Retour aux sources ???

Eh bien non, mon (long) silence n’est pas dû à une semaine de méditation consécutive à une année supplémentaire, ni à une cure de jeunesse via un Institut hautement spécialisé ou à une Croisière qui s’amuse, ni à de petites vacances hors saison…

Non, tout bêtement… je suis retombée dans la généalogie…

Je peux rester des mois sans presque toucher à la généalogie, mais si j’y remets ne serait-ce que le bout du doigt… j’y replonge entièrement !

Le site sur lequel je mets mes données m’envoie régulièrement des « alertes » sur les patronymes que je lui ai indiqués : si de nouvelles entrées correspondent, il me les signale.

Or, j’ai reçu la semaine dernière une « alerte » concernant – entre autres – les LAPLANCHE de Montereau-Faut-Yonne, branche en panne depuis quelques années, et les arbres d’autres généalogistes ayant traité ce nom m’ont donné envie de m’y replonger… d’autant que les archives sont en ligne…

Un petit détail a joué son rôle : je trouve sur presque tous les arbres consultés, comme mère d’une épouse LAPLANCHE, une certaine Catherine BOBARD… qui figure déjà dans mes données, en tant que fille d’un ancêtre.

Mais… impossible d’avoir confirmation ! Les aléas des registres… Ici, des années manquent, là les pages sont illisibles (écriture… et transparence des pages !)…

Et puis… Montereau est une « grande ville », avec plusieurs paroisses… Dans laquelle chercher ? Et les intitulés des registres sur le site d’archives sont le plus souvent une cote suivie de dates… pas de mention de la paroisse traitée…

Une heureuse surprise quand même : de « braves gens » ont créé, pour 3 paroisses, des listes alphabétiques des personnes baptisées, inhumées et mariées jusqu’à 1792 (date à laquelle les actes seront « civils »… et où des « tables décennales », qui recensent alphabétiquement naissances, mariages et décès tous les 10 ans, seront créées…) : merci pour les généalogistes !

Parmi mes découvertes, 3 qui m’ont « amusée » :

– Jean Louis LAPLANCHE se marie le 7/1/1732 avec Marie Louise ORSON… laquelle décède en 1743. Il se remarie en 1744 (malheureusement, c’est là un acte illisible !) avec Marie Anne VIVIEN. A quelle date ? le 7/1/1744… Si ce n’est pas là de la fidélité !!!

– Son père, lui, a varié les dates de ses mariages : 3 en tout, ayant enterré 2 de ses épouses. La 3ème, épousée en 1741, lui survivra : il décède en 1754… à l’âge « d’environ 80 ans et demi »… (j’aime bien ces « environ 80 ans et demi »…).

– Jean GUILLIN est baptisé le 24/4/1712… et le curé précise qu’il est né du 28 ! Abus de vin de messe ???

Ce n’est pas toujours très facile de s’y retrouver : un certain Jean Claude VIVIEN, selon les actes, se prénomme Jean, Claude ou Jean Claude… Reconstituer les familles n’est pas simple, d’autant que les écritures des noms propres varient (et je ne parle pas de la « calligraphie », parfois difficilement déchiffrable !) : ainsi, j’ai parfois trouvé « Marie Anne VIVIENNE », le patronyme étant mis au féminin…

Mais… excusez-moi : il faut que j’y retourne !!!

Tags: ,

Leave a Reply