de charges pour des entreprises décidées ces 4 dernières années, relève d’une mauvaise analyse de la situation. [...]

Dans la situation actuelle, pour faire face à la crise mais aussi aux défis à venir qu’ils soient économiques, scientifiques, culturelles et écologiques, la FSU propose d’agir sur :

La relance de l’emploi
L’Etat employeur devant montrer l’exemple en renonçant au non remplacement d’un fonctionnaire sur deux partant à la retraite dans la Fonction publique et en créant les emplois nécessaires. Il convient également de mettre fin au développement des heures supplémentaires dans la Fonction publique, comme dans le secteur privé, et de revenir sur les dispositions de la loi TEPA. Les politiques publiques de l’emploi doivent non seulement stabiliser l’emploi mais également participer au développement de l’emploi et de la formation professionnelle. Les minima sociaux et les indemnités chômage doivent être revalorisés.

L’amélioration du pouvoir d’achat et la revalorisation des salaires et des retraites afin notamment de relancer la consommation

La fiscalité
Il s’agit de permettre un autre partage des richesses produites. La nécessité de travailler à la reconstruction d’un impôt réellement progressif s’impose aujourd’hui.

Des investissements productifs pour l’avenir
Les services publics, Education, Formation, Recherche, Santé, Culture, Justice, Logement, Energie, Environnement…sont des « biens communs ». Leur développement est indispensable et notamment en situation de crise. [...]

De nouvelles recettes
En effet, il ne s’agit pas pour la FSU de regarder uniquement à réduire les dépenses mais bien aussi à trouver de nouvelles recettes. L’emploi est un facteur qui y contribue. La fiscalité doit être refondée dans le sens de plus d’équité et d’un autre partage des richesses produites. [...]

Enfin, pour la FSU, il faut cesser de considérer les services publics et la Fonction publique comme une charge pour notre pays. Ce sont bien des investissements productifs indispensables qui sont une chance pour l’avenir de notre société.

Vous vous méfiez des arguments des syndicats ? Alors, peut-être serez-vous sensibles à ceux de l’OCDE, dans le rapport déjà cité :

L’avantage économique que procure l’élévation du niveau de formation profite non seulement aux individus, mais aussi à la société, au travers de la réduction des transferts sociaux et de l’augmentation des recettes fiscales, dès l’entrée des individus dans la vie active. Il est important de tenir compte de l’équilibre entre le rendement public et le rendement privé lors de l’élaboration des politiques.

[...]

Comme les secteurs des services et les systèmes de production deviennent de plus en plus complexes, ils requièrent des travailleurs plus qualifiés. Il est donc important de compter sur une main-d’œuvre hautement qualifiée, non seulement pour pourvoir les postes dans le segment supérieur de compétence, mais également pour garder un avantage salarial compétitif dans les segments inférieurs de compétence. Avec l’intensification de la mobilité des travailleurs dans le monde, il est plus important de trouver un juste équilibre entre l’amélioration de l’équité dans la société et l’offre d’incitations financières persuasives pour attirer et fidéliser des travailleurs qualifiés.

[...]

La littérature foisonne d’éléments à l’appui de la corrélation positive entre l’éducation et un éventail d’indicateurs sociaux, dont l’amélioration de la santé, le renforcement de l’engagement civique et la réduction de la criminalité (OCDE, 2007c ; 2010e). Quelques études, dont le nombre va croissant, suggèrent que l’éducation a un impact causal positif sur ces retombées sociales (voir, par exemple, Grossman, 2006, au sujet de la santé). Selon d’autres recherches, l’éducation peut être un moyen relativement rentable d’améliorer la santé publique et de réduire la criminalité (voir, par exemple, Lochner et Moretti, 2004).

[...]

Dans l’ensemble, les adultes dont le niveau de formation est plus élevé sont plus susceptibles d’être plus satisfaits de leur vie, de participer davantage à la vie de la société (se rendre aux urnes, s’intéresser à la politique et faire preuve de confiance interpersonnelle) et de s’estimer en bonne santé.

[...]

Dans tous les pays de l’OCDE qui ont participé à l’enquête, les élèves de 8e année ayant de meilleures connaissances civiques (c’est-à-dire qui connaissent et comprennent les principes et les concepts de la citoyenneté) sont plus susceptibles, une fois adultes, de voter et d’être favorables à l’égalité entre les sexes.

