Posts Tagged ‘Photos’

Les nouvelles tondeuses…

mercredi, septembre 25th, 2013

Autonomes, ergonomiques, économiques, et surtout… écologiques !

C’est une acquisition du Conseil Général pour le château de Chamarande.

Je l’ignorais totalement et, à vrai dire, quand je suis allée aux Archives, pressée de trouver les documents notariés que j’y cherchais, je n’ai rien vu…

C’est au moment de la pause café-cigarettes que j’ai remarqué quelque chose, dans les douves :

Vous voyez ?
Pas très bien ?
Moi non plus… Alors je me suis approchée :

Encore un peu :

Eh oui ! Les nouvelles tondeuses de Chamarande sont des chèvres !
100% écologiques !

Et elles s’en donnent à cœur joie :

Il y en a une bonne dizaine, d’après ce que j’ai vu :

Elles nettoient même les murs :

Bon, évidemment, pour le parc, on continue à utiliser des tondeuses plus « traditionnelles »… Je crois me souvenir que ces petites bêtes ont un faible pour l’écorce des arbres… lesquels ne supportent pas toujours très bien leur appétit…
Mais pas d’arbres dans les douves ! Ni de visiteurs susceptibles de s’embourber dans le précieux engrais 100% naturel !

Vive les tondeuses écologiques !

Vive les chèvres !

Euh… pardon, monsieur…

Juliette et Roméo…

samedi, septembre 21st, 2013

Juliette s’ennuie un peu. Elle regarde les lézards se faufiler parmi les pois de senteur, mais n’a pas le coeur à la chasse…

– Guetter… Attendre…

– Un jour… mon prince viendra…

– Un jour…

Voici Roméo, justement…

Mais Roméo se méfie : il a déjà été éconduit…
Mieux vaut ignorer la belle sur son balcon…

– Essayons quand même ?

– Ah ! Le chevalier à la rousse figure…

– Pshhtt !

– Jamais simple, avec elle ! Attendons un peu…

– Difficile de les comprendre…

– Allons, courage ! Essayons !

– Euh… Bonjour !

– Mieux vaut être seule que mal accompagnée !

– Quoique…

*      *      *

Dans le rôle de Roméo, le chat du voisin (enfin, du fils du voisin !) dont je vous ai déjà parlé.

Dans le rôle de Juliette, je soupçonne la chatte du voisin d’en face… Auquel cas ce pourrait bien être la sœur du précédent :

(Je n’ai évidemment pas posté toutes les photos prises aujourd’hui… mais elles sont dans l’ordre où elles ont été prises !)

Mignonne comme tout, cette chatte ! Elle n’a qu’un défaut : elle tient absolument à visiter la maison ! Deux fois, je l’ai surprise commençant à monter l’escalier… Et je ne compte pas les fois où je l’ai fait fuir de la maison !

Tiens, ce matin, par exemple… Alors que je préparais mon petit déjeuner, elle a passé au moins une quinzaine de fois une ou plusieurs pattes dans la cuisine ! Chaque fois, je tapais dans mes mains pour la faire ressortir ; et chaque fois, elle se postait contre la porte… et posait à nouveau une patte discrète dans la cuisine ! J’ai dû finir par fermer la porte…

Même chose tandis que je déjeunais dehors, sur la terrasse : là encore, j’ai dû fermer la porte… J’ignore ce qui l’attire autant… mais elle est bigrement têtue !

Encore les bêtes…

mercredi, août 7th, 2013

Enfin… une des bêtes dont je vous ai parlé… celle à 4 pattes, qui tient apparemment à visiter la maison…

Rappel : ce chat, je l’ai connu chaton l’an dernier : la chatte du voisin d’en face avait mis bas je ne sais où, puis avait migré avec ses 4 chatons chez le voisin d’à côté (voir le billet de mai 2012). Lesquels chatons, s’affermissant sur leurs petites pattes, s’en vinrent de temps à autre dans mon jardin, posant complaisamment pour mon appareil photo. Tenez, le voici en mai 2012, le petit :

et en août 2013 :

