S.O.S. PROFS (5)

Les industriels, qui avaient continué à former une certaine partie de leur personnel, durent un jour constater que l’augmentation du taux d’illettrisme et d’analphabétisme les touchait eux aussi. Quand le directeur d’une grande entreprise d’appareils ménagers reçut des dizaines, puis des centaines de lettres de directeurs de vente se plaignant que des gens ayant acheté un aspirateur le rapportaient le lendemain parce qu’ils n’avaient pas su s’en servir, il s’alarma. Les consommateurs ne sachant plus lire les modes d’emploi, il fallait trouver d’autres moyens pour vendre les appareils. Bientôt, une cassette video expliquant le maniement de chaque appareil fut offerte à tout acheteur. Dans le même temps, les bureaux de recherche essayaient de simplifier au maximum les produits sur lesquels ils travaillaient. A la civilisation « multi-boutons » succédait la civilisation « mono-bouton ». Les campagnes publicitaires vantèrent la simplicité et le naturel, détrônant la sophistication. Un ingénieur découvrit un appareil pour lequel aucun mode d’emploi n’était nécessaire : le balai. En quelques années, tous les aspirateurs disparurent des magasins et des foyers.

Le travail de « simplification » fut énorme. Il rejeta par exemple les recherches de conditionnement alimentaire dans les oubliettes. L’important, c’était que le consommateur sache ce qu’il achetait. Pour cela, ne pouvant plus lire les étiquettes, il fallait qu’il le voie. Le plus simple était donc de vendre les produits « en vrac », au poids ou au litre. Les hypermarchés ne purent faire face à ces nouvelles exigences qui demandaient beaucoup trop de personnel. Ils furent remplacés par de petits commerçants spécialisés qui offraient une quantité limitée de produits. Les conserves en bocaux de verre se vendirent encore, mais les surgelés disparurent peu à peu, trop peu de gens étant susceptibles de les utiliser.

(Suite et fin demain)

Mots-clefs : , ,

Laisser une réponse