[...]

Connaissances civiques et retombées sociales

L’éducation peut améliorer les retombées sociales dans la mesure où elle aide les individus à prendre des décisions réfléchies en toute connaissance de cause, à s’informer, et à améliorer leurs aptitudes cognitives et leurs facultés socio-émotionnelles (zèle, image de soi et compétences sociales). En ce sens, l’éducation peut les amener à choisir des modes de vie plus sains et à s’engager davantage dans la société civile. Les établissements d’enseignement peuvent aussi offrir un environnement idéal pour amener les enfants à prendre des habitudes saines, à se montrer coopératifs et à adopter des normes favorables à la cohésion sociale : un climat d’ouverture en classe, une implication concrète dans des matières civiques et une philosophie qui promeut la citoyenneté active peuvent, par exemple, améliorer la participation à la vie de la société.

[...]

Force est d’ailleurs de constater que dans certains pays où le degré perçu de corruption est relativement élevé, plus les individus ont un niveau élevé de connaissances civiques, moins ils sont susceptibles de faire confiance aux institutions civiques (voir l’encadré A11.1). Il ne faut toutefois pas en déduire que l’éducation a nécessairement un « effet négatif ». En fait, si des institutions civiques sont effectivement corrompues dans un pays, une relation négative entre le niveau de connaissances civiques et la confiance vis-à-vis des institutions civiques peut indiquer que le système d’éducation de ce pays inculque aux élèves la faculté de juger les institutions de façon critique et en toute connaissance de cause.

L’Éducation n’est pas le gouffre financier sans fond qu’on voudrait nous faire croire : c’est un investissement à moyen et long terme qui bénéficie au pays tout entier, y compris financièrement. Cela a été la réflexion des politiques du 19ème siècle. Il est regrettable de constater que ceux d’aujourd’hui ne voient pas plus loin que le bout de leur nez… ou de leur mandat !

Profs mis à nu…

Mercredi 21 septembre 2011

Merci à Odile qui m’a fourni le lien vers ce site. Au cas où vous ne le connaîtriez pas encore, allez donc voir leur calendrier .

Mis à nu, certes, mais « en tout bien, tout honneur »… Ils ne font qu’illustrer leur certitude que l’école est nue…

Vous connaissez sans doute ce conte d’Andersen, Les habits neufs de l’empereur ? Deux escrocs vont voir l’empereur et lui assurent qu’ils lui feront un splendide habit, tissé d’or et d’argent, qui lui permettra de voir qui est sincère autour de lui (mon résumé est approximatif, je ne l’ai pas lu depuis longtemps…). L’empereur est très ennuyé de ne pas voir ledit costume, mais les courtisans le rassurent en s’exclamant sur la beauté de l’ouvrage. Cortège dans les rues, où chacun s’applique à vanter la munificence dudit costume… jusqu’à ce qu’un petit enfant s’écrie : « L’empereur est nu ! »…

Nous avons nous aussi nos « courtisans » qui proclament que l’école n’a jamais été aussi performante… Sous cet habit de statistiques plus ou moins faussées, volontairement ou non, le collectif du Calendrier proclame que l’école est nue, tant par la réduction drastique des moyens qui lui sont donnés que par la perte des valeurs qui ont fondé l’école républicaine.

Lucien a récemment fait état de deux rapports qui tendraient à contredire notre « roi » :

Deux rapports très critiques pour la politique d’Education française

Celui du Haut Conseil de l’Éducation tire à boulets rouges sur nos fameuses « évaluations » :

[Table des matières]

LES INDICATEURS ANNUELS FOURNIS AU PARLEMENT NE SONT PAS SATISFAISANTS
1.1 Les indicateurs concernant « les compétences de base » en français et en mathématiques sont partiels, peu exigeants, et donc trompeurs quant à la maîtrise du socle commun
1.2 Les indicateurs tirés des évaluations nationales des trois paliers du socle commun ne sont pas fiables pour des raisons de méthode
. Au palier 1 du socle, la confusion entre deux types d’évaluation prive les indicateurs de la rigueur nécessaire
. Aux paliers 2 et 3 du socle, la fiabilité des indicateurs n’est pas assurée
. Le champ des indicateurs existants ne permet pas d’évaluer avec précision la maîtrise du socle

[Conclusion]

Le Haut Conseil de l’Éducation recommande de renoncer aux indicateurs actuels de la LOLF sur la maîtrise des « compétences de base ». Ces indicateurs donnent en effet une image erronée du degré de maîtrise effective du socle commun par les élèves.

