Posts Tagged ‘Rythmes scolaires’

Nouvelles nouvelles de l’école…

dimanche, juillet 24th, 2011

Des rythmes scolaires

Désolée, mais je n’ai pas eu le courage de lire le rapport en entier… Voici les 10 propositions de la commission :

10 mesures pour des rythmes plus équilibrés

La journée
1/ amplitude journalière identique pour tous les écoliers et collégiens : 7 heures au moins, 8h30 pour ceux qui ne rentrent pas déjeuner chez eux.
Horaires d’entrée et de sortie fixes et réguliers : 8h30 – 17h par exemple
2/ limitation de la durée totale des cours :
5 heures par jour à l’école élémentaire et pour les deux premières années de collège,
6 heures par jour en classe de 4e et de 3e
3/ 1 à 2 heures par jour d’accompagnement éducatif pour tous :
– 2 heures par jour à l’école et en classe de 6e et de 5e au collège
– 1 heure en classe de 4e et de 3e
4/ pause méridienne qui ne peut être inférieure à 1h30 en principe à l’école et au collège, que les élèves rentrent chez eux ou non
La semaine
5/ étalement de la semaine sur au moins 9 demi-journées, dont, à l’école élémentaire,
une demi journée supplémentaire de trois heures d’enseignement (le mercredi ou le samedi)
6/ limitation de la durée hebdomadaire d’enseignement :
23 heures à l’école élémentaire et pour les deux premières années de collège
L’année : une répartition des temps plus régulière
7/ une année organisée en 38 semaines d’école et séquencée en 5 périodes d’enseignement d’une durée comprise entre 7 et 8 semaines:
– 8 semaines de petites vacances sur 4 périodes de 2 semaines
– 6 semaines de vacances d’été
8/ une organisation concertée et régulière, sur la semaine et sur l’année, pour les travaux et contrôles demandés aux élèves, notamment au lycée
9/ une division de la France en 3 zones pour toutes les vacances sauf celles de Noël.
Une plage commune est maintenue pour l’ensemble des zones entre le 13 juillet et le 16 août
Un partenariat modernisé
10/ une gouvernance et un partenariat renouvelés entre l’État et les collectivités territoriales, les enseignants, les familles, les établissements nationaux, les associations.

Quelques remarques :

« L’accompagnement éducatif pour tous » signifie : l’aide aux élèves (particulièrement ceux en difficulté), le travail personnel à fournir (plus de travail à faire à la maison), des activités culturelles et sportives.

– L’aide aux élèves : comment peut-on « aider » les élèves s’ils sont toujours en classe complète ? Sinon, cela signifie obligatoirement plus d’enseignants…

– Le travail personnel : qu’il soit fait entièrement à l’école ne me paraît pas vraiment souhaitable. D’abord, pour les apprentissages, qui gagnent à être repris plusieurs fois dans la semaine pour une meilleure mémorisation. Ensuite, pour les rapports enfants-parents : si des parents ne « suivent » pas, pour quelques raisons que ce soit, la scolarité de leur enfant, beaucoup d’autres s’y intéressent, jettent un œil aux devoirs, aident à un exercice, font réciter des leçons. Les priver de cet intérêt actif, c’est les obliger à tout remettre dans les mains des enseignants avec une « confiance aveugle ». Si les discussions parents-enseignants ne sont pas toujours faciles, elles sont généralement enrichissantes pour tous, élèves y compris. Mais comment discuter si vous ne savez presque rien de ce que fait l’enseignant, de ce qu’il demande à votre enfant ? Entre cette proposition et le fameux « livret de compétences », j’ai l’impression qu’on « vire » de plus en plus les parents de l’école… et cela me semble une très mauvaise chose !

– Les activités culturelles et sportives : envisage-t-on que l’Éducation Physique et Sportive (EPS) ne soit plus considérée comme un « enseignement » ? Ni l’Éducation Musicale ? Ni les Arts Plastiques ? Ce seraient seulement des « activités » ?

9 demi-journées en primaire : on revient donc sur l’absurde décision des 4 journées… Bravo !