Oui… il a un peu changé, le petit ! Mais toujours aussi curieux… J’ai l’impression que, quand il vient en visite à côté, il passe à peu près autant de temps chez moi que chez mes voisins ! La première fois, il a fallu que les voisins le récupèrent… Mais depuis, il a appris à sauter le mur (je l’admire à chaque fois, car il n’a quasiment pas de recul !), il va et vient, à l’aise, comme chez lui… Ce week-end, encore, il a tenté une incursion dans la salle-à-manger…

Ce qui l’attire – et le dérange tout à la fois – dans mon domaine, je crois bien que ce sont les nombreux moineaux qui hantent mon rosier… Mais, malheureusement pour lui – et heureusement pour les moineaux (et pour moi, qui prends grand plaisir à les entendre – plus qu’à les voir – bavarder à longueur de journée !) -, le buisson est difficilement accessible… Voici mon visiteur au pied du rosier :

Le week-end dernier, il a fait connaissance chez moi d’une chatte tricolore à poils longs, dont j’ai déjà eu plusieurs fois la visite… Ses propriétaires sont venus le récupérer chez moi… avant qu’il ne puisse passer entre les barreaux qui séparent mon jardin de la rue…

Beau matou, quand même, non ?

Amie des bêtes ?

lundi, juillet 22nd, 2013

C’est fou comme les bestioles aiment ma maison ! Pourtant, je ne laisse plus la porte de la cuisine qu’entrouverte, après la visite de la mésange… Mais il faut croire qu’il y a beaucoup de curieux, dans le coin…

Avant-hier, par exemple… Je « travaillais » tranquillement sur mon ordinateur dans la salle à manger, quand je crois percevoir un mouvement… Une belle queue rousse et blanche… non, ce n’est pas un oiseau ! C’est un chat ! Plus précisément, le chat du fils des voisins…

Vous vous souvenez peut-être de cette portée de chatons, l’an dernier ? Eh bien, le fils des voisins en a adopté un… Méconnaissable : un grand gros matou… Qui vit en appartement, et est ravi lorsque ses maîtres l’amènent ici… Surpris les premières fois, il prend maintenant de l’audace… et trouve les trous dans le grillage… ou saute le mur de séparation ! La voisine a dû entrer dans mon jardin pour le récupérer… Il est revenu dans le jardin à plusieurs reprises… mais a su réintégrer le jardin voisin !

Un autre éphémère sur la vitre… mais toutes les photos sont floues… dommage !

Hier, un mouvement coloré derrière une corbeille, dans la cuisine : un papillon, qui s’est empressé de ressortir, mais qui a eu l’amabilité de poser un peu pour moi, sur la vitre. Pas celle de me laisser le photographier côté face : dès que j’ai fait mine de sortir, il s’est envolé à tire-d’aile !

Hier encore, je vois de la cuisine deux moineaux sur la terrasse. Cri d’alerte du plus gros… et le plus petit file tout droit dans la cuisine ! Il se blottit contre le frigo, et n’en bouge plus… Impossible de l’en faire sortir ! Il ne sait visiblement pas crier, pas beaucoup voler, et est terrorisé… Je dois finalement le prendre dans ma main pour le sortir. Il reste un bon moment plaqué contre un volet…

J’ai déjà eu chez moi hirondelles, rouges-gorges et mésange, mais c’est la première fois qu’un moineau me rend visite, bien qu’ils soient très nombreux par ici ! Il est vrai qu’il est bien jeune, le petit !

Je le reprends pour le rapprocher de la verdure et de l’eau. Il reste là un petit moment, ouvrant le bec dans un cri muet (ou attendant que je le nourrisse ???), puis volète au creux du buisson de rosiers.

Mais j’entendrai pendant longtemps les cris des parents qui le cherchent… J’espère qu’ils ont fini par le récupérer, et qu’il n’avait pas trop pris d’odeurs étrangères… Heureusement, le chat avait déjà réintégré ses appartements citadins ! Il n’aurait fait qu’une bouchée de l’oisillon !