[...]

Pour être pertinents du point de vue du socle, les indicateurs devront être attentifs à un certain nombre de caractéristiques : ils devront évaluer des compétences, c’est-à-dire la combinaison de connaissances, de capacités et d’attitudes, et se fonder sur une évaluation en situation complexe36 ; ils devront bien entendu évaluer la totalité des compétences37 et conserver une échelle de valeurs stable permettant la comparaison dans le temps.

[...]

Le moment est venu de confier à une agence d’évaluation indépendante la mise en œuvre d’un tel programme, comme le suggérait la lettre de mission du Président de la République adressée au ministre de l’Éducation nationale en 2007. Il est essentiel en effet que, dans notre démocratie, les données concernant les résultats de notre système éducatif soient objectives et transparentes, donc incontestables.

[Notes]

36 La situation d’évaluation doit permettre la mise en œuvre par l’élève de « tâches complexes », c’est-à-dire qui mobilisent de façon combinée des ressources (connaissances, capacités, attitudes) dans des situations ou des contextes concrets, vraisemblables, quasi-authentiques, qui ne se réduisent pas à l’application d’une procédure automatique. L’évaluation de la maîtrise d’une compétence n’est en aucun cas équivalente à la seule évaluation de la maîtrise de chaque ressource isolément, laquelle est indispensable mais insuffisante, comme l’illustre l’exemple de l’apprentissage des langues vivantes.

37 Il est nécessaire d’avoir des indicateurs pertinents pour chacune des sept compétences, y compris pour les compétences 6 – compétences sociales et civiques – et 7 – autonomie et initiative – dont l’évaluation peut, de prime abord, sembler plus compliquée. Nous ne sommes pas totalement démunis en ce qui concerne leur évaluation, puisqu’ont déjà été menés au niveau international des études et des travaux, comme par exemple l’étude ICCS (International Civic and Citizenship Education Study) de l’IEA déjà citée.

Le rapport de l’OCDE est plus méchant à plusieurs égards :

OCDE (2011), Regards sur l’éducation 2011 : Les indicateurs de l’OCDE, Éditions OCDE.

http://dx.doi.org/10.1787/eag-2011-fr

Le graphique B2.1 de la page 240 nous apprend (?) que la France est un des rares pays qui a consacré en 2008 à l’éducation une plus faible part de son PIB qu’en 2000.

Les dépenses d’éducation tous niveaux d’enseignement confondus ont augmenté à un rythme plus soutenu que le PIB dans plus de trois quarts des pays dont les données de 2000 et 2008 sont comparables. Elles ont progressé de plus de 1.0 point de pourcentage durant cette période au Brésil (de 3.5 % à 5.3 %), en Corée (de 6.1 % à 7.6 %) et en Irlande (de 4.5 % à 5.6 %). Toutefois, les dépenses au titre des établissements d’enseignement ont augmenté à un rythme plus faible que le PIB en Allemagne, en Autriche, en France, en Israël, au Japon et en République slovaque. Parmi ces pays, les variations les plus sensibles s’observent en France et en Israël, où la part du PIB consacrée à l’éducation a diminué d’au moins 0.3 point de pourcentage entre 2000 et 2008 (voir le tableau B2.1 et le graphique B2.1), essentiellement en raison de la diminution des dépenses en pourcentage du PIB dans l’enseignement primaire, secondaire et post-secondaire non tertiaire en France (diminution de 0.4 point de pourcentage) et dans l’enseignement tertiaire en Israël (diminution de 0.3 point de pourcentage).

(C’est moi qui souligne)

Une curieuse « courbe » concernant le pourcentage des jeunes en formation :

pp. 384-385 Pourcentage de jeunes (15-29 ans) en formation :
1997 : 42.6
1998 : 42.9
1999 : 43.9
2000 : 43.9
2001 : 43.1
2002 : 44.1
2003 : 44
2004 : 44.6
2005 : 45.1
2006 : 45.9
2007 : 46.8
2008 : 46.2
2009 : 44

Globalement, à part en 2001 (et, dans une moindre mesure, en 2003), le pourcentage de jeunes en formation (donc ni au travail, ni au chômage) progresse jusqu’en 2007. Puis chute ! En 2009, nous voici revenus au taux de 2003…

Le tableau D2.1 p. 431 nous révèle que le nombre moyen d’élèves par classe en 2009 est supérieur d’un peu plus de 1 en France à la moyenne de l’OCDE, et de plus de 2 à la moyenne de l’Union européenne…

Nous arrivons avant-derniers quant à l’influence du milieu socio-économique sur les résultats aux tests OCDE de compréhension de l’écrit :

Cliquez sur le graphique pour l'agrandir.

