Archive pour le mot-clef ‘Méthodologie’

Apprendre… à apprendre

Samedi 17 janvier 2009

Il y a… pas mal d’années, « on » avait décidé que les élèves de 6ème manquaient de méthodes pour travailler, et on avait inscrit dans leur horaire une heure de « méthodologie » par semaine. Un éditeur avait d’ailleurs sorti un manuel pour nous y aider, Énergie 6 (qui fut d’ailleurs suivi par un autre manuel, pour les secondes).

Que faisait-on pendant cette heure ?

Beaucoup de choses ! On apprenait à lire son emploi du temps, à préparer son cartable, à lire les consignes, apprendre les leçons, organiser son travail… Tout cela semble sans doute évident, mais ce ne l’était pas pour les élèves de 6ème ! Il fallait souvent attendre la fin du 1er trimestre pour que (presque) tous les élèves aient leur matériel pour tous les cours de la semaine ! Je leur donnais d’ailleurs une grille où noter leurs oublis, pour voir ensuite avec eux s’ils progressaient…

L’heure de méthodologie disparut très vite : d’abord, parce que les heures d’enseignement distribuées aux établissement diminuaient. Mais aussi, parce que nombre de collègues (dans mon collège) n’étaient pas vraiment persuadés de l’utilité de cette heure. Je pense qu’en fait, comme ils avaient eux-mêmes accompli cette formation avec leurs propres enfants, il leur semblait tout à fait inutile de la faire en classe…

Personnellement, je trouve que c’était une heure très utile, et qui permettait aux élèves de trouver des méthodes, dont ils faisaient part aux autres.

Pourquoi est-ce que je parle de cet enseignement défunt ?

Parce qu’en décembre, une élève de 5ème est venue me trouver à la fin d’un cours : elle m’expliqua qu’elle comprenait très bien, en classe, le cours de grammaire. Mais, quand elle voulait apprendre sa leçon (et faire ses exercices), elle ne comprenait plus rien. Et c’était, bien sûr, encore pire quand il s’agissait de réviser en prévision du contrôle. Je lui expliquai alors ce que nous voyions « autrefois » en méthodologie : le mieux était de lire sa leçon le soir même, pendant que le cours était encore frais dans sa mémoire. Et de l’apprendre quelques jours plus tard (au pire, la veille du cours de grammaire suivant). Je l’assurai que cette méthode (dont visiblement elle n’avait jamais entendu parler) était valable pour toutes les matières, y compris surtout celles où elle avait des difficultés.

Elle revint me voir 10 ou 15 jours plus tard, et me dit qu’effectivement, elle comprenait beaucoup mieux ses cours depuis qu’elle procédait ainsi. Et elle revint encore me voir la semaine dernière, pour me tenir au courant de ses progrès dans ses apprentissages.

Quand je lui rendis son contrôle, jeudi, elle fut ravie de voir qu’elle avait la moyenne dans les 2 parties du contrôle, ce qui n’était pas le cas la fois précédente.

Vous me direz peut-être qu’il n’est pas nécessaire de consacrer une heure de méthodologie pour ce genre de choses. J’ai tendance à penser que si, justement. Parce qu’il s’agit de méthodes valables pour toutes les matières, et qu’une heure entière passée à voir comment on peut organiser sa semaine (par exemple) marque davantage que la petite phrase dite par un professeur d’une matière (s’il pense à la dire !), alors que cette phrase va être noyée dans une infinité d’autres phrases au cours de la journée, et qu’elle a peu de chance d’être retenue, encore moins d’être mise en application.

Mais… le temps, c’est de l’argent… et vous savez comme notre ministère en manque…