Merci à ces bestioles qui me font l’honneur de poser pour moi…

‘tites bêtes… grosses fleurs…

jeudi, juillet 18th, 2013

Je pourrais vous dire que, depuis mon dernier billet, je suis partie voyager très loin… Mais la vérité est qu’il m’est, par moments, tellement difficile de « prendre la plume »… que je remets au lendemain… ou à plus tard (j’ai déjà parlé de « procrastination »…).

Ce qui m’a décidée ce matin… c’est la petite bête aperçue hier sur ma table de jardin, et qui m’a autorisée à la prendre en photo. J’oserais presque dire qu’elle « posait »… mais je craignais trop qu’elle ne s’envole pour tenter de la photographier sous un autre angle…

Je n’avais jamais vu, me semble-t-il, une telle bestiole :

Ces 3 longues « queues », cette immense antenne (il y en a sûrement 2, mais la deuxième se dissimule derrière la première)… Jamais vu une telle bestiole, c’est sûr !

Recherches donc sur Internet… pour découvrir qu’il s’agit « tout simplement » d’un éphémère…

Pourtant, des éphémères, je connais ! Des dizaines s’agglutinent la nuit sur mes vitres (mais plus tôt dans l’année) ! Ils ne ressemblent pas du tout à mon visiteur d’hier ! Il est vrai que j’ai vu sur Internet qu’il y en avait plusieurs dizaines d’espèces… et je n’ai pas eu le courage d’aller voir à quoi chacune ressemblait…

En juin, c’est une autre bestiole que j’avais photographiée, attirée par cette tache verte, brillante, sur une pivoine. Je n’ai pas cherché son identité, pensant que c’était une sorte de petit scarabée… Si vous en savez plus, je suis preneuse d’informations !

L’abeille charpentière de l’an dernier (ou une de sa famille…) est revenue dès que les pois de senteur ont commencé à fleurir, mais je lui ai fait grâce de la photo !

Je n’envisage pas de me plonger dans des études d’entomologie… mais tout de même, j’apprécie de découvrir quelques petits visiteurs, au hasard de nos rencontres…

Côté plantes, j’ai eu aussi quelques surprises… Par exemple, la campanule : l’année dernière, se lassant sans doute de l’ombre, elle avait migré sur ma terrasse, entre sol de ciment et mur de pierre ; cette année, elle a eu envie de retrouver la terre et a surgi contre le grillage, 2 à 3 fois plus grande que les années précédentes… avec des fleurs 2 à 3 fois plus grosses !

Et des nouvelles venues, au milieu de l’oranger du Mexique : des digitales !!! Il y en a plusieurs pieds, vu la distance entre les 5 ou 6 tiges fleuries…

Comme j’en parlais au pharmacien, il m’a dit que lui aussi avait découvert cette année une digitale dans son jardin…

Enfin, ces petites fleurs d’un rouge profond, qui s’obstinent à pousser chaque année au ras des escaliers :

Je crois vous les avoir déjà montrées… J’ai appris que c’étaient… des œillets !

Bonnes découvertes à vous aussi, chez vous ou dans d’autres lieux !

Drôle d’oiseau !

mercredi, mai 15th, 2013

Comme vous le savez peut-être déjà, les oiseaux ont table ouverte par chez nous. Ce qui me donne l’occasion de les photographier… et de vous en montrer quelques images.

Mais la semaine dernière, c’est un drôle d’oiseau qui est venu se mettre à table… Jugez plutôt :

– Un rat ! Un rat ! ont crié les voisins.

– C’est un RAT ! ont-ils confirmé, effrayés. Et dans ce mot RAT tremblaient des peurs ancestrales.

– Ils font des portées de 8 !
– On va être envahi !
– Ils sont porteurs de je ne sais plus quelle maladie !
(la peste ? Brrr ! Nous voilà revenus quelques siècles en arrière !)

Un des voisins, « agent chargé de la collecte des déchets » à Paris, nous informe que les « agents chargés de l’entretien du réseau d’égout » sont justement vaccinés contre cette maladie…

(Étant tout à fait incapable de reconnaître un mulot d’une souris, je me suis bien gardée d’avoir une opinion quelconque sur la bête. Mais j’avais tout de même reconnu qu’il ne s’agissait pas d’un oiseau, ni d’un chat.)