Quant aux salaires des enseignants… voyez plutôt :

Cliquez sur le graphique pour l'agrandir.

Pour le salaire statutaire dans l’enseignement public, nous arrivons glorieusement en 22ème position sur 34…

Le salaire des enseignants a augmenté, en valeur réelle, dans la plupart des pays dont les données sont disponibles entre 1995 et 2009. La France et la Suisse font figure d’exception : le salaire des enseignants y a diminué en valeur réelle durant cette période.

La plupart des pays ont assisté à une régression du salaire des enseignants en pourcentage du PIB par habitant entre 2000 et 2009. C’est en Australie, en Corée, en France, au Japon et en Suisse que le salaire des enseignants en pourcentage du PIB par habitant a le plus diminué. Il est toutefois resté nettement supérieur à la moyenne de l’OCDE dans tous ces pays, sauf en Australie et en France.

Et le roi s’indigne qu’on le voie nu ???

Revenons à nos moutons… euh… à nos profs dépouillés…

Ne vous contentez pas de regarder le calendrier ! Allez lire leur manifeste :

Manifeste contre le dépouillement de l’école

Je n’en ferai pas de citations… car il faudrait tout citer ! Il n’est pas très long, et vaut largement la peine d’être lu… voire signé (plus de 12 000 signatures à ce jour). Au moins, contrairement à un certain site dont je parlais récemment, il indique qui constitue ce collectif !

Notre « roi nu » n’a pas aimé, allez donc savoir pourquoi !

Le ministre choqué par les profs qui posent nus pour dénoncer le « dépouillement de l’école »

Luc Chatel s’est dit « choqué » par ces pratiques dans une interview dimanche à France 3. « Ca me choque parce que le rôle d’un professeur (…) c’est de valoriser son institution » et « j’ai une trop haute estime du professeur, de l’image du professeur, de ce qu’il représente dans notre pays et dans la République, pour accepter un tel dénigrement » a ajouté M. Chatel ». « On a le droit de critiquer ma politique, je l’accepte, on a le droit d’être militant syndical (…), par contre je suis choqué que l’on puisse porter atteinte à l’image même du professeur », a poursuivi le ministre qui a indiqué qu’ »il n’y aura pas de sanction ».

Vous pourrez lire le communiqué de presse répondant au roi :

Les Dépouillés répondent au ministre de l’Éducation nationale, invité du 12/13 sur France 3 du 18 septembre

Réponse qui commence ainsi :

Monsieur le ministre,

Qui dévalorise l’institution scolaire ?
15 professeurs dénudés symboliquement ou un gouvernement qui envoie les nouveaux enseignants non formés, donc « tout nus » devant les élèves ?

Enfin, la page Revue de presse vous renverra vers quelques articles écrits à leur sujet…

Bonne visite !

En bref… et en vrac…

Mardi 22 mars 2011

* Depuis 2 jours, c’est le printemps ! Avec un beau soleil (même si les matins sont frais…) qui nous remontera le moral, j’espère !

* Loi Loppsi 2 : Le Conseil Constitutionnel n’a rien dit sur les « policiers volontaires », mais a jugé un certain nombre d’articles contraires à la Constitution :

Communiqué de presse – 2011-625 DC

Loi d’orientation et de programmation pour la performance de la sécurité intérieure

Et, pour plus de détails :

Décision n° 2011-625 DC du 10 mars 2011

* La manifestation des enseignants samedi dernier. Voir :
Education : nouvelle journée de mobilisation contre les suppressions de postes

Parents et profs rebattent le pavé

Dans le dernier paragraphe de l’article :

Fait sans précédent : 128 personnes ont renvoyé récemment leurs palmes académiques pour dénoncer la politique éducative actuelle, tandis que s’empilent les rapports peu amènes soulignant l’accroissement des inégalités scolaires en France (Pisa) ou encore l’insuffisance du taux d’encadrement des élèves (Conseil d’analyse stratégique).