Périodes de 7 à 8 semaines entre vacances : si je me souviens bien, cette périodicité avait été inaugurée par le ministre Jack Lang… cela remonte un peu… En tant qu’enseignants, nous avions apprécié, les enfants étant trop fatigués au bout de 7 semaines pour assimiler correctement, à notre avis…

6 semaines de vacances l’été, avec période commune aux 3 zones entre le 13 juillet et le 16 août : à ma connaissance, beaucoup d’entreprises ferment en juillet OU en août. Les parents devront donc trouver des solutions pour les 15 jours où l’enfant sera en vacances – et pas eux. Sans parler des cas – et il y en aurait forcément un certain nombre – où plusieurs enfants de la même famille sont scolarisés dans des zones différentes… Sans parler non plus de réunions familiales rendues plus difficiles. Il serait à prévoir un certain « absentéisme » pour les périodes de classe coïncidant avec les vacances des parents…

Sans parler de la question des enseignants… Si j’ai bonne mémoire, quand j’étais élève, la rentrée était fixée au 1er octobre. Quand j’ai enseigné, elle était au 15 septembre. Depuis X années, elle est au 1er septembre (voire fin août parfois). Les enseignants corrigeant ou interrogeant au BAC, au BTS ou autres, ont déjà, et depuis plusieurs années, 1 mois et demi de vacances au lieu de 2 mois : ils passeraient donc à 1 mois ? Avec quelles compensations, financières ou de temps de travail ?

Je sais, je sais : vous allez me rétorquer que des vacances, on en a plein ! Je vous rappellerai cependant ce que j’ai déjà expliqué ici : d’une part, notre temps de travail hebdomadaire a été calculé pour « résorber » les « petites vacances » ; d’autre part, nos « grandes vacances » ne sont pas payées : notre salaire mensuel – correspondant à celui des fonctionnaires de la même « classe » a été multiplié par 10… et divisé par 12 ! Que je sache, les différentes réductions des « grandes vacances » n’ont donné lieu à aucune réduction de temps de travail ni d’augmentation de salaire… C’est d’ailleurs un des reproches formulés par le SNES :

Communiqués
Snes Rythmes scolaires : de fausses réponses

Limiter la réflexion à la durée de la journée scolaire sans travailler sur l’organisation de la semaine et se focaliser sur le raccourcissement des vacances d’été n’est pas la bonne entrée sur cette question. Il est en outre inconcevable que soit imposée une augmentation du temps de travail des enseignants sans même que soit évoquée une augmentation de leur rémunération ou une diminution de leur maxima hebdomadaire de service.

Pour l’organisation « concertée et régulière, sur la semaine et sur l’année, pour les travaux et contrôles demandés aux élèves, notamment au lycée »… ce n’est pas beaucoup plus qu’un vœu pieux, particulièrement au lycée ! A moins qu’on allonge – gratuitement, sans doute – la journée des enseignants par une heure de concertation (mais au lycée, vu le grand intervalle des heures d’ouverture/fermeture, certains enseignants d’une même classe ne se rencontrent jamais !)… ou qu’on décide a priori d’un calendrier, sans tenir aucun compte des aléas de progression des classes et des élèves : en effet, chaque enseignant élabore en début d’année, de trimestre et éventuellement de mois, une progression… qu’il révise autant de fois que nécessaire, selon le rythme d’acquisition de ses classes.

Quant au « partenariat modernisé« … il fait état des nécessaires conditions financières… et je n’ai pas l’impression qu’on soit dans une période où augmenter le budget de l’Éducation Nationale soit une priorité…

Je voulais vous donner d’autres « nouvelles », mais ce sera pour une autre fois, car on billet commence à être bien long… Je vous laisse méditer sur les conclusions de Luc Chatel à ce rapport :

Rythmes scolaires : l’heure est à « la consultation des partenaires de l’école »

Le ministre a déclaré que s’ouvrait désormais la dernière phase, « la consultation des partenaires de l’école : organisations syndicales, associations de parents d’élèves, représentants des collectivités et des professionnels des différents secteurs économiques concernés par cet enjeu ». Bref, après un an de concertation, il relance une… concertation.