De l’art de la dissimulation…

Je vous propose aujourd’hui quelques visites sur des sites qui ne manquent pas d’intérêt…

– De la dissimulation dans la politique de l’Éducation Nationale

Lire le billet très documenté de Lucien à ce sujet :

Education Nationale : une année de communication mensongère

Curieusement, alors que le budget de la communication explose (« On se souvient que la Cour des comptes avait durement pointé, en novembre dernier, les dépenses de communication des ministères. Celui de l’Education Nationale notamment, dont le budget com’ a progressé de 41% en cinq ans (passant de 6 844 000 euros en 2006 à 9 647 000 euros en 2010). »), le nombre des communications diminue :

Les informations émanant du ministère et destinées au grand public sont en très forte baisse : au début des années 2000, une soixantaine de « notes d’information » sont publiées chaque année ; depuis 2009, moins de 20. Cette année encore une cinquantaine étaient prévues, entre bilans d’expériences menées sur le terrain et études diverses : bilan sur les internats d’excellence (mis en place il y 4 ans !), bilan sur l’expérimentation du sport l’après-midi les collèges (prévu pour novembre), bilan sur le dispositif d’accompagnement éducatif (avril), étude sur  le niveau de lecture en 6ème, sur la vision du collège par les parents, bilan sur l’évaluation de l’assouplissement de l’affectation dans les collèges et les lycées, etc. Les informations sur ce dernier sujet existent, nous dit un statisticien, mais elles sont accablantes pour la politique menée…

– De la dissimulation dans la politique de l’immigration (de l’ex-migration, devrais-je dire…)

Un article du Nouvel Obs traite du placement des enfants en « centres de rétention » :

IMMIGRATION. Ces enfants que la France enferme

Pour atteindre les quotas d’expulsion, des familles entières sont interpellées. En 2010, derrière les grilles des centres de rétention, les associations ont dénombré 356 enfants.

Claude Guéant a ainsi fixé son objectif à 30.000 « éloignements » cette année.

Pour plus de précisions, voir

CENTRES ET LOCAUX DE RÉTENTION ADMINISTRATIVE, RAPPORT 2010

(C’est moi qui souligne)

L’année 2010 est la première qui voit intervenir cinq associations – l’Assfam, La Cimade, Forum réfugiés, France terre d’asile et l’Ordre de Malte France – dans les centres de rétention administrative. Issues d’horizons variés, elles partagent entre autres valeurs la primauté de la personne humaine et le respect des droits de l’Homme consacrés par les engagements européens et internationaux de la France

Ce rapport annuel témoigne de la vie dans les centres français de rétention administrative. Qu’avons-nous observé de plus marquant ? Tout d’abord, les dégâts causés par la « politique du chiffre » mise en place en 2002 et par un régime d’exception qui se renforce chaque année. En 2010, ce sont plus de 60.000 personnes qui sont passées par un centre de la métropole ou d’Outre-mer. Le nombre de familles et d’enfants enfermés dans les centres s’est accru. Il en va de même du nombre de ressortissant roumains – roms essentiellement -, dans un contexte de surenchère répressive dénoncé par l’Union européenne

A minima, plus de 35 000 éloignements ont été exécutés depuis les territoires d’outremer en 2010. Ainsi, lorsque les autorités françaises annoncent avoir réalisé 28 000 éloignements en 2010, en omettant de préciser que l’Outre-mer n’est pas compté, plus de la moitié de la réalité est escamotée. Seul le préfet de Mayotte communique localement sur les chiffres concernant le 101ème département français (plus de 26 000 en 2010). Par ailleurs, selon le Ministère de l’intérieur, 32 881 étrangers étaient placés en rétention dans les territoires ultramarins (contre 27 401 en métropole).

Ainsi, en France, plus de 60 000 étrangers ont été enfermés dans des centres de rétention en 2010. Et plus de 53 000 ont été éloignés, mais sans forcément passer par des centres de rétention.

Le gouvernement annonce avoir éloigné 28 000 étrangers du territoire français en 2010, se décomposant comme suit :
– 70 % d’éloignements forcés
– 30 % de « retours volontaires »

Selon le Ministère de l’intérieur, 8 400 étrangers seraient donc repartis volontairement. Or, le rapport d’activité 2010 de l’OFII, qui est chargé de la mise en œuvre, fait état d’un total de 14 054 aides au retour. Aucun des chiffres de l’OFII ne correspond exactement au 8 400 « retours volontaires » annoncés par le Ministère. Cependant,parmi les différents types d’aide au retour existants, ce sont les « aides au retour humanitaires » (ARH) qui s’en approchent le plus.

En 2010, 9761 ARH ont été réalisées,touchant 7520 adultes et 2 241 enfants. Dans la réalité, 94 % de ces ARH ont concerné des Roumains et des Bulgares, Roms pour la plupart, fortement incités à accepter 300 euros pour être ramenés dans leur pays, d’où ils pouvaient revenir en France facilement car ils sont ressortissants communautaires.

en 2009, un triste record était battu avec 318 enfants enfermés. 2010 est l’année d’un nouveau record avec 356 enfants placés dans des centres de rétention accompagnés d’au moins un de leurs parents (178 familles au total).

Parmi ces enfants, 57 étaient âgés de moins d’un an, et 210 de moins de six ans.

(Voir les graphiques, très parlants, que je ne peux reproduire ici.)

– Du AAA…

Pas eu le courage de rechercher des infos à ce sujet… mais vous en avez forcément entendu parler… En tous cas, ne ratez pas le feuilleton de Délit Maille à ce sujet : 4 épisodes, s’il vous plaît !

Saga Délit: Tricote ton agence de notation. Opus 1

Bonnes visites !

Et rappelez-vous : c’est très vilain, de mentir !!!

Tags: , , ,

Leave a Reply