En parlant de profs :

* Profs, petit tour des privilèges inexistants
par Jiby (14-08-2006)

Le billet est une peu « ancien » (2006)… mais toujours d’actualité !

* Suicides : l’Education Nationale plus fort que France Telecom !

(J’en reparlerai peut-être…)

* Dossier « L’école autrement » dans le Nouvel Obs du 17 au 23/3 (j’en reparlerai sûrement !)

Bonnes lectures… et bon printemps !

Enseignants privilégiés…

Samedi 12 février 2011

Hier, j’ai lu avec intérêt le billet de Lucien sur la grève du 10… Et suis tombée en arrêt devant le commentaire d’un certain Axel qui rend les enseignants responsables de tous les maux du monde : non seulement ils prennent les enfants en otages, mais en plus, à en croire son virulent « témoignage », nombreux sont ceux qui « font cours » complètement bourrés… Ce ne sont que de petits fonctionnaires attachés à leurs privilèges (ils travaillent 16 heures par semaine, ont plein de vacances et sont royalement payés – sans compter les ponts d’or qu’ils se font, au noir, avec des cours particuliers), qui refusent d’être notés et sont massivement syndiqués. Ils refusent même les policiers dans les écoles et les détecteurs d’armes ! C’est dire à quel point c’est une engeance horrible !

Je ne reparlerai pas de la « prise d’otages », je me suis déjà exprimée à ce sujet.
De nombreux profs alcooliques ? Je n’en ai jamais rencontré en tant qu’élève, et en ai croisé deux en 40 ans de carrière (dont une qui ne buvait que le soir, après les cours…)… Que les profs ne soient pas plus parfaits que les autres… ben oui, ce ne sont pas des anges descendus du ciel pour faire cours…
16 heures de travail par semaine ? Axel est mal renseigné : c’est 18 heures pour les certifiés, 15 pour les agrégés… Et, évidemment, ces heures se font comme ça, au débotté, sans préparations ni corrections. Il mentionne d’ailleurs que les mêmes cours sont répétés, année après année… Même les profs très paresseux (il y en a, je sais…) sont bien obligés de tenir compte des réformes… au moins une par ministre !
Les vacances et le salaire : j’en ai déjà parlé, et expliqué que le salaire tenait compte effectivement de ces vacances (les « grandes vacances » ne sont pas payées, en fait). Les changements dans la durée du travail des salariés n’ont d’ailleurs rien changé au calcul de notre salaire, fait au début des années 50 si je me souviens bien. Pas plus que l’allongement de l’année scolaire (le calcul a été fait sur 3 mois de vacances… on en est à 1 et demi, pour la plupart des profs).
Les cours particuliers ? A ma connaissance, ils sont massivement donnés par des étudiants, plutôt que par des profs… Quant aux « ponts d’or »… Axel n’a jamais dû appeler un plombier qui lui facture (au noir) 60 € pour une intervention d’une demi-heure… Je n’ai jamais connu de prof qui pratique ce genre de tarif… On fait haro sur les plombiers ?
Au risque de décevoir ledit Axel, il faut savoir que les profs sont notés. Tous les ans. Par l’inspection et par le chef d’établissement : 2 notes qui comptent pour l’avancement. Qu’il y ait à redire sur cette notation, j’en conviens (j’ai été suffisamment « mal notée » pour être d’accord !).
Quant aux syndicats… ils voudraient bien représenter massivement les profs… mais, comme les syndicats des autres professions, le nombre des syndiqués est en chute libre depuis pas mal d’années… J’ai déjà dû mentionner cette réflexion d’un jeune prof : « Tu es syndiquée ? Mais… puisque tu ne demandes pas ta mutation !… »
Pour les policiers… je pense honnêtement qu’un encadrement plus nombreux résoudrait pas mal de problèmes, plutôt que de criminaliser l’école ! Détecteurs d’armes… et pourquoi pas des miradors ???