Pas vilaine, la bestiole. Attendrissante, même…

… surtout quand on sait que ce qu’elle dévore si goulûment… Ce sont des graines empoisonnées (et encore, je vous passe d’horribles détails sur la « cuisine » qu’on lui a confectionnée !)… A l’heure qu’il est, elle doit être morte depuis un bout de temps… J’espère que cela aura été rapide…

Avant les graines, on avait essayé la tapette (à rats, bien sûr, pas à souris !). Mais j’ai couru affolée chez un voisin après avoir vu un merle gourmand manquer de se faire décapiter par l’instrument…

Combien d’oiseaux auront goûté à ces graines ? Je préfère ne pas le savoir…

Attention ! Ne croyez pas que je milite pour la prolifération de ces bestioles dans notre voisinage (attirées par nos composteurs, paraît-il)… C’est juste que je ne suis pas très sûre de la nature de ladite bestiole… et que, par ailleurs, je me souviens d’un ancien élève qui, à son époque punk, se baladait avec un rat blanc sur l’épaule…

* * *

Je ne résiste pas au plaisir de vous citer un extrait des Misérables, que je donnais à mes élèves en guise d’introduction à la leçon sur le complément d’agent :

Cependant le petit ne dormait pas.
– Monsieur ! reprit-il.
– Hein ? fit Gavroche.
– Qu’est-ce que c’est donc que les rats ?
– C’est des souris.
Cette explication rassura un peu l’enfant. Il avait vu dans sa vie des souris blanches et il n’en avait pas eu peur. Pourtant il éleva encore la voix :
– Monsieur ?
– Hein ? reprit Gavroche.
– Pourquoi n’avez-vous pas un chat ?
– J’en ai eu un, répondit Gavroche, j’en ai apporté un, mais ils me l’ont mangé.
Cette seconde explication défit l’œuvre de la première, et le petit recommença à trembler. Le dialogue entre lui et Gavroche reprit pour la quatrième fois.
– Monsieur !
– Hein ?
– Qui ça qui a été mangé ?
– Le chat.
– Qui ça qui a mangé le chat ?
– Les rats.
– Les souris ?
– Oui, les rats.

Victor Hugo, Les Misérables

Petites scènes de violence ordinaires…

mercredi, mai 1st, 2013

C’est pas parce qu’on est le 1er mai que le soleil brille et que tout le monde sourit à la douce tiédeur printanière…

A preuve ces quelques scènes que notre caméra-woman a saisies sur le vif…

Si vous trouvez que ce merle est particulièrement mal luné (et peu partageur !), voici une pic-épeiche… Sera-t-elle plus accommodante ?

Peut-être que son cousin (son compagnon ???) est plus conciliant ?

Voyons voir…

Affligeant, non ?

(Mais c’est la première fois que je vois DEUX pics-épeiche[s ?] en même temps ! Une femelle – nuque noire – et un mâle – nuque rouge.)

Amis défavorisés…

samedi, avril 13th, 2013

Amis défavorisés qui, entre deux rafales de vent, une averse et une giboulée de grêle, guettez en grelottant comme moi le moindre rayon de soleil,

j’ai une bonne nouvelle pour vous :

Le printemps ARRIVE !!!

Et, cette fois, j’ai de vraies raisons pour y croire,

pas seulement les violettes qui ont carrément colonisé (presque) tout mon jardin,

Pas si timides que ça !

pas seulement les bourgeons, boutons et promesses de fleurs qui habillent timidement les arbustes,

Cognassier (?) du Japon, forsythias, lilas

pas seulement les chants d’oiseaux en quête de la compagne ou du compagnon.

Non. Là, j’ai une VRAIE preuve :

Les lézards ressortent !!!

Ça, c’est un VRAI signe !

Ces petites bêtes sensibles au froid mentent moins que fleurs et oiseaux !