Bon, maintenant que je me suis épanchée suite à ce commentaire qui m’a hérissé le poil (mais allez le lire, ça en vaut la peine : je n’ai que résumé quelques grandes lignes…), revenons aux choses sérieuses…

Comme vous le savez, la grève d’avant-hier n’avait pas pour objet de défendre quelques « privilèges », ni de demander une augmentation de salaire… Mais de combattre l’idée qu’avec moins d’enseignants on peut « faire mieux »…

Certes, gonfler les classes va demander beaucoup plus de travail aux enseignants, et un travail plus « global », moins individualisé, donc moins intéressant. Mais… ce sont tout de même les enfants les… « otages » de cette réforme ! Ce sont tout de même eux dont on s’occupera moins, qu’on suivra moins attentivement, qu’on ne parviendra pas à « remettre sur les rails » à temps !

Voir l’article de Libération :

Des économies loin d’être indolores

A Suresnes, Paris ou la Réunion, enseignants et élèves sont face aux restrictions budgétaires.

A titre d’exemple, voici ce qui va se passer dans l’académie de Versailles :

Un budget catastrophique (- 493 emplois, + 1159 élèves dans une académie déjà sous dotée et marquée par une aggravation des inégalités)
[...]
Ce sont 11 BTS qui sont fermés dans l’académie pour à à peine 3,5 ouvertures de sections dont 2,5 sous statut d’apprentissage.
[...]
Dans la voie professionnelle, 10% des capacités d’accueil en CAP ont disparu, des CAP ont été fermés comme des divisions de bac pro alors que 7000 élèves n’ont pas eu satisfaction sur leur 1er voeu pour les affectations en voie professionnelle !
[...]
le Recteur [...] a décidé dans la plus grande opacité et de manière autoritaire de diminuer de moitié le nombre d’établissements qui, selon lui, doivent recevoir des moyens supplémentaires. Il exclut d’emblée tous les lycées de la liste. Et cela dans un contexte marqué par le renforcement de la pauvreté, l’accroissement des inégalités socio-économiques et dans une académie connue pour sa très forte polarisation sociale, la vivacité des contrastes entre zones de relégation et zones de prospérité, la disparité des résultats scolaires.

Après avoir augmenté les heures supplémentaires, laminé les moyens de remplacement et détruit la formation professionnelle des jeunes enseignants pour récupérer des emplois de stagiaires, le Recteur va faire porter les suppressions d’emplois décidées par le Ministère dans les établissements ;
- En augmentant le nombre d’élèves par classe, en supprimant les dédoublements
- En appliquant partout les horaires planchers
- En réduisant les options

Et, dans la même académie, la « réforme » de la section « Sciences et Technologies Industrielles » (STI)

Le démembrement de la filière STI sous couvert d’une réforme censée la rendre attractive

Alors que la réforme des STI porte atteinte au fondement même de la voie technologique qui a besoin d’être rénovée mais en respectant ce qui en a fait un important vecteur de la démocratisation du lycée ( diversification des méthodes d’enseignement et de ses contenus, débouchés et poursuite d’études…), le Ministère et le Rectorat veulent afficher qu’ils en ont restauré l’attractivité en présentant une capacité d’accueil supérieure de 20 % à celle de l’année précédente.

Ils misent sur une baisse du taux de redoublement des élèves en seconde pour remplir ses capacités d’accueil en faisant l »impasse sur les conditions nécessaires pour faire réussir ses élèves. Non seulement l’enseignement technologique s’aligne sur l’enseignement général avec la disparition des travaux en ateliers et de formations pointues que pouvaient exiger les entreprises mais les divisions passent toutes à 30 élèves, les divisions de 24 élèves et les demi divisions étant supprimées.

D’autre part, autre conséquence des suppressions d’emplois, le Rectorat, sauf pour quelques établissements, ne respecte pas les directives ministérielles qui demandent au moins l’implantation de trois spécialités par établissement. La norme académique est de deux.

En conclusion, je vous suggère la lecture d’un autre article de Libération, que Lucien m’a fait découvrir :
«L’éducation, un investissement qui a de super rendements»

C’est une interview d’ « Eric Maurin, directeur d’études à l’Ecole des hautes études en sciences sociales (EHESS) », qui « revient sur la politique de réduction de postes dans l’Education nationale. »

- Cela vaut donc la peine d’investir dans l’éducation ?

- C’est un investissement qui a de super rendements pour la collectivité. Des emplois mieux rémunérés génèrent plus d’impôts, moins de chômage, et donc moins de dépenses sociales. Chaque fois que l’on a fait l’effort d’augmenter d’un an la formation d’une classe d’âge, on génère un surcroît de ressources pour la société qui va bien au-delà de ce que coûte l’investissement initial. Ne pas investir, c’est renoncer à ce bénéfice.

Sauver le monde…

Mercredi 11 novembre 2009

Merci à Lulubie pour son commentaire passionnant sur mon dernier billet. Je suis d’accord avec elle sur bien des points… mais c’est sur la fin de son commentaire que j’ai envie de revenir…

« Comment lutter contre l’illettrisme en général me semble être en effet trop vaste, aussi vaste que la question de savoir comment sauver le monde ! »

Je ne crois pas être un « cas d’espèce » si je dis que, pendant des années, j’ai pensé pouvoir « sauver le monde »… A ma petite mesure de prof, bien entendu… Un petit monde d’enfants et/ou d’ados que j’accueillais dans mes classes…

Passées les premières angoisses face à 25 ou 30 (voire plus, dans mes débuts !) jeunes têtes inconnues, « le » prof convaincu de l’importance de sa « mission » (oui, je généralise… je crois vraiment que nous sommes très nombreux à passer – ou être passés – par cette phase…) se sent tout-puissant dans le petit monde fermé de sa classe. Il peut tout. Il est dieu lui-même. A lui, il incombe de contribuer à faire de ces enfants des adultes réfléchis, exigeants, actifs, dynamiques.

Et, plein de ce noble désir, il se penche avec intérêt sur les petites têtes (pas forcément blondes !) qui semblent peiner dans leurs apprentissages. Il essaie de nouvelles approches, varie ses méthodes, cherche des pédagogies plus efficaces. Il déverse tout son amour, toute sa capacité d’amour, sur ces enfants « rebelles » qui ne comprennent pas, ne font pas, n’arrivent pas à faire, à apprendre, à reproduire…

L’amour sauve tout, pense notre enseignant. L’amour peut tout. De ma capacité d’amour dépend l’avenir de ces enfants…

Et il jubile de voir Marion réussir pour la première fois son autodictée, Gérard prendre le feutre pour écrire des réflexions personnelles sur les grandes feuilles blanches affichées au mur, Yohann écrire un sonnet sur la moto, Marine proposer un sujet d’exposé, Violaine jouer une scène de théâtre…

« J’ai réussi à semer quelque chose », pense notre enseignant…

Il n’a pas tort. Il a réussi, à force d’amour, mais aussi de réflexion, de technique, de compréhension, à insérer un enfant à ce qu’il estime être sa « vraie » place dans le petit monde qui est le leur…

Pendant un moment…

Car ils seront excessivement rares, les enfants « en échec » (j’utilise cette expression pour simplifier) qui, tout au long de l’année, progresseront au point de (presque) rattraper les autres… Et leur progression ne se poursuivra pas forcément les années suivantes…

Dieu ? Oui, l’enseignant peut être un dieu… mais l’espace de quelques heures seulement par semaine, quelques mois dans l’année… et une année seulement, en général… Le reste du temps, l’enfant lui échappe, vit sa propre vie, avec ou sans amour pour l’épauler, le faire grandir… Et l’enseignant n’a aucun pouvoir sur cette vie-là, hors des murs rassurants de la classe…

C’est déjà bien d’avoir réussi à semer quelque chose, certes… Mais une graine a besoin de soins pour germer et grandir… Sinon, elle meurt… Au mieux, elle s’enkyste, reste dans un coin de la mémoire, enfouie dans un passé plus ou moins lointain, plus ou moins oublié…

Au bout d’un temps plus ou moins long, l’enseignant comprend alors qu’il n’est PAS dieu… Qu’il peut, certes, continuer à distribuer son amour et sa pédagogie, inventer de nouvelles méthodes, de nouveaux types d’exercices, d’évaluation… mais que tout cela, si par chance (oui, il y a aussi une question de chance : quelque chose de la mystérieuse alchimie qui peut – ou non – se développer au contact de deux personnes… l’élève et le maître, par exemple…) cela parvient à « débloquer » tel ou tel gamin, à un moment donné, sur une activité donnée… cela ne poussera que très exceptionnellement ledit gamin sur le chemin d’une réussite, même relative…

Personnellement, il m’a bien fallu une trentaine d’années pour accepter cette idée…

J’ai alors transformé mon acte de foi : je me suis dit que si, sur une classe, j’apportais « quelque chose » à 2 ou 3 enfants, cela serait une « réussite » pour moi…

Je n’ai pas changé pour autant mes manières d’être et de faire. J’ai continué à distribuer généreusement mon amour, à rechercher, toujours et encore, la « meilleure façon » de faire telle ou telle activité.