Déjà, hier, j’en avais surpris un sur le seuil de la porte… que je m’étais empressée de refermer avant qu’il n’entre ! Mais un autre a dû passer en douce à mon retour, car ce matin, il était dans l’entrée… Plus grand que celui que j’avais vu hier, mais encore bien engourdi, il est vrai ! Au lieu de filer sous un meuble où je n’aurais jamais pu le dénicher, il s’est contenté de faire quelques pas timides… Et j’ai pu, à l’aide de la pelle et de la balayette de la cheminée, le « cueillir » gentiment pour le remettre dehors. Il est resté un moment comme étourdi, mais s’est vite filé entre deux pierres…

En tous cas, il m’a redonné le moral, et j’espère que vous serez aussi sensibles que moi à ce signe : pour que les lézards ressortent, c’est qu’il va faire (un peu) plus CHAUD !!!

Je vous souhaite d’en être heureux… comme des pinsons dans l’herbe !

Gai, gai, gai...

Dès que le printemps revient…

lundi, mars 25th, 2013

Un peu frais, encore, le printemps… D’ailleurs, il n’y a pas 15 jours :

(Je ne taille pas les tiges en automne… parce que je trouve vraiment très belles ces « fleurs de neige »…)

Je ne vous offrirai pas de crocus… déjà défleuris…

(Pour les « trop » jeunes : le titre est celui d’une chanson de Hugues Aufray… du temps que j’étais ado – et qu’on ne disait même pas « ado », à l’époque ! Les temps changent… Comme écrivait Ronsard :
« Le temps s’en va, le, temps s’en va, ma Dame,
Las ! le temps non, mais nous, nous en allons »)

(J’ai gagné un lot de parenthèses pour pas cher, j’en profite, excusez-moi !)

Donc, disais-je, pas de crocus, mais

quelques primevères

des jonquilles

de minuscules fleurs bleues dont j’ignore le nom (non, ce ne sont pas des myosotis ! Trop frileux pour être déjà sortis !)

de timides (évidemment !) violettes

et des pâquerettes (en attente de Pâques).

A vrai dire, primevères et pâquerettes étaient sorties bien avant les dernières neiges, et les crocus aussi, d’ailleurs ! Mais ceux-ci se sont recroquevillés sous le « blanc manteau », alors que celles-là ont courageusement ressurgi.

(Je sais, je sais, je suis en retard pour fêter le printemps… mais j’attendais un peu de soleil pour prendre des photos…)

(Fin des parenthèses)

Joyeux printemps !

(S’cusez, y m’en restait une paire… J’espère très fort ne pas avoir encore fait d’HORIBLE fôtes dortograff !!!!!)

Jalousie, quand tu nous tiens…

samedi, mars 9th, 2013

Je suis très jalouse des tas d’espèces d’oiseaux qui fréquentent le jardin de ma sœur, et dont elle m’envoie les photos pour me faire bisquer (non, non, tit’soeur ! C’est pour de rire !!!).

Pas de raison pour que je ne vous fasse pas bisquer à mon tour… même si mes « visiteurs » sont moins originaux que les siens…

Voici donc, par ordre d’entrée en scène (dans l’appareil) :

Deux « classiques » :

Pigeon ramier, Etourneau sansonnet

Deux autres classiques :

Mésange bleue, Moineau domestique

(domestique, domestique… à part manger, jacasser et voleter dans tous les coins, je vois pas trop ce qu’ils font ! En plus, même leur ombre les fait s’envoler loin de mon objectif !)

Méli-mélo des précédents :

Moineau domestique, Etourneau sansonnet

Je n’aime pas trop les étourneaux : braillards, querelleurs, vous ravageant un cerisier en un rien de temps… mais j’avoue que leur plumage est joli…

Un autre duo :

Moineau domestique, Pinson des arbres

Et enfin, que j’ai réussi à « capter » ce matin (il avait fait une brève apparition hier, mais s’était envolé dès que j’avais saisi mon appareil) :

Pic épeiche

Jolies couleurs, non ?

Le même, de face :

Pic épeiche

Peut-être un jour arriverai-je à « choper » d’autres visiteurs, jusqu’ici trop rapides pour moi : pies, tourterelles, pivert, chardonnerets… J’ai même vu l’automne dernier… une bécasse (sans doute lâchée pour la chasse, la pauvre !) ; et, dans mon ancien jardin, faisans et faisanes (idem…)…

Je ne manquerai pas de vous en faire part !