Mais j’avais compris que je n’étais pas dieu, et que le destin de ces enfants ne dépendait pas de moi…

Pour conclure sur une note optimiste, je me permets de reprendre la citation d’une ancienne élève d’il y a 12 ans… Je sais, je l’ai déjà écrite ici, mais elle n’en garde pas moins toute sa valeur :

« Et ceux qui sont passés dans votre classe se sont certainement dit, à un moment où à un autre, “Je compte, je suis quelqu’un”. C’est important. »

Confiance…

Mardi 4 août 2009

[Les Instructions] sont vraiment dignes de cette grande insti-
tution démocratique par excellence, qui ne fait point de
différence entre les enfants qui lui sont confiés et qui veut
les élever tous, les plus humbles et les plus misérables
autant sinon plus que les autres, selon les mêmes princi-
pes de liberté, de justice et d’amour.

[...]

Est-il besoin d’ajouter que nous avons pleine confiance
dans les maîtres de nos écoles ? Ce sont des hommes de
cœur.

[...]

Le premier devoir de nos instituteurs, ils le savent, est
d’adapter leurs leçons au milieu dans lequel ils se trouvent
et de les renouveler d’année en année.

Si les programmes [...] nous servent de guide, il serait
toutefois vain de les appliquer tels quels [...]. Il est[...]
indispensable de tenir compte
du milieu, de la force des élèves, des besoins des popula-
tions. A n’en rien faire on se tromperait gravement.

Adapter nos leçons au milieu, c’est en même temps les re-
nouveler. Ce renouvellement est chose nécessaire. Le labou-
reur ne retourne-t-il pas la terre quand vient l’automne ?
S’il ne le faisait, où serait la moisson ? Si nous ne pre-
nions la peine de labourer, nous aussi, notre champ, de re-
tourner notre fonds, où seraient les résultats ?

J’apprécie grandement – et vous aussi, j’espère -, ce « mandat de confiance » adressé par le Ministère aux instituteurs : les programmes sont un guide – et seulement un guide. Il appartient à l’instituteur d’évaluer le milieu dans lequel il se trouve, la « force des élèves » et les « besoins [de la] population » afin d’adapter au mieux ces programmes.

Et il lui appartient en même temps de remettre en question son travail, afin d’améliorer son enseignement…

Mais vous vous demandez peut-être pourquoi j’ai enlevé des mots du quatrième paragraphe ? Ah ! Il va falloir que je me dévoile… Voici donc ce paragraphe sans coupures :

Si les programmes français nous servent de guide, il serait
toutefois vain de les appliquer tels quels en Tunisie. Il est,
ici plus encore qu’en France, indispensable de tenir compte
du milieu, de la force des élèves, des besoins des popula-
tions. A n’en rien faire on se tromperait gravement.

Pourquoi diable la Tunisie ? C’est que la Tunisie est sous protectorat français… en 1923 !

Voilà mes sources dévoilées…

Instruction Publique

Instruction Publique

Et je ne peux résister au plaisir de vous donner la suite :

Nos écoles sont des écoles laïques. Qu’est-ce à dire, sinon
que, pour en être et rester dignes, il nous faut travailler
sans cesse à notre propre perfectionnement ?

C’est par notre attention soutenue que nos écoles devien-
dront de plus en plus laïques chaque jour. La laïcité, ce
n’est pas seulement une enseigne mise une fois pour toutes
à l’entrée de nos classes, c’est un idéal a la poursuite du-
quel il faut se donner tout entier. Sans doute toute la vie
d’un homme ne suffira pas à l’atteindre et même, à me-
sure que, de génération en génération, on s’en approchera
davantage, il reculera et s’élèvera d’autant. Mais la des-
tinée de l’homme n’est-elle pas de poursuivre une idée qui le
dépasse ? Disons donc de la laïcité ce qu’on peut dire de
toutes les œuvres humaines qui valent la peine d’être faites,
à savoir qu’elle est une création continue.

Laïcité, comme noblesse, oblige : elle oblige au travail.

(Source : Gallica, pages 797 et suivantes)

Je vous en reparlerai, de cette confiance de nos gouvernements en leurs enseignants…